AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Sam 10 Mai - 22:29


 Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Finalement, je vois Anna venir aider Ruby avant que l’on ne parte de la corne. Elle semble paniquée. A coté d’elle, ma coéquipière semble garder son sang froid. Je ne sais pas comment elle fait. Je crois que j’aurais plus le même comportement que mon alliée. Pourtant ce n’est sûrement pas la meilleure réaction qu’il faille adopter. Je suis alors trop faible pour repousser Annabeth et l’empêcher de me soigner. A ce moment la, je croyais encore qu’il était trop tard. Que c’était une perte de temps. J’avais si mal que je pensais ne pas survivre. Je ne sais toujours pas ce qui m’a poussé à prendre mon courage à deux mains pour me lever et aider Ruby comme je le pouvais. Mais je l’ai fait, c’est ce qui compte. Sûrement l’idée et l’espoir de recevoir des soins, quelque chose qui me permettrait de me remettre de mes blessures une fois après avoir déserté cette maudite île. Et j’espère que ce sera le cas. Après le combat avec Buck et son épieu, le coup de couteau en traître de Hel et cette putain d’explosion, c’est tout ce dont j’ai besoin. Bon. J’essaye de me calmer. De faire le tri dans mes pensées. En réalité, j’essaye de penser à un maximum de choses pour oublier la douleur atroce du au contacte de l’eau salée sur mes brûlures.
 
Quelques mètres devant, Julien progresse plus rapidement. Nous le suivons. Je crois qu’il se dirige vers des cabanes en bois, sur pilotis. Enfin, on dirait. Je ne suis pas en état non plus de m’opposer, et je n’en vois aucune raison. Je ne sais pas ou nous allons mais ou que ce soit, je suppose que Julien a de bonnes raisons. Et ou que ce soit, ce sera toujours mieux que cette étendue d’eau qui semble être toujours plus loin. A l’heure qu’il est, je nous voyais déjà loin de cette corne. Non, à l’heure qu’il est je nous voyais victorieux en fait. Je nous voyais faire le plein à la corne et partir à la chasse après un peu de repos. Mais nos plans ont changés. Enfin, les juges nous les ont faits changés. Je me demande bien pourquoi les juges ont fait cela. Ça a toujours été comme ça, pourquoi rompre cette tradition ? Je suppose qu’on méritait cette corne, ce bain de sang était un vrai spectacle… je croyais que c’était ce qu’ils voulaient. Nous arrivons sur un banc de sable, à mi-chemin. Je lâche les épaules de Ruby aussitôt et lui redonne son sac. La douleur est encore pire, mais nous devons avancer. Plus vite que ça. « Merci Ruby. Merci pour tout. Mais on doit avancer plus vite, je vais continuer à pied jusqu’au… village. » Oui, ça semble être un village, vu d’ici. je dois être la risée de tout Panem. « Le brûlé du Un sur le dos de sa partenaire tel un panda après s’être fait attaquer par des tributs de districts périphériques. » C’est ce qu’ils doivent dire de moi, au capitole.
 
Après une courte minute de récupération, nous voilà reparti vers notre but. Je progresse lentement. Je m’efforce de ne pas trop traîner, histoire de ne pas retarder mes coéquipiers encore plus que je ne l’ai déjà fait. Après tout, on a une chasse à préparer. Alors que nous traversons la dizaine de mètre qui nous sépare de la terre ferme, quelque chose me vient en tête. Le karma. Et si tout ça était l’œuvre du karma ? Je me rappelle avoir lu un livre sur cela, il y a quelques années. Je n’y avais pas cru. Qu’il l’aurait fait ? Mais il faut croire que maintenant si. C’est vrai, drôle de coïncidence… Je tue deux tributs, deux autres essayent de me tuer et une explosion me fait frôler la mort. Etonnant, non ? Enfin bref. Cette pensée n’était destinée qu’à continuer de ne pas penser à mes blessures. Quand nous arrivons enfin sur le bord de la plage, enfin du village qui semble désert, après de très longues minutes de marche. Je vide mes chaussures d’eau, celles de Ruby aussi et le lui tend. Je les pose sur le sable bouillant sur lequel je me suis assis dans le but de les faire sécher. Je prie encore intérieurement, j’ai besoin de soins. Rapidement. Je me sens encore plus faible après cette traversée. Mais sans un mot, j’ouvre mon sac pour en faire l’inventaire, mon poignard toujours à proximité de façon à ce que je puisse l’attraper et me défendre en cas de besoin. 



Spoiler:
 

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ruby Prescott
+ District Un +


♣ Nombre de message : 538
♣ Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Dim 11 Mai - 12:46

On soigne le mal par le mal
« I wish I'm bold.  »


L'idée de porter Devon sur mon dos comme un bébé panda me semble d'abord absurde, mais je n'ai pas le choix. Je ne peux pas le laisser traîner dans l'eau. Et puis, il n'est pas si baraqué que ça, pour un carrière. Encore heureux, cela dit. Il prend mon sac sur son dos, et, visiblement atteint dans son orgueil prend place sur mon  dos. Malgré mon entraînement, avoir 75 bons kilos sur le dos n'est pas indolore. Mes pieds s'enfoncent dans le sable et je patauge à grand peines dans l'eau. Mon souffle est lourd. Même si je ne suis presque plus sonnée, je ne suis pas non plus au meilleur de ma forme. Heureusement qu'Annabeth m'a aidée à soigner Devon. Sans elle, je serai sûrement asphyxiée à l'heure qu'il est. Par contre, j'ai complètement oublié Julien. Je ne l'ai pas vu depuis l'explosion. Mais il doit être vivant. Je devais juste être trop obnubilée par Devon que je ne l'ai pas vu. J'arrive par je-ne-sais quel miracle à me hisser sur un banc de sable. Devon glisse de mon dos et me rend mon sac. Maintenant que ma vision est à peu près claire, j'en profite pour évaluer rapidement les dégâts. Toute une moitié de son visage est toute bouffie et presque d'une couleur écarlate. Je ne peux m'empêcher à éprouver de la pitié pour lui. Lui, toujours tiré à quatre épingles, défiguré. Sa fierté doit être bien atteinte. Je me garde de faire un commentaire. « Merci Ruby. Merci pour tout. Mais on doit avancer plus vite, je vais continuer à pied jusqu’au… village. » Sa voix me paraît bien lointaine, comme venue d'un autre monde. Au moins, sa voix n'a pas changé. La brûlure ne l'a pas transformé totalement, à la Robocop, c'est déjà ça. J'avoue, au fond de moi, j'ai peur que ça l'aie changé. Je ne veux pas qu'il change. Je veux qu'il reste mon Devon. Je m'étire le dos, quelque peu soulagée. Devo ntente quelques pas seul. J'hésite à lui proposer mon soutien, mais il me suffit de croiser son regard pour comprendre qu'il en est hors de question. Son orgueil est brûlé au second degré aussi, apparemment. Une fille l'aider? Naaan pas moyen, il est Devon Alae, et il a besoin de sponsors (féminins ou non) charmés par sa force et sa virilité. Il a dû sûrement faire un énorme effort pour me laisser le porter tout ce temps.

Je le laisse donc marcher, toujours aux aguets; les juges en ont après lui, visiblement. Je me rappelle soudain la présence d'Annabeth.« Au fait, merci de m'avoir aidée, sans toi Devon et moi, on serait là bas, morts étouffés... Vraiment, merci.  » Quelques minutes plus tard, nous arrivons sur le rivage d'une île qui semble être la plus grosse de l'arène. Ça ressemble à un village en ruine. Une cachette idéale. On trouvera un coin à l'ombre et abrité pour nous reposer. Ça ira. On est tous sains et saufs. Devon prend l'initiative de retirer ses chaussures et de faire de même avec les miennes pour aller les vider. Pourquoi s'occupe-t-il de mes chaussures? Se sent-il mal d'avoir une dette avec moi? Je croyais qu'on était au delà de ça. Mais bon, si ça l'aide à se sentir mieux, alors ainsi soit-il. Alors que Devon commence à s'installer, je le fixe de manière insistante. On est en position de faiblesse, là. On ne peut pas rester exposés ainsi, les autres tributs pourraient en profiter. « Devon, je suis désolée mais on peut vraiment pas rester ici, on est visible à des kilomètres. On va se mettre dans un bâtiment en ruine ce sera mieux... » Je jette un regard interrogatif à Annabeth, guettant son approbation puis ramasse les deux paires de chaussures gisant dans le sable. Je me garde de proposer de l'aide à Devon et laisse mon regard se balader dans le village. Je distingue une cabane qui a une vue sur d'un côté la corne et de l'autre l'intérieur de l'Île. Cela me semble l'idéal. Je pénètre dans la ruine en premier puis fait signe aux autres d'entrer. Le sol sablonneux est frais et les murs de torchis protègent de la chaleur. On ne trouvera pas mieux. Je me poste devant une fente dans le mur qui apparemment est une fenêtre. «Bon, ça fera l'affaire.. Par contre il faudra quelqu'un en permanence pour monter la garde, reposez-vous, je commence... Non en fait, il faudrait faire l'inventaire de nos possessions. » Je laisse glisser mon sac à dos le long de mes bras et ouvre la fermeture éclaire.

« J'ai dix grenades, un truc en coton, et il me reste quatre analgésiques...Ah, et j'ai un harpon! Cool ! J'aime bien les harpons, même si j'en ai jamais eu entre les mains! Bref, heu je me suis emportée... Comme vous l'avez sûrement constaté, j'ai aussi un sabre d'abordage et aussi une boîte de thon. Et vous? » Je jette un coup d’œil rapide vers mes alliés mais détourne vite le regard en direction de l'extérieur. C'est vraiment pas le moment de se faire attaquer. Les blessures de Devon me reviennent à l'esprit. Une question, une seule. Pourquoi? Au fond de moi, je connais la réponse. Il était trop fort, trop dangereux. La partie était déjà gagnée pour lui. Les juges ne voulaient pas nous faciliter la tâche, donc ils l'ont affaibli dès le début. C'est horrible. Le peu d'espoir qu'on a, ils s'appliquent à le réduire en miette. Je sens quelque chose de chaud et humide rouler le long de ma joue. Quoi? Non ! Pas maintenant, c'est pas le moment de se la jouer grande âme sensible. Même si ce sont des larmes de colère et non de tristesse et de désespoir. De toute façon, Devon guérira. Julien nous rejoindra, Annabeth m'aidera, et moi, et ben je m'en sortirai aussi. De toute façon je n'ai pas le choix. Je dois aider Devon jusqu'au bout. Et je le fera. Je serre mes doigts sur mon avant bras, sur le tatouage. Il est toujours là. Ça me rassure. Et celui de Devon est toujours là aussi. Voilà, je suis apaisée.
Spoiler:
 


_________________
L'espoir tue.
« ceci est un message du ministère des hunger games, sponsorisé par Stark et A.A.P (l'association des armuriers de Panem)» prout prout prout prout?! prout.


Dernière édition par Ruby Prescott le Dim 11 Mai - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Dim 11 Mai - 15:00

Rp précédent > Le Bain de Sang.

Careers will answer blood with blood.
Devon, Ruby, Julien & Anna.



Après avoir tenté de soulager les nombreuses brûlures de Devon comme je pouvais, nous ne tardons pas à nous remettre en route. Ruby porte le blessé sur son dos quelques mètres, elle progresse donc plus lentement que Julien qui ouvre la marche. Quant à moi, je suis derrière, jetant des coups d'oeil furtifs à droite, à gauche et derrière de façon à éviter les mauvaises surprises alors que les deux tributs du Un sont plus ou moins... occupés. Par chance, les alentours sont totalement vides, aucun tribut solitaire ni alliance suicidaire dans le coin. Si nous n'avions pas été dans une telle situation, j'aurais été déçue, mais là, c'est plutôt une bonne chose, parce que si l'alliance regroupant Iélenna, Buck, la fille du Dix et le garçon du Sept vient à nous tomber dessus, avec un Carrière gravement blessé et une autre en désavantage face à une attaque surprise, on est plutôt mal barrés. Mais non, c'est mal de penser comme ça. Nous sommes les Carrières, tout de même, et ce n'est pas trois tributs des districts périphériques et une petite Carrière lâche et devenue tout fraîchement célibataire à cause de la mort lente et douloureuse de son copain qui vont nous faire peur ! Alors que mes trois partenaires progressent sur le plage de sable, s'éloignant petit à petit des fumées noires et nocives de l'explosion de la Corne, je prends le temps de réfléchir à tout ça. Julien et Ruby ont tué deux tributs chacun et il me semble que Devon a fait de même avant que Buck et la Dix lui tombent dessus. Ils ont chacun récupéré un sac et en plus du sac, une arme. Je suis donc la seule Carrière de cette édition à n'avoir récupéré qu'un pauvre épieu, à n'avoir tué personne, à avoir laissé partir une semi-Carrière et à marcher sans sac sur le dos. Okay, il va falloir s'y mettre, Anna, ça devient urgent, là. Devon demande à Ruby de s'arrêter. Je lève la tête vers les deux amis, surprise. Le tribut blessé descend lentement du dos de la rouquine, lui redonnant son sac. Je lui jette un regard en biais mais ne proteste pas. Après tout, il fait ce qu'il veut, je pense qu'il est assez grand pour prendre ce genre de décision seul, et puis, nous pouvons ainsi reprendre un rythme plus accéléré, même si on voit bien que ce n'est pas la grande forme pour lui. Je ferme toujours la marche, mais j'ai cessé de m'assurer que personne n'allait nous tomber dessus. Ruby se tourne vers moi, je la regarde dans les yeux. « Au fait, merci de m'avoir aidée, sans toi Devon et moi, on serait là bas, morts étouffés... Vraiment, merci. » J'esquisse un vague sourire et lui réponds en haussant les épaules : « Bah, tu sais, je tenais pas vraiment à voir mes alliés mourir comme ça, si bêtement. Puis les blessures de Devon avaient l'air sérieuses, et c'est pas comme si je lui avais fait retrouver une peau sublime ! » Tout paraît vide et désert, et même si ce n'était pas le cas, personne n'oserait venir s'attaquer à quatre Carrières, ce serait du suicide. En revanche, j'observe attentivement chaque détal du paysage. Une Arène paradisiaque, si c'est pas le comble, ça ! Celle de l'année dernière était un volcan plus ou moins actif ayant pour bordures des pleines enneigées et un climat glacial. Ici, l'eau turquoise donne envie de se jeter dedans et le sable doré scintille au soleil. Dans d'autres circonstances, j'aurais trouvé cet endroit magnifique, mais pour le moment, je le trouve relativement dangereux... Qui sait si une balaine à bosse carnivore ne va pas sortir de l'eau pour venir nous déchiqueter en petits morceaux ou si crabe/rhinocéros géant ne va pas surgir de sous le sable et nous réduire en charpie ? Non, l'Arène a beau être magnifique, on n'en reste pas moins en sécurité nulle part. Nous marchons de longues, très longues minutes, nous marchons si longtemps que je finis par me demander si cette Arène n'est pas exclusivement composée d'eau salée et de sable. Puis, au bout de plusieurs heures environ, je dirais, nous débouchons enfin sur ce qui semble être un minuscule village sur pilotis, à première vue abandonné. Devon, manifestement épuisé, se laisse tomber sur le sable - oui, encore du sable. Il entreprend tout de même de laver les paires de chaussures de sa partenaire de district et les siennes. Celle-ci propose que l'on aille s'installer dans le village abandonné. Elle me regarde, cherchant à obtenir mon avis, et je hoche la tête à l'affirmative. Et nous revoilà partis, clopin-clopan, les quatre Carrières au bord de l'eau. Mais le village est tout proche, et il ne nous faut pas plus de quelques minutes pour y parvenir. Ruby et Devon obliquent dans un cabanon sur pilotis, je les suis sans rien dire. Celui-ci est vide, totalement vide. « Bon, ça fera l'affaire.. Par contre il faudra quelqu'un en permanence pour monter la garde, reposez-vous, je commence... Non en fait, il faudrait faire l'inventaire de nos possessions. » dit Ruby en posant son sac devant elle. Gênée, je fais la grimace. « J'ai pas récupéré de sac à la Corne, juste cet épieu. Mais vous inquiétez pas, c'est bon. Faites l'inventaire des vôtres. En attendant que vous ayez fini, je vais faire le tour de ce micro-village, voir si personne ne s'y cache déjà ou si on peut pas récupérer deux-trois trucs d'utiles. À tout de suite ! » J'esquisse un bref signe de main et, mon arme toujours en mains, m'extirpe de la petite maison de bois. Je marche silencieusement dans l'allée boisée, faisant attention à ne pas faire craquer les planches brunes pour ne pas alerter un éventuel ennemi. Je passe la tête dans l'entrebaillement du cabanon en face de celui on les autres ont élu domicile. Lui aussi est vide, pas le moindre objet, et personne en vue. Je ressors la tête et continue prudemment mon chemin. La cabane voisine n'est pas totalement vide, par contre. Un filet de pêche et une boîte remplie d'hameçons sont posés à même le sol, et un petit futon fait de bois brut et de ce qu'il me semble être une sorte de paille rentrée dans du tissu meuble chaleureusement la pièce. Je m'empare du filet de pêche de la boîte d'hameçons et passe au cabanon suivant. Je m'apprête à rentrer nonchalament dedans quand soudain, des bruits réguliers de respiration se font entendre. Je recule illico et me plaque discrètement contre le mur de planches extérieur pour ne pas alerter l'individu. Un animal fruit d'un piège des Juges ou un petit tribut à se mettre sous la dent ? Un sourire enthousiasme se dessine lentement sur mes lèvres. Je jette un bref coup d'oeil au cabanon des trois autres Carrières, un peu plus loin, et pose délicatement le matériel de pêche au sol avant de serrer fermement mon épieu de rentrer dans le cabanon occupé. C'est effet un tribut. Des cheveux blonds gouttant de sueur, la quinzaine, les yeux fermés et la respiration régulière, il semble endormi. J'ai beau regarder autour de lui, nulle trace de sac ou d'un quelconque objet ayant été trouvé à la Corne, d'ailleurs, il ne me semble pas l'avoir vu là-bas, je suppose donc qu'il fait partie de ces lâches des districts périphériques qui préfèrent fuir et attendre patiemment que les autres leur tombent dessus en crevant de faim que de tenter de survivre dignement et de se jeter dans la gueule du loup. Le chiffre 8 est marqué sur sa veste qu'il a gardée. Seul, dans une cabane ouverte sur la plage, désarmé et ronflant comme un porc, il ne s'est pas douté une seconde que quelqu'un pouvait lui tomber dessus à tout moment ? Mais quel idiot, alors... Je pousse un soupir exaspéré et lève les yeux au ciel. Mais tant pis, maintenant, c'est trop tard pour lui. Il est là, je suis là. Je suis une Carrière, il n'est rien. J'ai un épieu, il dort. Mais je ne veux pas le tuer dans son sommeil, ce ne serait pas marrant sinon. Alors je m'agenouille près du futon et plisse les yeux avant de lui souffler dans l'oreille. Sa réaction est imminente : il se réveille en sursaut et ouvre de grands yeux horrifiés quand il me voit. « Ouah, t'as de jolis yeux, tu sais ? » je lui siffle en me relevant, faisant un pas en arrière afin qu'il voit à qui il a affaire. Son regard se pose sur le chiffre 2 brodé sur ma poitrine, puis glisse sur l'épieu pointu que je tiens fermement à la main. Il ouvre la bouche, sûrement pour crier, mais rien ne sort. Il trouve tout de même la force de sauter de son lit improvisé et fait mine de s'élancer vers l'encadrement de la porte - qui est inexistante. Je fais un pas sur le côté et, de la pointe de mon arme, le force à reculer. Mon sourire s'efface soudainement alors que ma main droite vient presser sa gorge, le plaquant violemment contre le mur. « Comme je suis fatiguée et que j'ai autre chose à faire, je vais être gentille, je vais essayer de faire vite. » J'entends distinctement ses dents claquer. D'un mouvement fluide et rapide, je lui plante mon épieu dans le ventre, à quelques millimètres de l'emplacement de ses poumons. Je lâche son cou, le laissant crier s'il en a la force. Au vu du cri strident qui sort de sa bouche, je suppose que oui, il a encore la force. Je me retiens de me boucher les oreilles et retire brutalement l'arme de son corps, le regard mauvais. Je me décale pour le laisser s'écrouler par terre et lui lance : « J'ai dit que j'allais essayer de faire ça vite. Et puis j'ai mal à la tête, alors arrête de crier comme une fille, tu veux ? » J'abats mon arme en plein coeur cette fois, lassée de l'entendre geindre comme un enfant. Son cri meurt avec lui dans un gargouillis infâme, mais je ne cesse de tourner l'épieu dans son coeur que quand un coup de canon significatif m'indique qu'il est mort. Alors je le prends par le col de sa veste et je le traîne à l'extérieur du cabanon. Je ne prends pas la peine de regarder si les cris du tribut décédé ont alertés mes alliés et je jette le cadavre du gamin du Huit dans l'eau, n'ayant pas envie que l'hovercraft détruise le cabanon pour venir récupérer son corps. Je le regarde brièvement flotter loin du village et me retourne pour récupérer le matériel de pêche et mon épieu avant de rejoindre les autres. Je pose le filet et la boîte d'hameçons par terre et lève la tête vers Ruby, Devon et Julien. « J'ai trouvé ça dans un cabanon, il doit y avoir autre chose dans d'autres, je les ai pas tous vérifiés, je suis tombé sur le petit du District Huit. Je crois pas qu'il y en ait d'autres dans les parages, sinon je les aurais repérés. Je vais me laver les mains, je reviens. » dis-je en me relevant, leur montrant mes mains pleines de sang. J'empoigne une nouvelle fois l'épieu et sors de nouveau du cabanon. Je me penche sur l'eau et regarde avec fascination l'eau turquoise se colorer de rouge au fur et à mesure que le liquide carmin quitte mes mains et mon arme. Et voilà, j'ai fait ma première victime de ces Hunger Games. Première, oui, mais pas dernière, ça, j'y compte bien...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Dim 11 Mai - 21:00


 Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Je n’aime pas la façon dont les filles me regardent. J’ai l’impression qu’elles me plaignent. Et c’est ça qui m’énerve le plus. Je n’ai besoin ni de leur compassion ni de leur empathie ni de quoi que ce soit qui se rapproche de la pitié à la vue de mon visage défiguré ou de mes difficultés à marcher. Merde. Je me sens si mal à l’idée de savoir que le Capitole, mes carrières, mes parents et Panem tout entier à vrai dire, aient cette image de moi. Celle d’un carrière abattu après seulement quelques heures dans une arène pour laquelle il s’est préparé toute sa vie. Je me doute bien qu’elles essayent de m’aider comme elles le peuvent, et en réalité, je leur en suis très reconnaissant, mais j’ai assez été ridiculisé à la télé. Pas la peine qu’elles me montrent qu’elles ont pitié de moi dans la réalité, juste face à moi. Et merde, ça recommence. La douleur. J’avais pourtant réussi à l’oublier. Et voilà que ça me relance. Dans tout le coté gauche de mon corps. J’espère que ce jeu avec mon esprit ne durera que peu longtemps. On ne dirait pas, mais c’est très dur de devoir trouver quelque chose à quoi penser assez longtemps pour ne penser qu’à cela et oublier une douleur physique atroce. Faire cela doit même doit même me donner l’air absent. Mais j’ai besoin de cela. Puis, je suis encore un peu sonnée et sous le choc de ce que je viens de vivre. Puis l’épuisement. L’épuisement. Il est à son comble alors que je ne suis ici seulement depuis trois heures environ.

Alors que je m’apprête à commencer mon inventaire, toujours sans un mot, Ruby vient me voir et annonce d’un air gêné. « Devon, je suis désolée mais on peut vraiment pas rester ici, on est visible à des kilomètres. On va se mettre dans un bâtiment en ruine ce sera mieux... » Elle a raison. N’importe qui pourrait nous voir de l’autre coté de la corne. Je n’ai même pas pensé à ça, quel con. Sans un mot – en réalité je n’ose plus rien dire, par honte encore je suppose – j’attrape mon sac que je mets une nouvelle fois en bandoulière et je suis Anna et Ruby. Cette dernière semble avoir trouvé la cabane parfaite si l’on en croit la façon dont brillent ses yeux. D’un point de vue stratégique, oui. Elle est juste au bord de l’eau, deux ouvertures, une du coté de la jungle et l’autre de la corne, parfait pour observer et s’enfuir en cas d’assaut. Ce que l’on ne fera pas. On ne peut pas fuir, même avec un carrière en mauvais état. Nous sommes des carrières après tout. Nous sommes les chasseurs. Nous sommes les prédateurs. Nous sommes les plus féroces de l’arène. Ceux que tout le monde craignent. Oui, c’est ça, ressaisis-toi Devon. L’auto-persuasion est le meilleur remède que je connaisse, avant les soins. Du moins dans la seconde et dans mon esprit. Nous entrons donc dans cet abri ouvert à tous. Ruby se poste immédiatement à une des deux fentes anciennement une fenêtre, je suppose. L’ombre que procure cette cabane me fait du bien aussi rapidement que je suis entré ici. Je m’assoie dans un coin pour me reposer encore un peu. Je suppose que l’on va rester ici une heure ou deux. Et tant mieux. Je continue à prier intérieurement pour recevoir de quoi me soigner au plus vite. « Bon, ça fera l'affaire... Par contre il faudra quelqu'un en permanence pour monter la garde, reposez-vous, je commence... Non en fait, il faudrait faire l'inventaire de nos possessions. » Je l’observe quelques instants avant de prendre mon sac et l’imiter. Je suis un peu dessus, au premier coup d’œil. J’aurais du prendre quelque chose de plus grand. Alors que je m’apprête à épeler à voix haute chaque objet que contient ce sac en cuir, Anna dit de ce qui semble être un air gêné, je lève la tête vers elle : « J'ai pas récupéré de sac à la Corne, juste cet épieu. Mais vous inquiétez pas, c'est bon. Faites l'inventaire des vôtres. En attendant que vous ayez fini, je vais faire le tour de ce micro-village, voir si personne ne s'y cache déjà ou si on peut pas récupérer deux-trois trucs d'utiles. À tout de suite ! »

Je la regarde partir. Je ne me fais pas de soucis pour elle, elle s’en sortira très bien. Et puis c’est une bonne idée, peut-être qu’après tout dans un élan de clémence les juges nous ont laissés quelques objets divers cachés un peu partout dans ce village. Je regarde Ruby. Un peu gêné moi aussi de mon comportement. Il faut dire que tout ça m’a vraiment atteint dans mon orgueil et mon ego. Je suis encore honteux d’avoir progressé comme je l’ai fais sur le dos de ma partenaire de district. plus vite j’aurais oublié ça, mieux ce sera. Nous voilà enfin seuls, entre nous. Je sais que ces moments sont à privilégier, nous n’en n’auront plus beaucoup. Mais ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus. Je m’apprête une nouvelle fois à faire mon inventaire à voix haute, mais pas le temps, Ruby a déjà commencé. « J'ai dix grenades, un truc en coton, et il me reste quatre analgésiques...Ah, et j'ai un harpon! Cool ! J'aime bien les harpons, même si j'en ai jamais eu entre les mains! Bref, heu je me suis emportée... Comme vous l'avez sûrement constaté, j'ai aussi un sabre d'abordage et aussi une boîte de thon. Et vous? » J’esquisse un sourire. Ça me rassure un peu plus de la voir de bonne humeur. Oui, il faudrait peut-être que je dédramatise, ce n’est pas si grave que ça, je vais me remettre. Quoi qu’il en soit, Ruby est tombé sur un bon sac. Une arme en plus, de la nourriture, des analgésiques dont un qu’elle m’a déjà donné… Je peux enfin faire la liste de ce que j’ai. « Et bien moi j’ai, une corde qui semble… plutôt longue. Utile si l’on de nous veut se pendre. Une couverture de survie et… six fruits, je ne sais pas vraiment ce que c’est. Des goyaves on dirait. Et ce poignard incurvé aussi ! » Que j’ajoute en le montrant du menton. Bon, on ne peut pas vraiment dire que je m’en sois mieux sorti que Ruby pour la pêche au sac. Mais on a de quoi tenir. Et puis, il y a encore les sponsors, le sac de Julien et ce qu’Annabeth trouvera dans ce village, accessoirement.

Quand elle revient, d’ailleurs, elle semble fière. Elle a ce sourire victorieux que touts carrières ne peut cacher lorsqu’il vient de tuer. Et qu’il en est fier. Elle nous montre ce qu’elle a pu trouver puis repars se laver les mains. Quand elle revient, j’ai déjà rangé une partie de mon sac, tout sauf les fruits en fait. « Quelqu’un a faim ? On mérite bien ça ! » Je prends une goyave, tentant encore et toujours de ne pas penser à mes blessures. Puis j’en tends à Ruby et Anna, libre à elle d’en prendre. Je ne fais pas faire l’égoïste maintenant. Avec Ruby, il n’en n’a jamais été question. Pour Anna non plus en fait, c’est mon alliée et je ne compte pas vraiment faire de différence. On en a besoin pour prendre forces. Nous jetons tous souvent un coup d’œil vers les trois ouvertures de la cabane dans laquelle nous dégustons ces fruits exotiques, prêt à nous défendre ou tuer quiconque s’aventurerait trop prêt de nous. Puis une question me brûle les lèvres. Je dois la poser, peut-être auront-elles une idée de la réponse. Entre deux crocs dans la goyave que j’ai coupé en deux, je leur dis : « Vous pensez que, ça, cette… explosion, c’était vraiment l’œuvre des Juges ? L’alliance de Buck avait l’air bien pressé pour des tributs qui avaient pratiquement le dessus… en fait, personne n’a vraiment vu ce qu’il a pris et a trafiqué dans la corne quand Hel me tenait occupé… Enfin, je sais pas, je trouve juste ça louche. » J’ai eu pas mal de temps pour penser à tout ça lors de notre longue et fatigante marche.




Spoiler:
 

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jake Felden
+ Capitole +


♣ Nombre de message : 554
♣ Date d'inscription : 25/06/2013


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mar 13 Mai - 15:28

Elle court, elle court pour échapper à l'explosion. Elle court pour sauver sa peau. Elle est parvenue à un espèce de village abandonné et s'est réfugiée dans ce qui semble être un petit cabanon. Elle se croyait tranquille, erreur, les carrières - qu'elle croyait morts dans l'explosion de la corne- ont élus domicile. Elle les as entendus, avec leur pas lourdaux, elle a compris que le tribut du Un était blessé.

Elle a entendu des cris, des cris masculins. Terrorisée, elle n'a pas osée bouger. Puis, le coup de canon est arrivé. Il faut qu'elle prenne son courage à deux mains, qu'elle ose sortir de ce cabanon pour s'enfuir loin des carrières.

Un craquement retentit. Elle n'ose plus bouger.

Les carrières l'ont repérée. Elle, Casey A. Reed, tribut du District Six, ne va pas tarder à mourir.

_________________
Une rose de Joss duh
Une rose d'Olympe
Une rose de Joss
Une rose de Noah  Evil or Very Mad Arrow  
Une rose de Sebastian :lèche cul:  Cool ah
Une rose de Logan Smile  Twisted Evil 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julien Sullivan
+ District Deux +


♣ Nombre de message : 32
♣ Date d'inscription : 11/07/2013
♣ Age réel : 20


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mar 13 Mai - 17:18

Nous marchons, longtemps, sous le soleil, chaud, brûlant. Je suis parti en éclaireur, histoire de voir ce qui nous attend devant, pendant que les autres restent près de Devon pour s’en occuper. Et nous avons suivis la route pendant 2 bonnes heures, ce qui ne me fait pas forcément plaisir vu l’état dans lequel est Devon, je m’assure qu’il arrive à suivre en me retournant de temps en temps. Puis nous arrivons à hauteur d’un petit village sur pilotis, qui semble abandonné, et depuis longtemps. Je souris en voyant cela, ces cabanes feraient un parfait abris, mais il faut se méfier, il doit y avoir des pièges des juges ici.. Je leur fais signe de continuer et m’assois sur la plage en les attendant, contemplant l’eau, et ses reflets comparables à des étoiles. Puis ils finissent par arriver, je leur souris. Nous décidons alors d’aller dans une des cabanes, et je finis par m’asseoir dans un coin, en poussant un long soupir. Nous faisons l’inventaire de notre équipement.

« J'ai pas récupéré de sac à la Corne, juste cet épieu. Mais vous inquiétez pas, c'est bon. Faites l'inventaire des vôtres. En attendant que vous ayez fini, je vais faire le tour de ce micro-village, voir si personne ne s'y cache déjà ou si on peut pas récupérer deux-trois trucs d'utiles. À tout de suite !

- J'ai dix grenades, un truc en coton, et il me reste quatre analgésiques...Ah, et j'ai un harpon! Cool ! J'aime bien les harpons, même si j'en ai jamais eu entre les mains! Bref, heu je me suis emportée... Comme vous l'avez sûrement constaté, j'ai aussi un sabre d'abordage et aussi une boîte de thon. Et vous?

-Et bien moi j’ai, une corde qui semble… plutôt longue. Utile si l’on de nous veut se pendre. Une couverture de survie et… six fruits, je ne sais pas vraiment ce que c’est. Des goyaves on dirait. Et ce poignard incurvé aussi !

-Moi j’ai eu un épieu, des sandales, un briquet, et des fruits du dragon. »

Je souris. Puis je retire mes chaussures, alourdies par l’eau, et enfile les sandales en attendant que mes chaussures sèchent. Puis je sors un fruit du dragon, l’épluche et commence à le manger.
Un craquement.
Dans le fond de la cabane, dans un coin sombre, une tête sort des ténèbres.

« Coucou ma jolie ! »

Spoiler:
 

_________________
i love you honey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jonathan Templebar
+ District Trois +


♣ Nombre de message : 680
♣ Date d'inscription : 09/03/2012
♣ Age réel : 23


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mer 14 Mai - 19:52

Le ciel est incroyablement bleu. Et le soleil si brillant qu’il en est presque blanc. Jamais les tributs ne pourraient croire que de nombreux hovercrafts passent au-dessus de leur tête sans qu’ils ne les voient ni les entendent. Pourtant, ils en retirent les bénéfices. Des parachutes largués avec une minutie extrême, instants minutés par le poids des cadeaux qui s’y accrochent et par les courants d’airs. Quelques fonctionnaires, un ordinateur et le puissant moteur d’un aéronef, soit une bagatelle pour le tout-puissant Capitole. Mais pour les tributs perdus au milieu de l’océan, l’ombre d’une toile argentée s’apparente à un miracle.

Pour les quatre carrières réunis dans le village abandonné, ce sont trois parachutes qui se déposent juste devant le seuil de la cabane dans laquelle ils sont abrités sans autre bruit que le « bip » appelant leur destinataire.

Un arc, un carquois de cinq flèches et une note attentionnée pour Julien Sullivan. "On t'envoie ce cadeau en espérant que tu tues pour revenir en vie. On t'aime fort et reviens nous en vie. Bailey et Chleo (qui sait à quel point tu crains avec un couteau ... Alors un canif ... Je préfère que tu fasses honneur à notre nom avec TON arme, pas la mienne.)"

Pour Devon Alae, presque agonisant, une crème anti-brûlure, 30 centimètres de bandage, un petit flacon de désinfectant, une boîte d’antidouleurs, un set de 6 couteaux, une bouteille d’eau (1,5 L), 4 shurikens et une note. "Voilà un bien gros cadeau pour toi, Devie... Fais en bon usage, et reviens. Ta mentor qui t'aime, Camille"

Et le troisième, transportant un katana, une bouteille d’eau (33 cl), une boîte de conserve de 100 g (haricot, flageolet, petit pois, épinard) et une note, est adressé à Ruby Prescott. "Allez Miss Prescott. On se reprend, et on sort d'ici. Et soit pas radine, partage avec Dev' ! Ta mentor qui crois en toi, Camille."

_________________
Trois roses de ma n'Ambrouille adorée  coeur  -très mauvais pour l'environnement le commerce de roses-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Svanhilde R. Clarke



♣ Nombre de message : 142
♣ Date d'inscription : 14/08/2012
♣ Age réel : 27


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Sam 17 Mai - 17:31

Careers will answer blood with blood.

Bordel, mais quelle chaleur! On cuit comme un oeuf sur une poêle dans cette arène! Enfin, contrairement à son mentor, elle avait de la chance… Elle avait de l'eau au moins.

Cela faisait un peu plus de trois heures qu'elle avait quitté l'île où elle s'était reposée avant d'assassiner le tribut du Dix, Nate Wartog, et qu'elle avait quitté le lac où elle avait élu domicile quelques heures pour se remettre de la mêlée au bain de sang et le l'explosion de la Corne d'Abondance où elle avait failli se ramasser un épieu en pleine face. Se faire tuer par une arme perdue! Plus ridicule tu meurs! Sans mauvais jeux de mots…

Julien! Il était encore là bas quand elle avait emprunté un banc de sables pour s'enfuir vers l'île où elle avait chassé ses lémuriens et récupérer des fruits. Elle espérait qu'il était encore en vie… Jusqu'à présent, aucunes preuves ne lui avaient affirmés le contraire.

En quittant l'île, elle avait eu de la chance. L'eau avait, effectivement, recouvert les bans de sable mais l'eau ne lui arrivait que jusqu'aux chevilles. Elle avait donc enlevé ses chaussures et chaussettes pour arriver sur l'île d'en face presque au sec. Elle avait marché calmement, mais en restant sur ses gardes, jusqu'à voir un espèce de village de cabanes de bois sur piloris. Génial! Elle trouverait peut être quelque chose! Mais prudence étant mère de sureté, elle décida de rentrer dans la petite forêt pour arriver, camouflée, jusqu'au village. Elle s'assit sur un tronc d'un arbre abattu pour remettre ses chaussettes et chaussures après avoir enlevé le sable sec de ses pieds nus. Elle en profita pour prendre une drupe dans son sac pour la manger et ainsi profiter de l'eau contenue dans le fruit. Elle était assoiffée et espérait pouvoir trouver une source d'eau douce potable dans ce village. Mais toute assoiffée qu'elle était, Hope tachait de garder un minimum de lucidité. Arrivée prêt du ponton qui faisait allure de boulevard pour le village, elle entendu un bruit. Elle lâcha le noyau du fruit tout juste avalé, se mit à genoux derrière un bosquet, pris son arbalète qu'elle chargea tout en s'assurant d'avoir son pieu à porter de main. Elle risqua à regarder un peu mieux.

Elle écarquilla les yeux en reconnaissant les Carrières. Les Uns. Ruby et Devon. Nom de Dieu! Qu'est ce qui est arrivé à Devon? Elle se souvint qu'il était encore à la Corne quand elle l'avait quittée… Donc quelques minutes avant que celle ci n'explose. Il avait du se prendre la déflagration en pleine poire! Aïe! ça a du faire mal! Quel dommage, il avait un si joli minois… Mais moins que Julien! Elle secoua la tête et se gifla mentalement. Comme si c'était le moment de penser à ça!
Parlant du Deux, elle remarqua Annabeth ainsi que…Julien! Les Carrières ne changeaient pas. Ils étaient toujours ensemble pendant les premiers jours histoire de tuer le maximum de tribut. Plus loin, en tordant un peu son cou, elle remarqua Casey Reed du District Six.  La pauvre… Hope sourit et s'installa plus confortablement histoire de profiter du spectacle.
lumos maxima


En bref:
 

_________________
UC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jonathan Templebar
+ District Trois +


♣ Nombre de message : 680
♣ Date d'inscription : 09/03/2012
♣ Age réel : 23


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mar 20 Mai - 19:11

Le ciel est incroyablement bleu. Et le soleil si brillant qu’il en est presque blanc. Jamais les tributs ne pourraient croire que de nombreux hovercrafts passent au-dessus de leur tête sans qu’ils ne les voient ni les entendent. Pourtant, ils en retirent les bénéfices. Des parachutes largués avec une minutie extrême, instants minutés par le poids des cadeaux qui s’y accrochent et par les courants d’airs. Quelques fonctionnaires, un ordinateur et le puissant moteur d’un aéronef, soit une bagatelle pour le tout-puissant Capitole. Mais pour les tributs perdus au milieu de l’océan, l’ombre d’une toile argentée s’apparente à un miracle.

Un parachute solitaire perd son altitude juste au-dessus de la cachette de la tribut du Huit et se pose sans autre bruit qu'un « bip » pour attirer son attention. Il s'échoue sur le sol, et avec lui un spray rafraîchissant, une paire de lunettes de soleil, une paire de chaussettes, un flacon de crème solaire et un petit mot. « Prouve moi que tu vaux l'argent que je viens de dépenser. Sinon, bonne mort ! »

_________________
Trois roses de ma n'Ambrouille adorée  coeur  -très mauvais pour l'environnement le commerce de roses-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Ven 23 Mai - 17:09

Careers will answer blood with blood.
Devon, Ruby, Julien & Anna.



Après m'être débarbouillée, lavée les mains et avoir astiqué mon épieu, je me redresse, soudainement remplie d'une pêche pas possible. J'ai même l'impression de me sentir mieux qu'avant le Bain de Sang - me sentir mieux après avoir nagé, marché, couru, m'être battue, m'être faite assommée et soufflée est possible ? Je rejoins d'un pas léger le reste de l'alliance et m'assieds enfin par terre, prenant du repos depuis la première fois depuis le début des jeux. Je garde mon arme à portée de main, posée contre le mur boisé de la cabane. Je décontracte mes muscles et ferme les yeux une seconde. Sans l'adrénaline et le mouvement permanent auquel je m'habitue peu à peu, j'ai l'impression d'être fatiguée. « Quelqu’un a faim ? On mérite bien ça ! » fait la voix de Devon. Je rouvre les yeux et tombe nez-à-nez avec une goyave. Mon regard passe du fruit à son possesseur et de son possesseur au fruit. Je finis tout de même par lui sourire et, après l'avoir gentiment remercié, je prends le fruit rouge et mords dedans sans attendre. Il est frais et sucré, c'est juste un délice... Je continue à manger à petites bouchées et silencieusement en me demandant si j'aurais encore l'occasion d'en déguster dans quelques jours. Serais-je encore vivante ? Bizarrement, je n'ai pas l'impression de ressentir de la peur quand je me vois mourir. Plutôt du regret et de la colère, en fait. Le regret d'avoir été si loin et de finir au fond d'un trou et la colère de n'avoir pas été à la hauteur de cette Arène. Mais la question est : est-ce que je veux vraiment gagner ? Une partie de moi s'exclame que oui, bien sûr ! Je suis une Carrière du District Deux, j'ai grandi dans l'esprit des Jeux, je me suis entraînée plus de dix ans ou presque pour arriver ici et gagner cette édition, alors oui, heureusement que j'espère gagner ! Mais ne pas avoir peur, être courageuse et avoir les aptitudes et la volonté pour gagner est-ce un prétexte suffisant ? Tout aurait été beaucoup plus facile si Julien n'était pas mon ami d'enfance, si je n'avais pas "sympathisé" avec Devon et si Ruby n'était pas si gentille avec moi. Si on est les quatre finalistes, est-ce que j'arriverai seulement à les tuer ? Je pense que dans ce cas-là, même toute la volonté du monde ne pourrait pas m'aider. La voix de mon allié du Un me distrait de mes pensées. « Vous pensez que, ça, cette… explosion, c’était vraiment l’œuvre des Juges ? L’alliance de Buck avait l’air bien pressé pour des tributs qui avaient pratiquement le dessus… en fait, personne n’a vraiment vu ce qu’il a pris et a trafiqué dans la corne quand Hel me tenait occupé… Enfin, je sais pas, je trouve juste ça louche. » Je le dévisage un instant sans rien dire, réfléchissant un peu à tout ça. Ce qu'il raconte se tient. Au tout début, l'alliance de Buck était en supériorité numérique - quand Gabe était encore en vie -, et de ce que je sais, Ruby était occupé avec le Sept, Julien avec ledit Gabe, moi avec Iélenna et Devon, justement, avait débuté avec Buck pour finir avec la Dix. Plutôt louche quand même, non ? Je ne pense pas qu'elle l'ait fait pour l'aider, puisqu'il a largement la carrure pour s'opposer à Dev - il a quand même obtenu une meilleure note que nous quatre au Passage devant les Juges - donc forcément, si Hel est intervenue, c'est que Devon avait besoin d'être distrait, ou en cas contraire, il n'aurait pas demandé à une gamine d'un district périphérique de s'occuper d'un Carrière du Un ! Mais maintenant, reste à savoir ce que fabriquait Buck dans la Corne pendant que nous étions tous occupés et si le soudain repli de leur alliance qui avait - ça m'en coûte de le dire - en quelque sorte l'avantage a un rapport avec la sournoiserie du Douze et donc éventuellement l'explosion de la Corne. Les Juges n'avaient aucune raison de provoquer cela, au contraire, je pense que ça aurait donné du spectacle sur le moment mais qu'une Arène sans Carrières pour pimenter le tout serait terriblement ennuyante. Je lève finalement le regard vers le blessé, le regard grave et soudainement froid et je lâche : « Sincèrement, je n'en sais rien, mais ton raisonnement tient trop bien la route pour qu'on ne se pose pas de questions. Les Juges n'avaient aucune raison de nous supprimer, mais Buck et ses sbires, en revanche, ils en avaient. Et puis ça expliquerait beaucoup de choses... comme l'intervention de la fille du Dix, la disparition de Buck et leur soudain empressement à se barrer de la Corne à tous. En tout cas, je peux te dire que si c'est vraiment eux qui ont fait ça, ils le paieront cher. Très cher. » Je serre les dents et redeviens silencieuse, laissant les autres parler et échanger leurs avis. Au moment où le silence se fait de nouveau, un bruit sonore de planche qui craque se fait entendre. Instantanément, je me redresse d'un bond et attrappe mon arme. Je tourne la tête à droite et aperçois une tignasse blonde qui dépasse de la "fenêtre" notre cabanon. Je pousse un soupir de soulagement en prenant conscience que ce n'est qu'un petit tribut isolé qui cherche à fuir et non une embuscade de l'alliance de Buck. Julien est le premier à réagir. Il sort du cabanon et, après m'être relevée sans empressement, je lui emboîte le pas. La jeune tribut le dévisage de ses grands yeux bleus innocents, son visage d'ange figé de terreur. Ses longs cheveux blonds son emmêlés et suintent la transpiration, j'en déduis donc qu'elle a fui la Corne et qu'elle n'a rien mangé ni bu depuis. Derrière elle se trouve une grande planche en bois, aucun risque qu'elle s'échappe de ce côté, et à sa droite et sa gauche se trouvent notre cabanon et celui où j'ai trouvé le Huit. Sur sa poitrine figure le chiffre Six. Elle vient de ma Zone, j'ai peut-être dû la croiser une ou deux fois. Je crois même qu'on partageait une activité ensemble. Mais je n'en suis pas sûre. En revanche, je ne connais pas son prénom. Je croise les bras sur ma poitrine tandis qu'elle tente de s'échapper par devant. Julien se décale de façon à lui bloquer se passage et la repousse en arrière. « Décidément, les blonds, aujourd'hui... » lâché-je dans un petit ricanement sinistre. Je fais un pas en avant pour me retrouver à côté de mon ami. « Bon allez, on partage ? » fais-je en lui lançant un sourire joueur. Sans attendre sa réponse, je lève l'épieu et l'enfonce violemment dans la cuisse de la tribut qui se met à crier. Je vois les larmes parler au coin de ses yeux. Peur ou douleur ? Sûrement à généreux mélange des deux. Je tourne quelques secondes l'arme dans la plaie profonde avant de la retirer brusquement. Au point où j'en suis, je ne serai pas ma surprise si elle se pissait dessus... ! Je me recule de quelques pas de façon à laisser la place à Julien et, éventuellement, aux autres qui ne tarderont pas à arriver. Je jette machinalement un coup d'oeil du côté des arbres lointains, pour voir si ses cris et le coup de canon annonçant la mort du Huit n'ont pas alerté d'autres tributs - et l'alliance ennemie. Personne n'approche et aucun bruit suspect ne se fait entendre. En revanche, une forme à la fois proche et éloignée attire mon attention. Une forme humaine ? Elle semble m'avoir remarquée, à l'inclinaison de sa tête, et pourtant, elle ne bouge pas d'un pouce. On dirait qu'elle nous regarde, justement, et qu'elle... sourit ? Un tribut nous voit en train de commettre un meurtre et au lieu de prendre ses jambes à son cou et de prier pour qu'on ne le retrouve pas dans l'heure, il se contente d'observer et de rire. Ouah, alors ça, c'est une première, je dois même avouer que ça me surprend... Intriguée, je fronce les sourcils et lance aux autres : « Vous avez qu'à terminer le travail, je reviens, y'a un truc là-bas et il faut que je sache ce que c'est... » Je marche tranquillement vers la silhouette qui prend forme petit à petit. C'est une fille, et elle a un sac, une arbalète et un épieu à côté d'elle. On peut dire qu'elle est chargée... Je m'approche de plus en plus et pourtant, elle ne bouge pas pour autant. Je ne vois ni peur ni souffrance sur ses traits, alors je commence sérieusement à me demander si ce n'est pas un piège. L'alliance de Buck ? Pourtant, ce n'est ni Iélenna ni la fille du Dix. Je la reconnais, c'est Hope River, la fille du Huit, la "Carrière" improbable. On peut dire que durant l'interview et lors des entraînements, elle a fait mouche... Je ne pense pas qu'elle soit de mèche avec les autres. Quand j'arrive à une dizaine de mètres d'elle, l'arme toujours en main et prête à lancer au moindre geste suspect de sa part, je lui demande d'une voix forte : « River. Du Huit, c'est ça ? On peut savoir ce que tu fous ici ? T'es suicidaire ou quoi ? » J'attends patiemment qu'elle me réponde, pour savoir si je dois lui tendre la main ou l'empaler.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Sam 24 Mai - 10:31


 Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Soudain, dans un des coins les plus sombres de la cabane ont nous avions élus domicile le temps de quelques prochaines heures, un visage pâle, une chevelure blonde encore mouillé et une respiration affolée sorte de l’ombre. Elle est terrorisée. Comment est-ce que l’on a pu l’ignorer ? On est ici depuis quelques longues minutes, et on a réussi à ne pas remarquer une clocharde paumée. Peut-être avait-elle fait l’atelier de camouflage ? En réalité je n’en n’ai aucunes idées, mais ça me rassure de me dire ça. Je me suis assez ridiculisé comme ça devant toute la capitale… Au moins, j’ai une excuse. Je suis trop faible pour remarquer de tels détails. Mais les autres, eux, non. Tant pis. Ça n’a plus d’importance, maintenant. Elle va mourir. Elle le sait. Malheureusement, pas de ma main. C’est bien dommage, plus de victimes je ferais, mieux ce sera. Mais je ne suis pas en état pour. En fait, mon état empire. Je ne suis pas dupe, je savais très bien que le temps n’arrangerait rien. Au contraire. Maintenant est le moment parfait pour recevoir quelque chose. Quelque chose pour me soigner. Pour soulager ma douleur atroce. Cette sensation de feu sur ma peau. Cette sensation du vent qui flotte sur a chair, non plus protégé par ma peau. Je continue à y croire. Camille. Jillian. Elles croient en mois, du moins, pour l’une d’elles j’en suis sûr, mais elles ne sont pas sottes. Elles voient très bien que je ne pourrais pas m’en sortir comme ça. Dans quelques heures, si je n’ai toujours rien, je serais sûrement mort de douleur.  Ou tuer par un des tributs du Deux. Ils n’en n’ont pas l’intention, mais à quoi bon garder un allié presque paralysé ? Ou est l’utilité ? Et bien il y en a aucune. Je reste donc la, dans mon coin. La tête reposée sur le bois humide, les dents serrées lorsque la douleur me lance, les jambes au sol. Je tente de rassembler les affaires que j’ai sorties de mon sac le plus rapidement possible.
 
Je ne m’en fais pas pour la blonde dont la veste m’apprend qu’elle vient du Six. D’ailleurs, Julien s’approche doucement d’elle. J’espère qu’il fera ça vite. Qu’il fera ça bien. Je n’ai pas envie de l’entendre geindre et hurler à la mort. Que cette dernière la prenne en silence. « Coucou ma jolie ! » Lui dit alors le carrière du Deux. Je lève les yeux quelques instants, pour remarquer qu’elle est encore plus terrorisée. J’aimerais sourire, encourager Julien et les autres, mais le coté gauche de mon visage me démange trop. Le son des vagues, entendre leur vas-et-viens sur le sable doré ne fait que de me rappeler la sensation de l’eau salée sur mes brûlures. Je grimace. Puis, dans un soupire. Je laisse échapper : « Occupez-vous d’elle, je vais juste… je vais juste me reposer un peu… » Cela n’avait rien d’un ordre, juste pour leur faire comprendre que je ne serais pas de la fête. Je n’ai aucune envie de tuer, dans la seconde. Juste de me sentir mieux. Mes yeux se ferment l’espace d’une seconde. Puis, trois bips sonores. Je crois d’abord que c’est mon ouïe qui me joue des tours, que ce n’est peut-être que le boum du canon annonçant la mort du Six que mon oreille déforme. Après tout, l’explosion peut très bien avoir percé mon tympan. Bien que je pense que je m’en serais rendu compte. Puis, en ouvrant brusquement les yeux je remarque trois parachutes dorés se poser à nos pieds. Je n’y crois pas. Je l’ai tellement espérer que tout ça, les cadeaux, les sponsors, les mentors, je n’y pensais plus. J’en reste bouche bée quant à la taille du mien. Plus rien ne peut attirer mon attention. Elle est uniquement sur ce si gros paquet. Sans attendre une seconde de plus, je me précipite, toujours assis, vers le parachute doré qui se trouve à quelques centimètres de moi.
 
Toujours bouche bée, j’attrape rapidement la petite note qui, malgré le martyre que je souffre m’arrache un sourire.  « Merci… » C’est très peu pour tout ce que ce cadeau à l’aire de contenir. Je sais. J’aimerais hurler. La remercier comme il se doit. En la prenant dans mes bras. J’espère qu’elle comprendra. Que je suis encore dans un état trop second pour la remercier, réellement. J’espère en avoir l’occasion lorsque je sortirais d’ici. Si j’en sors. J’espère qu’elle pourra voir ce simple, merci, aussi. Sans plus attendre, j’examine son contenu. Une crème. Anti-brûlure sûrement. Je lâche un soupir de soulagement. Je sers le récipient en métal froid si fort dans ma main, puis je continue à m’émerveiller en découvrant une boîte de cachets avec l’inscription « Antidouleurs ». Lire ce mot ne m’a jamais fait autant plaisir qu’aujourd’hui. Je remarque aussi un désinfectant, très utile et qui me réjouit tout autant. Tout comme le bandage enroulé qui semble plutôt long. Je sais déjà que je m’en servirais pour les deux blessures que les clochards m’ont infligées à la corne : le coup d’épieu de Buck, et celui de cuisine de Hel. Puis je me retrouve avec une bouteille d’eau dans les mains, sans réfléchir je l’ouvre, tout comme la boîte d’antidouleurs dont je prends une pilule. Je l’avale, tout rond, puis je bois deux grosses gorgées d’eau. J’ai l’impression de sentir tout mon œsophage s’hydrater.  Je referme la bouteille, bien décidé à me soigner comme il se faut. Je range grossièrement tout ces produits médicaux dans mon sac et je garde la crème anti-brûlure. J’enlève ma veste à manches courtes que je pose juste à coté de moi, près de mon sac et des lames que contient encore le parachute dorée. Puis j’ouvre le pot, je mets de cette crème blanche et grasse sur mes doigts de la main droite et je commence à m’en badigeonner le bras. La cuisse gauche. Le soulagement est instantané. Je sens comme une sensation de fraîcheur  se répandre sur ces brûlures. Il reste aussi celle du visage, mais je demanderais à un de mes alliés qui s’occupe encore de la Six de m’aider. Je ne sais pas si cette sensation de soulagement est du à la crème ou au cachet. « Merci Camille. Merci, merci, merci. » Je radote. Je ne me rends même pas compte que j’ai pensé à voix haute. Ce paquet m’a donné le courage dont j’avais besoin. J’étale bien comme il faut la crème sur moi et referme le pot. Il en reste environ la moitié, elle servira à m’en remettre plus tard et pour mon visage. Je range le pot dans mon sac et remarque mon tatouage. Sur mon bras droit. Il est intact. Le tatouage que Ruby m’a fait est intact. Un sourire en coin s’affiche sur mon visage.
 
Je me penche ensuite de nouveau sur le parachute dorée pour voir ce qu’il y reste… Des shurikens. Quatre. Des couteaux. Six. J’en attrape et, en une fraction de seconde, il fend l’air pour finalement se planter en plein dans le visage de la blondinette, à quelques mètres seulement de moi, dans la même cabane. Puis elle s’effondre. Un coup de canon. Je laisse échapper un petit rire sadique. Puis je vois qu’Anna n’est plus la, il ne reste que Julien et Ruby. Puis un d’eux traîne le corps dehors. Une traînée de sang se trace derrière le corps inerte. Puis il ne donne de nouveau le couteau, plein de sang. Je le mets avec les autres armes, je le nettoierais plus tard. 




Spoiler:
 

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julien Sullivan
+ District Deux +


♣ Nombre de message : 32
♣ Date d'inscription : 11/07/2013
♣ Age réel : 20


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Sam 24 Mai - 12:55

La fille du 6 semble effrayée, elle veut s’enfuir, ça se voit à son regard, que je perçois malgré la pénombre de la cabane. Anna s’avance vers elle.

« Décidément, les blonds, aujourd'hui... »

Un ricanement s’en suit. Je souris, voilà qui me plait bien.

« Bon allez, on partage ? »

Elle nous lance un regard joueur, puis sans attendre plus longtemps plante son épieu dans la cuisse du 6. Elle crie, hurle, pleure, mais personne ne viendra la sauver, personne. Puis un son de cloche, qui se découpe dans les hurlements du tribut. Un son que j’avais l’habitude d’entendre, mais seulement derrière mon écran. J’aperçois Anna sortir de la cabane après avoir aperçu quelque chose, peut-être est-elle allée voir l’origine du bruit ?
Des parachutes s’engouffrent par la petite fenêtre de la cabane, et un se dépose devant moi, de forme rectangulaire, très long. Je souris en sachant ce que c’est vu la forme du paquet, et encore plus en l’ouvrant.
Un magnifique arc argenté aux courbes fines s’y trouve, accompagné d’un carquois et de 5 flèches de la même couleur. En le prenant en main, je m’aperçois en plus de ça qu’il est très léger. Un mot se trouve dans le paquet, je l’ouvre.

"On t'envoie ce cadeau en espérant que tu tues pour revenir en vie. On t'aime fort et reviens nous en vie. Bailey et Chleo (qui sait à quel point tu crains avec un couteau ... Alors un canif ... Je préfère que tu fasses honneur à notre nom avec TON arme, pas la mienne.)"

Je me mets à rire en voyant la fin du message, c’est signé ma cousine ça. Ils ne m’ont pas oublié, et ils ont bien l’attention que je gagne on dirait… Je tend un peu la corde et m’aperçoit que l’arc a été spécialement conçu pour moi, la taille, le poids… parfait !
Les cris se sont arrêtés. Je me retourne vers le 6, et m’aperçoit qu’un projectile s’est planté dans son crâne, puis un coup de canon retentit. Devon a un grand sourire, il a lui aussi reçu des cadeaux, et il a su s’en servir on dirait.

« Joli lancer dis donc ! »

Je lui fais un clin d’œil. J’ouvre mon sac et en sors un fruit du dragon, puis avec mon canif, l’ouvre en deux avant de manger sa pulpe. Le goût est doux, un peu comme un kiwi, et en même temps j’ai l’impression d’être hydraté, bien qu’il va me falloir de l’eau très bientôt.
Puis je regarde vers la fenêtre, pour voir ce que fait Anna. Je l’aperçois. Avec une personne, Hope.

Spoiler:
 

_________________
i love you honey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Svanhilde R. Clarke



♣ Nombre de message : 142
♣ Date d'inscription : 14/08/2012
♣ Age réel : 27


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mer 28 Mai - 12:06

Careers will answer blood with blood.

Alors qu'elle attendait de voir le spectacle à l'ombre de sa cachette, Hope entendu un petit "bip" discret venant de derrière elle. Au quart de tour, elle tourna pour se retrouver nez à nez avec un parachute! Un sponsor! Quelqu'un lui avait envoyé un cadeau! Elle espérait que ce soit utile!

Toujours aussi discrète et à quatre pattes, elle se dirigea vers le parachute et prit le boitier (plutôt grand) où les offrandes des sponsors se trouvaient. Elle l'ouvrit en tachant de faire le moins de bruits possibles et trouva une paire de lunettes de soleil. Génial! Elle n'aura plus à se bousiller les yeux à cause de la luminosité. Une paire de chaussettes. Les siennes étant encore un peu sales, ça serait utile mais autant ne pas les mettre maintenant. Une petite bouteille sur laquelle était noté "spray rafraichissant"…Alors là, elle bénit la personne qui lui a envoyé ça! Elle l'utilisa sans attendre et appuya sur le bouton pour s'enduire le décolleté et le visage. Elle soupira de bien être. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle allait tout utiliser! Elle mit le spray dans le sac avec les chaussettes et cala ses lunettes à son t-shirt sachant qu'elle en aurait bientôt l'utilité.

Elle remarqua qu'il y avait encore quelque chose dans le boitier et sorti…Un tube de de crème solaire. GENIAL! Aurait elle bien hurler mais, à la place, elle déboucha le tube et se mit un peu de crème solaire sur le nez, les joues et un peu sur les épaules qu'elle sentait commencer à brûler. Elle trouva un petit mot dans le boitier: « Prouve moi que tu vaux l'argent que je viens de dépenser. Sinon, bonne mort ! » C'était signé Lucas! Elle leva les yeux vers le ciel et fit un signe du pouce vers une potentielle caméra envoyant, comme message à son mentor, tu me connais suffisamment pour savoir que je n'ai pas fait tout ça pour mourir!.

Ses nouvelles affaires dans sa besace, elle retourna à sa place pour aller observer le spectacle. Un peu trop tard, Devon Alae venait d'achever Casey Reed d'un coup de poignard. Le coup de canon annonça sa mort comme il l'avait fait avec Nate.
Hope esquissa un sourire en constatant que Julien avait choisi de bons alliés. Pile à ce moment là, Annabeth Junks croisa son regard. Celle ci parla à ses alliés avant de se diriger vers la tribut du Huit pour finir en face d'elle. Hope n'avait esquissé aucuns gestes pour s'enfuir. Bien au contraire, elle s'était relevée pendant que la Deux disait:
« River. Du Huit, c'est ça ? On peut savoir ce que tu fous ici ? T'es suicidaire ou quoi ? »Sans un mot, Hope décrocha son carreau de l'arbalète, rangea celui ci dans son carquois pour, finalement, ranger l'arme dans son dos et de tendre ses mains devant elle d'un air limite désintéressée tout en sachant que Annabeth pourrait l'attaquer. Elle dit: On se calme Junks! Je suis une alliée! Elle marqua une pause avant de rajouter: J'ai conclu une alliance avec Julien à la résidence des tributs!

Elle croisa le regard de ce dernier qui observait la scène: Salut Julien! Contente de te voir en vie! Dit elle en faisant allusion à l'explosion de la Corne d'Abondance.
lumos maxima


Résumé:
 

_________________
UC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mar 3 Juin - 21:19


 Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Je n’aime pas me savoir si faible. Ça ne m’est que très rarement arrivé mais cette fois-ci est suffisante pour que je déteste cela. Chaque seconde de plus, j’ai l’impression d’être inutile à l’alliance. De la retarder. De la rendre vulnérable, encore plus. Puis, sans parler de la douleur qui s’amplifie, seconde après seconde. Bien que très atténuée par la crème anti-brûlure et le cachet antidouleur. J’essaye de prendre sur moi. Je dois prendre sur moi. Ce n’est pas en me disant que je ne suis d’aucune utilité pour la meute que je me soignerais après tout, non, au contraire. Ca ne fera que de me décourager. Et si l’on a bien besoin de quelque chose dans cette arène, c’est du courage.  Je dois me reprendre. Je ne peux pas en manquer seulement deux ou trois heures après le début de mes Jeux. Ce serait ridicule. C’est d’ailleurs ce que j’ai commencé à faire en achevant cette pauvre blondinette. Sa mort a été l’évènement le plus tragique de sa vie et celle de la journée dans son District, mais pour moi ce n’est qu’une tentative pour retrouver un peu de « joie de vivre » dans cette arène meurtrière. C’est d’ailleurs ma troisième victime. Voilà seulement que je m’en rends compte. Trois. C’est déjà pas mal. Je ne suis pas si fier que cela, en fait je n’ai aucun mérite à tirer de leur mort puisqu’il n’a présenté aucune difficulté. Il ne s’agissait seulement de certains des plus faibles qui devaient mourir. Les malchanceux de cette année, en fait.
 
Soudain, je vois Anna revenir… seulement elle est accompagnée. River. La fille du Huit. Je ne lui aie jamais parlé, mais Julien m’a parlé d’elle un midi à la cafétéria du centre d’entraînement capitolien. Une dure à cuire. Une carrière dans l’âme. Une alliée à ne pas négliger, en bref. J’espère seulement que je peux lui faire confiance. Ce sera sûrement un peu plus dur qu’avec mes acolytes du Deux puisque je ne la connais pas du tout, mais c’est toujours une alliée de plus. Anna n’a pas l’aire si heureuse que ça, avec sa nouvelle alliée. Peut-être est-elle dans le même cas que moi ? J’aimerais bien, je me sentirais moins seul. Même si je me doute que Ruby ne sera pas non plus très réceptive. Enfin, elle ne lui fera aucun mal mais va sûrement rester sur ses gardes. Comme je compte le faire. On ne peut faire confiance à personne ici. Sauf les carrières. Oui, cette année nous sommes plus soudés que jamais. Et cela même avec cette nouvelle venue. « Salut Julien ! Contente de te voir en vie ! » Je me contente de la regarder, un mince sourire aux lèvres. Témoignant d’une certaine sympathie, si ça peut la rassurer. Mais ce sourire ne doit pas être très beau à voir, d’ailleurs. Il va sérieusement falloir que je songe à utiliser les cadeaux que Camille m’a envoyés. Oui, vraiment. Après que Julien ait répondu à la nouvelle venue, je lui dis, un peu gêné par les circonstances. « Julien, tu veux bien… me donner un coup de main avec tout ces soins ? » Je suis rapidement soulagé de sa réponse positive. J’aurais pu demander à une des filles mais je ne sais pas, j’avais envie de demander à Julien. Peut-être pour me retrouver avec un garçon. Je ne sais pas.
 
Je suis obligé de déboutonner puis baisser un peu ma chemise tâché de sang puisqu’il prend le tube de désinfectant et commence à s’occuper de mes deux plaies du Bain De Sang : celle à mon épaule droite par l’épieu de Buck et l’autre pas très loin au dessus du couteau de la fille du Huit. Pendant ce temps, je reprends le pot de crème anti-brûlure et tente de m’en mettre le plus précisément possible sur la surface de la brûlure sur mon visage. « Merci, à toi aussi… Je serais sûrement plus efficace après ça. On pourra commencer à aller voir les alentours, trouver de l’eau, chasser... enfin, on verra ce qu’on peut faire ici. » Je ne veux juste pas qu’un blanc pesant vienne gâcher ce moment de complicité. Je lui redevrais cela aussi. J’espère avoir l’occasion de l’aider, lorsqu’il en aura besoin. La crème anti-brûlure me soulage et me donne une nouvelle fois cette impression de fraîcheur. Aussi celle que mes tissus de peau se reforment… Mais ce n’est qu’une illusion. Je suis dévisagé. Si je veux un jour revoir ma peau telle qu’elle l’était ce matin, je devrais sortir de cette arène vivant et non arraché à ces terres par les griffes d’un hovercraft. C’est une des nombreuses raisons qui vient s’ajouter à la liste de mon obligation de gagner. Il doit me rester un tiers de ce pot de crème grasse. Je le referme. J’aurais besoin encore de cette pommade – qui a d’ailleurs dû couter une fortune – plus tard. « Bon, je pense qu’avec le bandage ça ira. Et je reprendrais un cachet antidouleur plus tard. » Je pense à voix haute sans même m’en rendre compte. Et je me sens déjà mieux. Ces soins me font un bien fou, Camille non plus je ne pourrais jamais la remercier ainsi.



Spoiler:
 


EDIT SOREN : A faire lors du prochain post de Julien !

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julien Sullivan
+ District Deux +


♣ Nombre de message : 32
♣ Date d'inscription : 11/07/2013
♣ Age réel : 20


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Jeu 12 Juin - 18:45

Les deux filles rentrent dans la cabane. J’ai le souffle un peu court, je suis étonné de la voir. Je m’attendais à la revoir beaucoup plus tard.. m’aurait-elle suivie ?

« Salut Julien ! Contente de te voir en vie ! »

Je souris, d’une façon sincère. Je suis heureux de la retrouver en vie, une alliée de force qui va nous aider grandement.. et surtout une très bonne amie.

« Content aussi de te voir, Hope… »

Devon me coupe dans mon élan.

« Julien, tu veux bien… me donner un coup de main avec tout ces soins ? »

Je tourne la tête vers lui, et acquiesce après avoir fait un clin d’œil à Hope. Je me dirige vers le garçon, le regarde attentivement. Effectivement il a bien morflé le pauvre. Il commence à déboutonner sa chemise, et je vois son corps.. il est bien bâti, musclé comme il faut.. Je ne dois pas m’attarder sur ça.. le tube de désinfectant, il me le faut ! Je regarde à ses pieds et aperçoit le petit pot argenté, je l’ouvre, et commence à étaler sur ses deux plaies la mixture. Lui prend le pot de crème anti-brûlure, se l’étale sur la partie brûlée de son visage. Ca a l’air de le soulager un peu, ce qui me rassure.

« Merci, à toi aussi… Je serais sûrement plus efficace après ça. On pourra commencer à aller voir les alentours, trouver de l’eau, chasser... enfin, on verra ce qu’on peut faire ici. »

Je n’avais jamais été aussi proche de Devon que maintenant, au sens physique comme moral, je compatissais à sa douleur. Je passe ma main dans ses cheveux et les frotte.

« C’est normal voyons, on est alliés tu sais… On doit se serrer les coudes jusqu’à la fin… »

Je lui lance un clin d’œil après ces paroles et prend les bandes, en découpe les 2/3 pour recouvrir son épaule, je le fais délicatement pour éviter de lui faire mal. Je prends ce qui reste et recouvre la petite blessure près du cou de Devon.

« Ca devrait être bon comme ça.. »

Je lui souris. Je l’aime vraiment, ce Devon.
Il me semble qu’il marmonne quelque chose, je n’y prête gère attention car je jette un œil à la position du soleil par la fenêtre de la cabane. Il commence à décliner, je pense que l’on ne va pas s’aventurer trop loin.. mais il va falloir chasser..

« Je propose qu’on campe ici pour le reste de la journée et la nuit, je vais rester avec Devon pour surveiller ses blessures, les autres, allez chasser ou pêcher, il nous faut des vivres, compris ? »

Je les regarde tous, un à un, d’un air sérieux.

Spoiler:
 

_________________
i love you honey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jonathan Templebar
+ District Trois +


♣ Nombre de message : 680
♣ Date d'inscription : 09/03/2012
♣ Age réel : 23


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Jeu 12 Juin - 20:25

La nuit est encore reine lorsque le parachute est lâché. La lumière de la lune se reflète presque poétiquement sur la toile argenté qui descend lentement, doucement ballotée par les souffles de vent. Comme un fantôme, le parachute se rapproche silencieusement du sol, jusqu’à ce qu’il soit suffisamment près de son destinataire pour s’annoncer d’un « bip ». Il se dépose ensuite juste au seuil de la cabane dans laquelle ce dernier est caché, laissant son lourd chargement s’échouer sur le sol. Un deux est peint sur la toile, et le parachute apporte avec lui un katana, une boîte de cinq antidouleurs, un pack de cinq lamelles de viande séchée, une boîte de dix cachets blanchâtres, une paire lunettes de soleil, une paire de lunettes de nuit, une photo de Bailey, une bouteille d'un litre et demi pleine d'eau et avec cela un mot rédigé à la hâte "Je suis désolé, j'ai été découvert, mon identité a été trouvée, je dois fuir, je t'aime mon amour, mais tu dois faire sans moi où tu en payeras les conséquences. Ton homme."

_________________
Trois roses de ma n'Ambrouille adorée  coeur  -très mauvais pour l'environnement le commerce de roses-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Svanhilde R. Clarke



♣ Nombre de message : 142
♣ Date d'inscription : 14/08/2012
♣ Age réel : 27


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Ven 13 Juin - 15:18

Careers will answer blood with blood

En quittant sa cachette, Hope cala ses toutes nouvelles lunettes de soleil sur son nez ravie que la luminosité ambiante lui vienne moins forte. Elle accompagna Annabeth jusqu'au village puis à une maisonnette en bois plus en ruine qu'autre chose mais en suffisant bon état pour accueillir le petit groupe sous son toit. A l'intérieur se trouvait Ruby Prescott, Julien Sullivan et Devon alae. Celui ci la salua d'un léger sourire méfiant. Après tout, c'était normal! Elle se pointait comme une fleur en se disant leur alliée (plus précisément, celle de Julien)… Hope n'aurait pas eu confiance non plus.

Puis Julien la salua en lui exprimant sa joie réciproque de la voir en vie. La Huit vit la surprise se teindre sur les traits fins du Deux. Il ne s'attendait pas à la voir aussi vite… Hope non plus remarque. Elle s'attendait plutôt à tomber sur lui vers le troisième jour mais, bon, elle était tombée sur lui plus tôt! Voilà tout! Elle s'approcha de lui dans l'optique de continuer la conversation quand Devon demanda à Julien de venir l'aider à panser ses blessures. Le pauvre en a reçu plein la tête…Et ce n'était pas qu'une image. Il devait se trouver prêt de la Corne quand celle ci a explosé. Hope se souviendrait toujours de l'angoisse qui s'était logée en elle quand elle, après avoir esquivé le pieu devenue son arme, avait vu cette colonne de fumée s'élevée vers le ciel factice de l'arène. Mais, sachant que Julien y échapperait, elle avait pris ses jambes à son cou.

Hope s'approcha des deux garçons du groupe en ouvrant sa besace et sorti son tube de crème solaire. Elle le leur tendit.  


Met lui ça. Dit elle à l'adresse de Julien C'est de la crème solaire. Il vaut mieux éviter qu'il aie des coups de soleil sur ses cicatrices sinon elles pourraient s'infecter

Dit elle. Elle espérait que cela suffirait à prouver à Devon, Ruby et Annabeth qu'elle était leur alliée. Enfin, pour le moment…Car, d'un jour à l'autre, les membres de leur groupe se retourneraient les uns contre les autres…Après tout, il n'y aura qu'un seul vainqueur. Soudain, Julien prit la parole.

« Je propose qu’on campe ici pour le reste de la journée et la nuit, je vais rester avec Devon pour surveiller ses blessures, les autres, allez chasser ou pêcher, il nous faut des vivres, compris ? »


Hope alla s'asseoir en soupirant: J'ai cavalé depuis le début de l'arène. Sans compter que j'ai fait la peau à Nate! Je suis crevée! ça embête quelqu'un que je reste ici? Je rejoindrais les filles plus tard… J'ai juste besoin de reprendre mon souffle Dit elle se servant de sa main comme d'un éventail pour se faire de l'air. Plus d'une fois, elle avait failli tomber dans les pommes. Elle sorti de son sac son spray rafraichissant et s'en aspergea un peu.

Un peu plus tard, dans le groupe s'étant réduit à elle, Julien et Devon - les filles étant parties chercher de quoi grignoter - Hope entendu le *bip* caractéristique aux parachutes, elle leva la tête vers le ciel noir de la nuit pour voir un parachute auquel était attaché un paquet qui atterrit en face de Julien. La Huit souri. Elle mettrait sa main à couper que ce n'est pas son premier! Il y avait un katana, une boîte de cinq antidouleurs, un pack de cinq lamelles de viande séchée, une boîte de dix cachets blanchâtres (mais c'était pour quoi ces trucs?), une paire lunettes de soleil, une paire de lunettes de nuit, une photo d'un garçon d'un peu prêt leur âge, une bouteille d'un litre et demi pleine d'eau…Ainsi qu'un petit mot. En voyant la bouteille, Hope se souvint à quel point elle avait soif et s'apprêta à demander à son allié si ça le dérangeait qu'elle boive quelques gorgées. Soudain, elle vit que quelque chose clochait:


ça va? Il y a un problème? Dit elle un soupçon d'angoisse dans la voix.
lumos maxima


En bref:
 

_________________
UC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Ven 13 Juin - 22:38


Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Il faudra vraiment que je trouve un moyen de remercier Julien. Je ne sais pas comment, mais je le ferais. Je me le promets. Au moins avant qu’il meurt. Je ne m’étais pas vraiment préoccupé de Hope jusque là. Je me contentais de me soigner du mieux que je pouvais, avec l’aide si précieuse de mon allié, jusqu’à ce qu’elle intervienne : « Met-lui ça. C'est de la crème solaire. Il vaut mieux éviter qu'il ait des coups de soleil sur ses cicatrices sinon elles pourraient s'infecter. » Puis elle lui tend le tube. Il m’en applique sur le plus gros des brûlures, rapidement. Nous n’avons plus de temps à perdre avec cela. Je me rends compte alors que je peux vraiment faire confiance à Hope. Je l’ajoute à la liste des personnes que je devrais aider, quand elles en auront besoin que j’en aurais l’occasion. Je la regarde, un sourire des plus sincères accroché aux lèvres et lui dit le regard planté dans le sien : « Je te remercie beaucoup… C’est gentil de ta part, je te revaudrais ça dès que j’en aurais l’occasion ! » Je ne sais pas quand. Mais pas maintenant. C’est sûr. Pourquoi ? Parce que je suis enfin en état de me déplacer, de bouger, d’être utile à l’alliance et je ne compte pas laisser passer ce qu’il reste de cette journée assis ici dans mon coin de la cabane. Je préfère aller faire ce qu’il faut faire avant que le soleil ne se couche. Dans une heure ou deux, je suppose, à voir sa position dans le ciel d’un bleu azur.

Je souris de satisfaction, de bien-être presque lorsque Julien passe une main dans mes cheveux et les ébourifie. Il me sourit à son tour. Ce n’était pas très agréable de devoir soigner ces blessures qui me lançaient au moindre contacte mais je me sens mieux. Beaucoup moins faible et chaud. Je commence d’ailleurs à rassembler mes affaires un peu éparpillée autour de moi. Je commence par accrocher mon set de couteaux à mon short en jean en j’y glisse les shurikens sauf celui plein de sang que je vais aller laver, très rapidement. Le reste va dans mon sac, sauf la crème solaire de Hope que je rends à son propriétaire. Je me lève enfin, après de longues heures assis ici à m’être reposé, à avoir mangé et bu un peu. Je me dégourdis les jambes comme je peux et mets mon sac en bandoulière, j’en aurais besoin. Julien prend alors la parole pour parler à tout le petit monde présent dans cette cabane de pêcheur en piteux état, lorsqu’on y accorde un peu d’attention. « Je propose qu’on campe ici pour le reste de la journée et la nuit, je vais rester avec Devon pour surveiller ses blessures, les autres, allez chasser ou pêcher, il nous faut des vivres, compris ? » Annabeth et Ruby échange un regard et s’exécute finalement. J’espère qu’elle nous ramènerons de quoi nous redonner toutes les forces dont nous avons besoin. Mais Hope ne semble pas vraiment prête à sortir. Je la regarde, un quelque peu étonné et bois trois gorgées de ma bouteille d’eu afin de me désaltérer. Hope dit qu’elle préférerait se reposer, elle a beaucoup couru depuis le bain de sang et a besoin de rester un peu tranquille. J’hoche la tête d’un air acquisiteur et lui dit, presque compatissant : « Très bien, prends tout le temps qu’il te faut. Moi je dois sortir, j’ai récupéré des forces et je ne peux plus rester enfermer ici. Je vais me rafraîchir dans la mer, nettoyer cette arme et Julien, j’aurais besoin de ton aide. Ne t’inquiète pas Hope, on s’assure à ce que tout le monde rentre avant la nuit tombée. » Hope tend son épieu à Julien, je ne cherche pas à comprendre et sors.

Me voilà dehors, je vais directement vers le bleu de l’eau et trempe le shuriken qui a tué la pauvre blonde du Six. Le sang se dissipe dans les vagues et je me retourne. Silencieusement, prudemment, Julien avance vers une masse kaki qui avance de la lisière de la forêt lentement. Arc tendu, je m’approche de lui, mon shuriken rangé et mon poignard incurvé bandit devant moi. Alors que l’on est à un peu moins d’une dizaine de mètre de la bête sauvage, il lâche la flèche qui vient se planter entre les deux yeux du crocodile. Je me dirige vers la bête gisante et donne quelques coups de couteaux pour être certain de sa mort. En une dizaine de minute, on récupère de la viande et les nombreuses dents ensanglantées du monstre. Puis nous allons chercher un peu d’ombre en dessous d’un cocotier. Presque inutile, nous y restons encore quelque minute… Nous rejoindrons les filles dans la forêt plus tard. très souvent, l’on regarde autour de nous pour voir si personne ne se précipite vers nous. Si c’était le cas, on pourrait les tuer facilement. Vers la cabane non plus, rien à signaler. Après quelque minute –encore – passés près du ponton, à son entrer et en dessous avec Julien. Dans la fraîcheur presque inexistante de l’eau… nous nous apprêtons à rentrer.

Spoiler:
 

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ruby Prescott
+ District Un +


♣ Nombre de message : 538
♣ Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mer 18 Juin - 16:11


Autour de moi, tout le monde s'active. Mais je suis ailleurs. Je suis tombée dans un état de léthargie après avoir déballé le colis envoyé par Camille. Je ne devrai pas être si molle. Ça ne me ressemble pas. Pourtant, mes yeux restent coincés sur un creux dans le mur. « River. Du Huit, c'est ça ? On peut savoir ce que tu fous ici ? T'es suicidaire ou quoi ? » Je sursaute et constate qu'une brune a fait irruption. Annabeth la fixe d'un air meurtrier. Depuis combien de temps est-elle arrivée? Je dois vraiment me ressaisir, ce n'est pas le moment de se la couler douce. La fille, visiblement la tribut du 8 baisse son arme et déclare être notre alliée, je fixe les autres d'un air incrédule; j'ai visiblement raté quelque chose d'important. J'ai une petite envie d'en finir avec elle tout de suite avant qu'elle ne nous cause d'ennuis, mais visiblement, elle s'est déjà arrangée avec Julien, et je ne veux pas le mettre contre moi. D'ailleurs, le frisé du deux semble s'occuper des soins de Devon. Je reste muette et me contente d'observer autour de moi. J'ai comme l'impression de m'être reçu un coup sur la tête, alors que pas du tout. « Je propose qu’on campe ici pour le reste de la journée et la nuit, je vais rester avec Devon pour surveiller ses blessures, les autres, allez chasser ou pêcher, il nous faut des vivres, compris ? » Je regarde Julien avec méfiance, réticente à laisser Devon seul avec lui, même s'il est notre allié. Je guette l'approbation de Devon, puis, à contrecœur, je sors de la cabane avec mon sac et mes armes après avoir laissé à Julien et Devon ce qu'il me reste d'analgésiques. Un instant, les rayons ardents du soleil m'éblouissent. Je sors la bouteille d'eau et laisse couler quelques gorgées rafraîchissantes, puis part prudemment à la recherche de quelque chose qui approvisionnera notre garde-manger. Je ne saurai dire combien de temps j'ai erré ainsi, guettant un quelconque rongeur dans les rues du village en ruine, mais quand je rentre à la cabane, le soleil se couche déjà sur l'arène. Démoralisée, je m'assieds dans un coin et parle d'une voix éraillée; je n'ai pas dit un mot depuis des heures, j'ai presque oublié comment on fait pour avoir des discutions construites. « A part de l'eau et du sable y'a rien par ici... Bon je vais essayer de me rendre utile; je prend le premier tour de garde, reposez-vous. »Quand même, je suis frustrée d'être revenue les mains vides. Bon, demain, ça ira mieux. Tout ira mieux. Je me rend soudain compte que mon poing est toujours serré sur mon katana. Je relâche légèrement mon emprise et sens mes doigts craquer sous la tension.

Spoiler:
 

_________________
L'espoir tue.
« ceci est un message du ministère des hunger games, sponsorisé par Stark et A.A.P (l'association des armuriers de Panem)» prout prout prout prout?! prout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jonathan Templebar
+ District Trois +


♣ Nombre de message : 680
♣ Date d'inscription : 09/03/2012
♣ Age réel : 23


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Jeu 26 Juin - 19:45

Les plus grands dangers viennent souvent des choses qu’on sous-estime. Comme les niveaux de radiation aux alentours d’une centrale nucléaire accidentée ou la capacité d’un allié à nous trahir. Il y a aussi ces petits animaux, fins comme une ficelle, longs comme un doigt et blanc comme un os propre, qui se frayent une vie de leur bouche vorace à travers le bois sec. Lorsque s’offre à eux l’occasion d’échapper à leur morne environnement pour creuser leurs galeries dans un matériau plus doux, plus chaud, mieux irrigué par le sang, ils n’hésitent pas. C’est ainsi qu’une douzaine d’entre eux ont élu domicile sous la peau d’Annabeth Junks. Pendant les premières heures, la jeune femme ne sens que des démangeaisons tandis que les vers tracent lentement leur chemin à travers sa chair, pondant leurs œufs dans les recoins les plus tendres, à l’intérieur des tissus gorgés de capillaires. Plus le temps passe, plus son derme s’enflamme, plus ses ongles vont gratter sa peau dans le vain espoir de calmer ce qui se passe en dessous. Et puis, vingt heures plus tard, alors que le soleil se hâte vers son zénith, les œufs éclosent, et cela n’est pas la partie la plus douloureuse. Les larves juste nées sont trop nombreuses pour un seul corps, alors, avides de nourriture et d’espace, elles commencent à faire leur chemin vers l’air libre. Elles déchirent les pores et font couler le sang tandis qu’elles percent la peau et se tortillent pour en sortir. D’abord interdite par le spectacle de centaines de petits corps blanchâtres émergeant d’elle-même, Annabeth Junks ne tarde pas à gémir de douleur et à sangloter, puis à crier et à convulser sur le sol, tandis que, inlassablement, les larves et les vers adultes abandonnent ce corps à des parasites amateurs de tissus morts pour se tourner vers les plus proches chairs chaudes.


Donc, pour la partie explication : Annabeth meurt, libérant des centaines de vers qui se dirigent vers les êtres vivants autour d’eux. Si vous ne répondez pas d’ici au dimanche 6 juin, ils infesteront votre personnage, qui sera alors condamné (à moins d’un sponsor très généreux) à être dévoré de l’intérieur jusqu’à que les vers se sentent à l’étroit et s’en aillent en le laissant agonisant. Prenez bien note de la chronologie : ceci arrive le jour deux, juste avant midi, votre personnage doit donc en être au jour deux juste avant midi pour pouvoir réagir face aux parasites.

Je suis à disposition pour toute question ^^

_________________
Trois roses de ma n'Ambrouille adorée  coeur  -très mauvais pour l'environnement le commerce de roses-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Svanhilde R. Clarke



♣ Nombre de message : 142
♣ Date d'inscription : 14/08/2012
♣ Age réel : 27


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mer 2 Juil - 12:07

Careers will answer blood with blood

« Très bien, prends tout le temps qu’il te faut. Moi je dois sortir, j’ai récupéré des forces et je ne peux plus rester enfermer ici. Je vais me rafraîchir dans la mer, nettoyer cette arme et Julien, j’aurais besoin de ton aide. Ne t’inquiète pas Hope, on s’assure à ce que tout le monde rentre avant la nuit tombée. »

Hope remercia d'un sourire Devon. Bientôt, la nuit fut tombée sur l'arène. Comme promis, Hope, après avoir récupéré son épieu, avait aidé les filles du groupe à aller chercher quelque chose à manger…Mais évidemment, à part de l'eau salée et du sable. Il n'y avait rien. Elles furent, néanmoins, rejointes par Julien et Devon qui, d'après leurs dires, avaient tué un crocodile. Ils auraient quelque chose à grignoter pour le soir.

Hope, accompagnée par ses "alliés", fini par retourner au campement de fortune des Carrières, bien à l'abri dans une maisonnette de bois en ruine, avait commencé à fouiller les alentours à la recherche de quelque chose qui pourrait lui être utile. Elle tomba sur un filet de pêche et sur une boite d'allumettes. Le récipient des petits bâtonnets était un peu humide mais elle le fera séché au soleil. Elle plia le filet et le fourra dans sa besace comme elle pouvait avec la boite d'allumettes. Elle trouva aussi une casserole en fonte et décida de l'utiliser pour cuire la viande de crocodile. Elle n'avait quasiment jamais cuisiné de sa vie mais elle n'avait pas trop le choix.

Après un bon repas, Hope avait conservé ses steaks de lémuriens pour se concentrer sur la viande de crocodile, la rouquine s'exclama d'une voix légèrement enrayé:
« A part de l'eau et du sable y'a rien par ici... Bon je vais essayer de me rendre utile; je prend le premier tour de garde, reposez-vous. »La huit ne savait pas si elle arriverait à dormir cette nuit. La seule personne en qui elle avait complètement confiance était Julien mais elle allait devoir respecté les alliés de celui ci. Par sécurité, elle se mit à côté de son allié pour dormir sachant qu'il ne l'attaquerait jamais durant son sommeil. Jusqu'à son tour de garde, la nuit fut plutôt inconfortable mais elle n'en eu cure. Après tout, au Huit, le confort était vraiment minimaliste et le confort de cette cabane y ressemblait. Elle était allongée sur un matelas légèrement humide toute habillée pour pouvoir s'enfuir en cas d'urgence avec son sac et ses armes à porté de main pour ne pas à avoir à perdre des minutes pour rassembler ses affaires et se barrer en quatrième vitesse.

Elle se réveilla en plein milieu de la nuit, un peu avant son propre tour de garde, et sachant qu'elle n'arriverait pas à se rendormir se leva en s'étirant pour atténuer un mal de dos qui s'était immiscé dans son être. Elle ramassa son épieu qu'elle cala dans sa ceinture ainsi que son arbalète et ses carreaux qu'elle mit dans son dos avant de mettre son sac en bandoulière et de rejoindre Julien qui finissait son tour de garde. Elle s'assit à côté de lui et ils commencèrent à discuter jusqu'à ce que Devon les rejoigne.



Le lendemain matin se passa calmement, avec l'accord de son allié, bu un peu de son eau, se passa un peu de crème solaire sur son nez et sur ses épaules. Elle n'avait pas spécialement faim et, vu la situation, inutile de manger par gourmandise sous peine de se retrouver à sec de provision. Midi arriva vite sans qu'aucuns tributs ne viennent les déranger et c'est là que les choses commencèrent à déraper. Les carrières et leur alliée de Huit discutaient à voix basse de ce qu'ils allaient faire quand, tout à coup, Annabeth commença à convulser et à gémir de douleur. Tous ne savaient quoi faire et regardèrent la Deux souffrir. Qu'avait elle? Elle avait eu des démangeaisons la veille et ça s'était aggravé au point qu'elle s'était grattée au sang. Leur alliée fini par s'écrouler à terre et une nuée d'espèce de petits vers de terre blanc sortirent de son corps. Annabeth était morte! Et ils le seraient aussi si ils ne réagissaient pas! Elle se leva, heureusement, elle avait toutes ses affaires sur elle, et prit le bras de Julien pour le forcer à se mettre debout.


Julien! Lève toi! Ruby, Devon! Il faut s'enfuir! Vite!

Hope essaya de rester calme mais c'était difficile. Oui, elle s'était entrainée à entrer dans l'arène mais rien ne l'avait préparé à ça. Mais il fallait fuir…Fuir pour vivre, pour survivre! Tenant toujours le bras de Julien, Hope s'enfui, en le trainant, hors de la maison en espérant que leurs alliés les suivaient. Elle faisait fonctionner son cerveau pour savoir ce qui a pu arriver à Annabeth, qu'est ce que c'était que ces machins et ce qui pourrait les attaquer. Le feu! Elle arriva au bout du ponton et fouilla dans sa besace pour retrouver la boite à allumettes qu'elle avait trouvé la veille.. Elle en prit trois en main et les gratta plusieurs fois jusqu'à avoir une étincelle qui prit. Elle alla prendre des feuilles de palmier tomber à terre et y mit le feu avant de jeter le tout vers le ponton de bois en espérant que les flammes prendraient et réduiraient ses horreurs en cendre.
lumos maxima


En bref:
 

_________________
UC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Mer 2 Juil - 22:38


Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Alors que le soleil se couche déjà, sur la mer d’un bleu azur, j’ai le sentiment de n’avoir rien fait. D’avoir gâché ma première journée dans cet enfer pour lequel j’étais si préparé… du moins, c’est ce que je pensais. Il faut dire que je ne m’attendais pas vraiment à une explosion. Mais je suppose que dans quelques heures, après avoir dormi comme il faut, je serais en bon état. Autant qu’au bain de sang de ce matin. Je veux dire, au départ. Nous avons perdu beaucoup de temps. En cette fin de journée, nous aurions pu chasser. Du tribut. Bon. Je vais juste arrêter de me rendre coupable, tout ça c’est de la faute des juges. Ou de l’auteur de cette bombe. Peu importe, je ne préfère pas penser à cette deuxième éventualité, ça va me mettre en rogne. Et je doute que ce soit le moment. Je vais me contenter de d’allumer un feu sur cette plage chaude. Rapidement, Hope revient avec une casserole toute cabossée et usée par le temps. Je m’efforce de garder le feu petit, et la fumée aussi. Mais ça, ça ne se contrôle pas. J’ai juste peur que l’on se fasse repérer. Enfin, j’appréhende juste un nouveau combat. Je n’ai pas peur. Les carrières n’ont pas peur. Nous devons faire cuire rapidement ces quelques lamelles de viande de crocodile, avant qu’elles ne soient plus comestibles. Il doit y en avoir quatre. J’éteins rapidement le feu après un aller-retour vers les vagues hypnotisantes. Je partage mon épaisse part de viande avec Ruby. Alors que Julien, Ruby et Hope se partage le reste. Je dois avouer que j’espérais mieux comme premier vrai repas dans l’arène. Mais je comptais sur une corne remplie, en fait. Mais cette viande mal cuite me remplit assez le ventre pour me faire oublier la faim qui me gagnait doucement depuis mon « accident ». je camoufle les traces du feu sur le sable fin avant de rejoindre notre abri avec les autres, une goyave à la main que je vais éplucher avec mon poignard et savourer. J’ai besoin de jus. Et ce fruit fera l’affaire. Il fera aussi office de dessert.

Ruby, visiblement encore déçue de sa chasse vaine décide de prendre le premier tour de garde. L’espace d’un instant, je veux aller avec elle. Juste pour parler. Avec elle, le temps de deux heures ou trois. Mais je vois vite qu’elle n’est pas d’humeur. Elle veut que l’on se repose. Mais en fait, j’ai l’impression de n’avoir fait que ça aujourd’hui. Me reposer. Enfin bref. Je ne dis rien et rassemble mes affaires. Je dois me préparer à la possibilité de devoir fuir dans la nuit. J’attache mon set de couteaux – dans lequel j’ai glissé mes shurikens comme je le pouvais – à ma ceinture. Je pourrais sortir n’importe quelle arme en une fraction de seconde pour la lancer et enfin la planter dans le crane ou le membre de n’importe qui. A part peut-être mon poignard qui se trouve au fond de mon sac en cuir. Je me mets dans un coin. Comme tout le monde. Je me pose des dizaines de questions, mais je me tais. Mon sac près de moi, un couteau dans la main, mes yeux se ferment d’eux même. Moi qui croyais ne pas être fatigué… PUTAIN ! Quel est l’abruti qui s’est mit à ronfler ? Je me redresse et regarde autour de moi. Dans l’obscurité, je ne vois personne ronfler. Mais je reconnais la tignasse rousse de ma Ruby qui dort à son retour. Je me rends compte que Hope et Julien chuchote à l’entrée de notre cabanon. Je les rejoins en silence. Je ne dis pas un mot et les laisse parler. Il semble bien s’aimer. Moi j’essaye simplement d’émerger de mon sommeil profond et de cette impression d’être bercer par le clapotis des vagues.

Au matin, alors que j’étais assis à l’ouverture qui semble être une ancienne fenêtre de notre abri et que je m’apprête à partir le temps d’une marche dans le village et la lisière de la jungle, des cris me font sursauter. Je me retourne. « Julien ! Lève-toi ! Ruby, Devon ! Il faut s'enfuir ! Vite ! » Elle semble effrayée. Sans poser de question, j’enfile mon sac et m’assure que Ruby nous suive. Alors que nous fuyons par l’eau et non le ponton, je me rends compte de ce que je viens de voir, avec horreur. Annabeth. J’ai vu son corps déchiqueté. Des milliers de vers sortirent de sa peau, comme s’ils y avaient passés la nuit. C’était donc ça. Les démangeaisons dont elle s’est plainte tout l’après-midi. Ces insectes répugnants la dévoraient de l’intérieur et elle… elle se grattait. Le coup de canon résonne dans ma tête. Je m’essouffle finalement et m’arrête le temps d’une pause. Et je décide enfin de regarder où nous sommes. Toujours sur le sable, à une vingtaine de mètre de là où nous avons passé la nuit. je sors ma bouteille d’eau et en boit cinq grosses gorgées rafraichissantes. Toujours sans un mot, je cherche Ruby  du regard. Je soupire de soulagement lorsque je la vois non loin de moi à quelques mètres derrière. J’ai couru aussi vite ? Peu importe. Nous avons perdu une alliée. Une des plus féroces. Enfin, les carrières le sont tous. J’aimerais pouvoir penser comme cela mais mes souvenirs de la nuit que j’ai passé avec elle sur le toit me rappellent qu’elle n’était pas simplement une alliée. Mais une amie. Une fille bien. Elle aurait pu être ma partenaire. Mais elle ne l’est pas, heureusement. C’est égoïste de penser ainsi mais Ruby et mon point de repère dans cet enfer. Je n’ose pas regarder Julien. Je ne sais pas s’il est assez fort pour cacher comme moi ce qu’il ressent vraiment. Je préfère ne pas y penser – ça commence à faire pas de chose auxquelles je refuse de penser. « Et bien… Merci, Hope. » C’est la moindre des choses, ces vers blancs semblaient avoir encore faim. Sans elle, j’aurais sûrement été un de leur futur repas. Le brûlé maintenant dévoré ? Je me passerais de ça. « Au moins on est réveillés… » Après cette blague un peu douteuse, j’ajoute : « Tiens tiens, qui voilà. » Un sourire un peu trop serein au bout des lèvres, je regarde au loin sur un banc de sable. L’agneau du Onze et les autres folles de son alliance marchent tranquillement vers… je ne sais pas trop quoi. « Ils viennent vers nous. » Je plisse les yeux vers le groupe qui marche tranquillement. Je parle le plus calmement possible, mais je me sens tout euphorique. Ma soif de vengeance s'empare peu à peu de moi. « Tout le monde est prêt ? » Armes, sacs, bref, je n’ai rien d’autre à dire. Ils savent de quoi je parle.

Spoiler:
 

edit : j'ai modifié une partie des paroles de devon comme du coup, les carrières survivants ne bougent pas.. julien va supprimer son rp et poster ici

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jonathan Templebar
+ District Trois +


♣ Nombre de message : 680
♣ Date d'inscription : 09/03/2012
♣ Age réel : 23


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Jeu 17 Juil - 18:51

Le ciel est incroyablement bleu. Et le soleil si brillant qu’il en est presque blanc. Jamais les tributs ne pourraient croire que de nombreux hovercrafts passent au-dessus de leur tête sans qu’ils ne les voient ni les entendent. Pourtant, ils en retirent les bénéfices. Des parachutes largués avec une minutie extrême, instants minutés par le poids des cadeaux qui s’y accrochent et par les courants d’airs. Quelques fonctionnaires, un ordinateur et le puissant moteur d’un aéronef, soit une bagatelle pour le tout-puissant Capitole. Mais pour les tributs perdus au milieu de l’océan, l’ombre d’une toile argentée s’apparente à un miracle.

Alors qu'il a juste fuit le village abandonné, Devon Alae entend le « bip » caractéristique d'un parachute essayant d'attirer son attention. Avec lui descend un paquet de bonbon de 20 grammes accompagné d'une note : "Le sucre donne de l'énergie et remet les idées en place. Au plaisir de te rencontrer jeune Alae''-Eve Candy

_________________
Trois roses de ma n'Ambrouille adorée  coeur  -très mauvais pour l'environnement le commerce de roses-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Devon Alae
+ District Un +


♣ Nombre de message : 608
♣ Date d'inscription : 03/06/2013
♣ Age réel : 18


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Jeu 17 Juil - 22:09


Careers will answer blood with blood

« Il n'y a rien de plus doux que la mort. »




Nerveusement, j’observe l’alliance de Buck qui progresse doucement mais dangereusement dans l’eau turquoise et étincelante. Oui, nerveusement. Je sais qu’il y a quelques secondes à peine, c’est moi qui ai décidé qu’on allait les attendre là. Qu’on allait se battre avec eux. Pourtant, je ne suis plus si sûr que moi. la scène du bain de sang de hier matin se repasse en boucle devant mes yeux. Un instant, je m’éloigne des autres. Je suis près de l’eau. Je me rince, me lave comme je peux avec l’eau salée. J’utilise ma couverture de survie pour me sécher comme je le peux. Malgré la chaleur, je lui ai trouvé une utilité… une fois séché, j’utilise un peu de ma crème anti-brûlure sur mes marques rougies de la veille. J’en mets un peu sur mon bras, ma jambe et mon visage. Il m’en reste encore. Je m’en remettrais plus tard. Il me semble que Julien, Hope et Ruby. Ruby. Je regarde mon bras droit, indemne. Il y a toujours ce tatouage. Celui qu’elle m’a fait à l’encre de chine il y a trois jours. Il me ramène à la réalité. Le District Un. Elle. Je suis encore les pieds dans l’eau à l’observer. Je suis encore amoureux. Encore plus aujourd’hui. Et pourtant, j’ai remarqué la façon dont elle se gratte. Ses rougeurs naissantes sur sa peau pâle. Les mêmes symptômes qu’Annabeth… je ne dis rien, pourtant, j’ai bien l’impression qu’elle aussi va y passer. Je ne dis rien, pourtant j’aimerais hurler, pleurer, la serrer fort contre moi et l’aider. Mais je ne sais même pas si elle se rend compte de ce qui lui arrive. On ne dirait pas. Elle a l’aire si innocente.

Soudain, un bip, un parachute doré me ramène une nouvelle fois à la réalité. Il se pose à mes pieds, sur le sable brûlant. Je me penche et l’attrape. J’y découvre un petit sachet. Des bonbons de toutes les couleurs. J’aurais préféré un quelconque remède. Quelque chose pour soigner Ruby. Mais non. Des bonbons. Je lis la petite note. "Le sucre donne de l'énergie et remet les idées en place. Au plaisir de te rencontrer jeune Alae''- Eve Candy. Je réfléchis un instant. Il me semble l’avoir déjà vu à la télé, cette Eve Candy. Une blonde. Une capitolienne. Je souris un peu, regardant autour de moi dans l’espoir que l’on voit ce moment à la télé. Qu’elle le voit, c’est un merci. Sans réfléchir plus longtemps, sans me retourner vers mes « alliés », j’ouvre le sachet et mets un bonbon dans ma bouche. Je le suce. Goût fraise. Ca remet les idées en place, tu dis ? C’est peut-être vrai. J’en suce un deuxième et range le paquet de petits sucres dans ma bandoulière en cuir. Au loin, l’alliance périphérique s’est encore avancée. Ils seront dans une heure peut-être. Ou plus. Ou moins, je ne sais pas. A vrai dire, je n’ai pas envie d’y penser. J’ai peur. J’ai déjà vu de ce qu’ils sont capables. Je suis en face d’eux. Ils se préparent. Ils vont se battre. Je dois me battre. Je regarde ma coéquipière de district avec insistance. Elle sait ce que je veux dire. Elle comprendra. Pourtant, je la sens absente. Sûrement ces vers… elle a peut-être de la fièvre ou qui sait. Tant pis pour elle, je lui aurais proposé. A ma manière. Mon bras. Son bras. Puis de nouveau elle, mais aucune réaction. Elle ne dit rien.

Malgré les quelques gorgées d’eau tiède de ma bouteille que je bois, un goût amer réside dans ma gorge. La peur. J’ai peur d’eux. De ce qu’ils pourraient encore me faire. A moi. A ma Ruby. Ils seront là d’un instant à l’autre. Nous n’avons aucun plan. Juste nos armes et notre courage. Inutile face à leur ruse. Oui, eux sont rusés, et non « courageux » au point de leur foncer dedans avec aucun plan en tête. Juste notre soif de sang et vengeance. J’ai beaucoup réfléchi cette nuit. et j’ai vraiment fini par conclure que c’était eux. Que ma jambe, mon bras, mon visage, c’était eux. L’explosion. Comme mon épaule. Le coup d’épieux de Buck ou de couteau de la fille aux cheveux noirs. Ils sont presque déjà prêts à attaquer. A se jeter dans la mêlée et mourir. Ils pensent que c’est une mort vaillante. Mais en fait, c’est ridicule. Ce serait une mort inutile. Pile ce que veule les capitoliens pour se divertir. Je suis en retrait. Un peu derrière eux, qui sont face à la mer. Ruby ne vient toujours pas. J’ai compris. Elle va rester là. « Je vais… chercher quelques baies avant le combat. » Je sers la bretelle de mon sac et je sors un de mes six couteaux de mon set que j’ai attaché à ma cuisse. Je m’assure qu’aucun de mes trois alliés ne me regardent pas. Et je lance mon couteau vers la cuisse de Hope. Mon meilleur tir. Je pars en courant. Je ne reviendrais pas. Je ne reviendrais pas vers eux. Ils vont se battre avec Buck, mais pas moi. Je serais déjà loin. Je fuis comme un lâche. Mais il faut. Je ne sais pas si j’ai vraiment touché Hope. Je l’espère. Je voulais l’affaiblir avant de fuir. Ils ne me suivront pas. J’espère. Je cours encore. Jusqu’à en perdre haleine. Je n’ai jamais couru aussi rapidement. Ils sont déjà loin derrière.

Spoiler:
 

_________________
WE WERE BORN TO DIE.
► choose your last words, this is the last time, 'cause you and i, we were born to die. © love.disaster & poetically pathetic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sebastian Seifer
+ District Sept +


♣ Nombre de message : 167
♣ Date d'inscription : 05/08/2013
♣ Age réel : 20


MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon Jeu 17 Juil - 22:36

C’est fou comme l’arène nous change. Ou encore comme on peut changer rapidement d’avis. Il y a quelques heures, il était hors de question pour moi d’attaquer les carrières et maintenant, je fais partie de ceux qui proposent des plans pour les blesser. C’est aussi moi qui mène la marche. Alors que nous marchions dans la forêt, toujours le long de la plage, j’ai réfléchi. Ce plan pourrait marcher. L’espoir s’est mis à revivre en moi. Nous pourrions les tuer, et je pourrais survivre. Et que ferais-je après ? J’attaquerai Lenna, Buck et Hel. Non, je n’en serais pas capable. Ce que je ferais ? Je fuirais, leur disant qu’il est temps pour nous de se séparer, et j’espérerais, tout en me sentant affreusement coupable, qu’ils se feront tuer par quelqu’un d’autre rapidement. Pour que cette arène se finisse, pour que mon espoir ne meure pas, pourquoi j’ai des chances de sortir vivant. Ca serait le mieux à faire. Je ne veux pas encore être un lâche, ce que j’ai toujours été toute ma vie durant. Je ne veux pas les attaquer comme ça alors que je suis encore vivant grâce à eux.

Nous sommes à présent tous derrière un arbre, à observer les carrières à quelques mètres devant nous qui parlent tranquillement, qui ne nous ont pas remarqués. Il y a Hope avec eux. Etrange. Elle devrait faire attention à eux. Enfin bon, cela ne me regarde pas vraiment. S’ils la tuent, cela fait quelqu’un en moins. Mais il manque quelqu’un. Je crois que c’est la fille du deux. Je sens un sourire satisfait se dessiner sur mes lèvres sans que je ne puisse rien faire. Je suis heureux de la mort d’une personne. Je suis horrible. Je jette un regard à mes compagnons et hoche la tête. Nous pouvons le faire. Je respire tranquillement en regardant les oursins dans ma pelle de fortune. J’ai attrapé quelques feuilles de bananiers et les ai accrochées au bout d’un long bout de bois avec les élastiques de Lenna afin de former une pelle formant un bol souple. J’ai alors mis des oursins dedans. J’ai entendu dire que les épines dans la peau peuvent s’enfoncer très profondément. De plus, que la plaie soit superficielle ou non, c’est très douloureux. Etant très friables, si elles touchent quelqu’un, elles casseront et resteront enfoncer dans la peau. J’espère leur faire assez mal avec ça pour les déconcentrer quelques minutes. Je regarde également ma hache et enfin encore une fois mes compagnons. J’appuie mon regard sur Lenna et hoche la tête en guise d’approbation. Il est temps.

Les carrières sont dos à nous, ils ne nous ont vraiment pas vus. Soudain, sans que je ne comprenne rien, je regarde bouche bée Devon lancer un couteau sur Hope avant de partir en courant. Il passe à quelques mètres de nous sans même nous voir. Nous restons là, les yeux écarquillés, à nous regarder. Que vient-il de se passer ? Il vient de jeter son alliance, il vient de nous rendre la tâche plus facile. Il n’y a plus que trois personnes à tuer. Je souris et hoche la tête. Merci mon Dieu. On dirait bien que tu existes finalement.

Sans crier garde, Lenna pointe son harpon sur quelqu’un. Elle a jeté son dévolu sur Julien. Pas étonnant, c’est lui qui a tué Gabe. Elle vise en plein milieu du dos. Je serre la mâchoire le plus fort que je peux quand elle appuie sur la détente. Je ferme les yeux quand j’entends un cri. A moins que cela ne soit moi qui ai crié ? Je n’arrive même pas à savoir.

Je déglutis et m’approche un peu plus d’eux avant qu’ils n’aient le temps de réagir. Je plante ma hache dans le sable et lance tous les oursins d'un coup. Cela en serait presque amusant si la situation dans laquelle j’étais n’était pas aussi désespérante et dangereuse. A côté de moi, je vois Buck faire la même chose. Une fois mon stock fini, je récupère ma hache et me lance sur Hope. Je ne sais pas pourquoi je la choisis elle. Je suis près d’elle en quelques secondes et commence à l’attaquer. Je lance un coup au niveau de sa hanche droite avant d’essayer d’attraper son bras. J’essaie de frapper sa main avec le manche de ma hache afin de la désarmer de son arbalète. Je n’arrive même pas à savoir si j’y arrive, je ne prends même pas le temps à vrai dire. Je lance un autre coup de hache, sur son épaule droite cette fois et lui assène un coup de poing dans sa mâchoire avec toute la force dont je suis capable. Finalement, je recule et récupère ma respiration en jetant un coup d’œil à mes compagnons avant de me reconcentrer sur Hope, tout ça en à peine quelques secondes.


Spoiler:
 

_________________
    I'll be back
    Alors sans hésiter j'ai sauté dans la mer, pour rejoindre ce vaisseau et voir enfin cette terre ♫♪
    code broadsword.


Une rose de Noah et de Ella et de Logan :hap:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon

Revenir en haut Aller en bas

Careers will answer blood with blood + Anna/Julien/Ruby/Devon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hunger Games RPG :: ♣ Archives d'Arènes ♣ :: Zone 3 : Le village abandonné-