AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A courageous symphony of a pure-heart singing me to peace ☂ buck&trish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Trishteh Yeleen
+ District Onze +


♣ Nombre de message : 947
♣ Date d'inscription : 28/07/2012
♣ Age réel : 18


MessageSujet: A courageous symphony of a pure-heart singing me to peace ☂ buck&trish Mer 29 Oct - 0:19



Et que le bonheur nous éclabousse !


« Le samedi prochain aura lieu la première sortie à Pré-au-lard.  Réservé aux troisièmes années et plus vieux, détenteurs d'une autorisation parentale. »

« Samedi prochain à partir de 20h, je vous propose une grande réunion à la Salle sur Demande juste pour fêter la joie ! Venez nombreux ! -L.L. »


Je m'éloigne du panneau d'affichage où un peu trop de personnes sont épinglées. Je souris. Pas grâce au premier mot, même si l'histoire d'une sortie était plus que tentante après cette reprise assez éprouvante. Le deuxième mot, lui, était écrit de la main aérienne et déliée de… L.L., ou Luna Lovegood pour les intimes. Une belle paire de lunettes, une belle chevelure blonde un peu grise. Des yeux aciers, un sourire d'or. Pour trop peu – mais moi comprise – la croiser suffit à éclairer une journée, même si elle te murmure à l'oreille en passant que les Sombrals ont pas l'air très heureux en ce moment.
Et puis elle s'envole dans un coup de vent, et punaise sûrement cette note au panneau. La feuille est jaune pâle, assez épaisse. Elle a utilisé de l'encre dorée et beaucoup d'espace pour ses boucles manuscrites. Dans chaque coin et sur chaque « i » une marguerite séchée est collée. Elle a hachuré les espaces dans les lettres fermées et fait quelques fioritures pour entourer son texte. Pourtant, ça attire moins que le formulaire d'inscription du club de Bavboules.
Et juste pour ça, je devrai y aller à cette réunion pour fêter la joie.

***

La rentrée avait été assez intense, comme d'habitude. Sixième année. On passe les B.U.S.E.s un peu limite. On passe un été un peu solitaire, très pourri. On n'a qu'une seule hâte, retourner à l'école. Parce que passer deux mois dans un manoir toute seule avec des fantômes, des livres et des devoirs, et sans magie c'est pas la joie.
On sait que pour tenir, on a cette étincelle qui date de notre anniversaire de 11 ans. On croit recevoir une lettre de notre futur collège et c'est le cas. On croit qu'on va devoir suivre nos amis « ordinaires » - quand on en a – dans l'établissement du coin et en fait, une enveloppe à blason nous attend. Blason. En Angleterre. Quoi de plus normal ? Sauf que cette enveloppe, on la récupère de la patte d'un hibou. Et que cet hibou, il nous mordille affectueusement le doigt. Comme à chaque fois qu'on a du courrier, on saute dessus, le coupe-papier en main. Et là, on apprend.

Je n'ai jamais trop vécu avec ma famille. Mon frère et ma mère sont morts quand j'étais assez jeune, mon père, lui ne s'en est jamais remis. J'en ai profité pour fuir chez le meilleur ami de mon frère. Comment pouvais-je deviner que j'étais une sorcière ? Imaginez le choc. La tête, l'émotion, l'incrédulité. Vous imaginez, ça y est ? Eh bah vous êtes encore un peu loin.

***

Aujourd'hui, à Pré-au-Lard, j'avais fait le stock de bonbons/plumes/farces et attrapes/pots d'encres (et pas d'ânes)/derniers livres moldus sortis, y'a une bibliothèque assez fournie c'est plutôt génial/écharpes, chaussettes & gants parce que y'a que ça de vrai en hiver ici. Ah et j'étais passée prendre une bièraubeurre aux Trois Balais en passant. Mais à emporter bien sûr, puisque comme à chaque sortie, le village était surpeuplé. 1000 élèves divisé par 7, fois 5, ça fait bien 715 personnes en plus dans les rues de la ville. Un peu trop de populace pour moi.
En fait, j'étais rentrée vraiment tôt par rapport à tout le monde pour avoir le temps de me réchauffer les mains dans la salle commune de ma maison – à savoir Serdaigle – en pouvant squatter le fauteuil le plus proche du feu. Et donc le plus confortable, et donc en temps normal tout le temps occupé. Mais pour une fois, les premières et les deuxièmes années me l'avait laissé – sûrement parce qu'ils avaient peur de ma stature de sixième année ! Ou comment espérer. Mon tout nouveau livre à la main, je m'étais assise en travers sur le divan et… avait oublié le monde environnant.

Le bruit environnant me réveilla au bout de la deux cent quatre-vingt-douzième page, pourtant il en fallait beaucoup pour me sortir d'un si bon livre – en passant, c'était les aventures dystopiques d'une fille audacieuse ET altruiste ET érudite mais surtout divergente. C'est super sympa, dommage que l'histoire d'amour empiète un peu trop sur l'action. Ah et, spoiler alert, elle meurt dans le dernier tome. C'était avec plaisir.
J'ai levé un œil pour observer mon entourage : les gens de ma maison étaient tous en train de se raconter avec animation leur journée, tout en essayant de se réchauffer, voire sécher leurs vêtements pour certains. Un bref coup d’œil à ma montre m'apprit que si je voulais arriver à l'heure à la fête, je devais aller me changer en quatrième vitesse – voire cinquième.
Après vérification, petite rectification, ce sera la sixième vitesse.

***

La Salle est en fait plus pleine que je ne le pensais, si bien que mon léger retard passe inaperçu. Pendant un moment, je cherche la tête grise-blonde de l’instigatrice de la soirée mais impossible de la trouver. Je souris, et me sert une tasse de thé. Très peu pour moi, le whisky pur feu.
Je ne connais pas la plupart des gens, je ne vois qu'une chose : ils savent pourquoi ils sont là. L'écriteau disait qu'on fêtait la joie et c'est le cas : tout le monde danse, tout le monde sourit, tout le monde a l'air heureux. Et l'effet de foule est efficace, entre deux gorgées de thé, je m'abandonne à un hochement de tête en rythme avec la musique – pas forcément ce que j'écoute mais c'est pas vraiment mauvais – qui chez moi pourrait être synonyme du plus grand bonheur. Je vais même jusqu'à poser ma tasse vintage et, pendant un instant de faiblesse me balancer sur le tempo, un sourire indéfectible accroché aux lèvres.
Comme camouflage j'aurai pas pu trouver mieux ! Je ris toute seule.

***

Mes pieds sont maintenant un peu douloureux, manque d'habitude évident. Je me suis assise dans un des poufs du coin de la Salle, et envoyé mes chaussures valdinguer. J'ai retrouvé ma tasse de thé. J'ai croisé Luna, je lui ai dit que sa fête était une merveille, elle m'a fait un bisou sur la joue, on a dansé un slow. Et puis comme j'ai quand même une réputation de mélancolico-dépressive à tenir, je suis allée m'affaler. Et je me perds à regarder les gens tournoyer.
A côté de moi, un jeune homme. Il doit avoir maximum un an de plus que moi, ce qui est logique maintenant qu'on y pense. Je lui adresse un petit sourire, et lève ma tasse en sa direction.
© night sky.


_________________
Clean up all the corpses you've left behind
Show me what it's like to be the last one standing and teach me wrong from right and I'll show you what I can be.
Oh, Heaven's gates won't open up for me.
Revenir en haut Aller en bas

A courageous symphony of a pure-heart singing me to peace ☂ buck&trish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hunger Games RPG :: RP Alternatifs :: RP Alternatifs-