AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone
Voir le deal
395 €

Partagez|

La nuit est longue...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité




La nuit est longue... Empty
MessageSujet: La nuit est longue... La nuit est longue... I_icon_minitimeDim 20 Jan - 10:14

Ce Rp se déroule quelque temps après "Conquête de la Corne d'Abondance"

Il fait nuit noir, dans ma main droite je tiens mon Saï qui restera mon arme fétiche tout au long du jeu. Je n'arrive pas à m'endormir et l'air me manque sous terre. Faire tournoyé mon Sai entre mes mains ne me suffit plus. Il faut que je fasse quelque chose...il faut....il faut...il faut que j'aille chasser.

C'est ainsi que je me retrouve à arpenté les alentours de la Corne d'Abondance à la recherche de bestioles comestibles. Je ne suis pas dans le genre fine bouche en général et je n'en demande pas beaucoup. De l'eau goutte et de temps à autres une trainée froide coule sur mon épaule. La première fois je sursaute...ensuite on s'habitue.

Cela fait à peine quelques heures que je suis ici, dans l'Arène et la partie hésitante de mon être peine à croire que je suis encore vivante. La bête en moi s'est calmé maintenant que j'ai commis mon premier meutre. Elle me fiche la paix...pour un temps seulement. C'est toujours comme ça quand je suis dans un nouvelle environnement. La bête refait surface et nous prenons le contrôle...à deux. Ce qui s'est passé à L'arène...je savais que cela arriverait et je ne regrette pas d'avoir tués Carlie James. Je n'ai aucune pitié et elle méritait la mienne moins que quiconque dans cette Arène.

Tandis que je marche tout en réfléchissant à ce qui s'est passé quelque temps avant, je me demande ou peut se trouver la sortie de se souterrain, pour peut qu'il y en ai une. L'idée m'avait déjà effleuré l'esprit mais j'avoue que je n'y est pas trop pensé ses derniers temps. Je n'ai pas dormie depuis longtemps. La nuit je ne dors pas bien, donc je chasse et ramène à manger. La journée je foue rien, ou presque. Mon rythme est différent de celui des autres tributs qui s'en accomodoent uniquement par-ce-que je suis utile évidemment ! Je ne me fait pas d'illusion. Grey est en train de pété les plombs et notre fragile alliance menace de ne pas tenir très longtemps, ce qui m'énèrve un peut d'ailleurs...mais sa ne m'étonne pas. Tout ceci me blase finalement.

Un battement d'ailes attire mon attention. Je lève la tête et vois une chauve-sourie qui à l'air naturelle. Ce n'est pas la première fois que j'en vois mais je ne les ait pas cotoyés si souvent que ça. Faute d'avoir trouver quelque chose de mieux, je lève mon Sai et l'envoi filé vers la chauve sourie qui est transpercés puis retombe à terre avec un tintement sonore. Je récupère mon Sai et du sang coule de l'entaille que j'ai fait à petite bête. Sa ne me fait plus rien. Je ne ressens plus rien.

Il ne me reste plus qu'à retourner à la Corne...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




La nuit est longue... Empty
MessageSujet: Re: La nuit est longue... La nuit est longue... I_icon_minitimeVen 1 Fév - 20:02

Jour 2

J'ai quitté lle camps il a quelques minutes. Enfin ici les minutes semblent être des heures et comme le soleil ne percent pas dans les profondeurs des soutterains, je ne puis pas me repérer. Néanmoins je réussi à définir l'heure qu'il est grâce aux coups de canons qui rythme la fin de la journée. Je m'éveille donc à l'aube avant tous les autres. Ici, je me lève quand les animaux nocturnes se couchent mais je ne vois pas telelment la différence. On est le deuxième jour mais j'ai déjà l'impression d'étouffer. Il faut que je marche et que j'explore sinon je vais perdre le contrôle et il est hors de questions que cela arrive. Pas ici ou du moins pas devant mes compatriotes. Avant de partir je m'empare d'une pomme et la dévore goulumment puis je bois quelques gorgées d'eau. Dans ma poche je range une gourde. Aujourd'hui je part à la recherche d'une source d'eau !

Je quitte silencieusement le camp, au passage je m'arrête devant le rocher ou j'ai caché mon sac et le prend. Il est temps que je le change de cachette. Avant de partir je m'assure que personne ne s'est éveillée. Mes yeux s'éternisent sur Billie. Ses yeux sont fermés mais cela ne me suffit pas. J'attend encore un peut. Sa respiration est régulière....faisant confiance à mes instinct je quitte la Corne d'Abondance.

Je marche vers l'Est. Je ne me repère pas encore très bien dans ses souterrains, aussi je décide de laissé des marques dans les allées que j'ai déjà traversés. Je grave une étoile consciencieusement. Je fouine dans les rochers à la recherche de nids et je jette un coup d'oeil aux pièges que j'ai laissé si et là. Pas de chance ! Ce matin ils sont vides. Sans me décourager je continue à explorer les galeries avec une détermination presque obsessionnel, comme si, le fait de s'arrêter provoquerait quelque chose hors de mon contrôle ...!

Je m'arrête et soudain sans que j'ai le temps de dire "ouf" qu'on me mord sauvagement la jambe. Mes muscles se serrent mais je n'émis pas un son. C'esgt un rat ...ou plutot deux rats ! Mes yeux étincelles...ses deux-là ils vont me servir de dîner. Je repousse l'un d'eux d'un coup de pied. Je saigne...qu'elle merde ! Mon Saï file tel une flèche meurtrière et se plante de justesse dans le rat qui as été un poil trop long. Il pousse son dernier souffle...l'autre à déjà filer. Je m'empare du rongeur et l'accroche à ma ceinture. Il n'y a pas beaucoup de viande mais c'est mieux que rien. Une goutte d'eau coule dans mon dos et je frissonne. Je ne m'habituerai jamais à l'ambiance ici. Du coin de l'oeil je repère une crevasse dans un mur. Je décide de mettre mon sac là. J'arrache de la mousse qui pousse par-là et cache mon sac. Décidément, ses cours de camouflages me serviront ici. Mon gros orteils me fait souffrir mais je l'ignore, la seule chose qui m'inquiète c'est que la blessure s'irrite. Je fouine dans mon sac et m'empare de la crème antidouleur et en applique une couche superficielle sur mon pied puis je range mon matériel et continue ma marche.

Les heures ont du passé puisque autour de moi, tous commence à s'éveiller. Des craquements résonnent dans les galeries. Qui est-ce-que cela peut il être ? Qui que ce soit, vaux mieux qu'il évite mon chemin. Soudain un "flouuushhh" assez significatif attire mon oreille. Ah...il y a de l'eau non loin d'ici. En effet, je trouve sans difficulté la source de'au. Ellle est fine mais bien présente. La question est maintenant de savoir si les Juges ont été assez tordus pour empoisonnée ses nappes fréatiques. Je ne parierai pas contre. Je décide donc de remplir ma gourde d'eau. Je ne mentioennrai pas l'existence de la source et mes coéquipiers n'auront sans doutes pas l'idée de me demander puisque l'eau est donner à profusion au camp. De toute façon je compte pas rester sous terre longtemps...si il y a une sortie. Eh au cas ou je dois soudainement quitter le camp, mes arrières sont couvert !

Satisfaite par ma découverte, je rentre au camp, le rat accroché à ma ceinture
.
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan Templebar
Jonathan Templebar
+ District Trois +


♣ Nombre de message : 680
♣ Date d'inscription : 09/03/2012
♣ Age réel : 25


La nuit est longue... Empty
MessageSujet: Re: La nuit est longue... La nuit est longue... I_icon_minitimeSam 2 Fév - 22:17

La tribut du district Deux n'a pas le temps de s'éloigner de plus de trois mètres du cours d'eau souterrain qu'une trentaines de rats mutés génétiquement se précipitent sur la jeune fille, attirés par l'odeur de leur cousin qui pend à sa ceinture. Noirs comme l'obscurité qui les environne, ils font deux fois la taille des rats ordinaires. Leurs yeux orange luisent dans la noirceur et réfléchissent la lumière de la lampe de la tribut. Leur bave est saturée de bactéries et la moindre morsure entraînera une infection importante. Et une douleur intense, les laborantins ayant créé ces bêtes ont veillé à doter leurs dents de la meilleure courbure dans ce but. Idem pour leurs griffes qui ont été taillées pour faciliter l'escalade de jambes humaines...

Chaque morsure te coûtera 5 points de vie ; les infections te draineront 2 points de vie par RP jusqu'à ce qu'elles soient soignées (si elles ne le sont pas, elles deviendront plus grave et te coûteront de plus en plus de points de vie)

_________________
Trois roses de ma n'Ambrouille adorée  coeur  -très mauvais pour l'environnement le commerce de roses-
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




La nuit est longue... Empty
MessageSujet: Re: La nuit est longue... La nuit est longue... I_icon_minitimeMer 6 Fév - 17:56

Spoiler:
 

[justify]Quelques mètres plus loin, un raffut de dingue parvient à mes oreilles. Je m'arrête. Je me retourne. Et me voilà face à 30 paires de yeux jaunes globuleux. Je les fixes et il me fixes. Heureusement pour moi je n'ai pas peur des rats. Je baisse lentement les yeux vers ma ceintures. Ma proie saigne...c'est cela qui les attire. Sans hésiter, je décide que je dois me débarasser de mon appat. Sans les lâcher du regard, je sort très lentement mon Saï de ma poche. Je commence à regretter de ne pas avoir pris de feu avec moi. Cela aurait sans doutes suffis à les éloigner. Quoi que ? Ses rats ne sont déjà pas normale alors qui sait ce que le Capitole peut m'envoyer. Pourtant, il ne sont pas sans peurs. Je le vois dans leurs yeux, ils hésitent et ne comprennent pas pourquoi leur proie ne bouge pas. Je n'ai pas beaucoup de temps. Je serre mon Saï et le remonte discrètement vers ma ceinture. D'un coup sec je tranche la corde. C'est le moment ! Je me saisis du rat et le jette au centre de la mêlée. Je regarde la pauvre bête volée et je croise le regard d'un gros rat. Il n'as pas le temps de lâcher un couinement que je suis déjà partis en courant.

Je cours à en perdre haleine, il me faut un peut plus de temps pour trouver une idée. Quelque chose qui les bloqueras. Je regarde autour de moi et soudain ma lampe éclaire un passage sombre et fin. Sans hésiter je m'engouffre dans celui-ci. J'entend déjà les rats qui ne sont pas loin. Ils ne courent pas très vite mais ils sont nombreux...heureusement que ce ne sont que des rats !

Ce qui devait arriver, arriva. Je me retrouvais coincer dans le passage. La panique menace de me submergé mais je garde la tête froide. Réfléchis Artemis réfléchis. Je lève les yeux. La galerie est légèrement évasée en hauteur. Les rats sont à un pein, un mètre de moi que je me saisis de la paroi, que je gravis précipitament. Je suis en hauteur et ils ne peuvent pas m'atteindre. Je suis acculée dans un espace vide de la paroi et je n'aime pas ça. C'est peut être suffisant pour éloigner les rats mais surement pas les tributs. Je regardes les rats tenter de gravir la paroi jusqu'à mon repère de fortune. Je refuse de rester coincer. Ce n'est pas digne d'une tribut du District 2. Là-en bas ils doivent être une quinzaine. Certains se sont fait piétinées dans la mêlée pour se saisir de moi mais pas suffisamment. Je m’apprête à renoncer quand un détails attire mon attention. Au dessus de moi, il y a une giboulée de pierre qui sont empilés par le hasard de la nature. Si je parviens à provoquer un éboulement, j’ai des chances de arvenir à détruire ses rats d’un coup. L’un d’eux ma probablement mordu, je ne saurai l’assurer avec certitude. Je n’ai pas le choix, il faut que je prenne le risque de bloquer l’une des entrées de se passages pour bousillés ses rats. Je retrouverai mon chemin…et ce n’est pas comme si j’avais le choix. Je suis accroupis à quatre pattes et me tiens solidement à la paroi. Il va falloir que je gravisse encore un peut. Mes pieds trouves des prises solides, j’ai toujours été douée en grimpe, mais je doute que douée suffira ici. Chanceuse peut être !
Je suis a demi acculée entre le plafond et la paroi, j’y suis presque mais ma main glisse. Je me rattrape de justesse en plantant mon Saï dans une partis glacer de la paroi. Il s’en ai fallu de peut. Je n’ai pas le temps de respirer, je dois recommencer mon ascension. Après quelques efforts je parvins au termes de mon ascension. Je plante solidement mon Saï dans le plafond de la galerie et m’y accroche. Mon autre main trouve une prise solide dans le plafond et je me retrouve littéralement suspendu au dessus de la mêlées de rats. La peur ne m’atteint pas quand je contemple ses déchets que m’ont envoyé le Capitole. L’adrénaline me donne ce qu’il faut de forces mais après cela, je serai littéralement à plat. Mes muscles se contractent et je serres les dents avant de frapper violemment dans le tas de pierres qui s’ébranlent. Une pierre tombe.
Je recommence de plus en plus fort. Le sol tremble, tout peut lâcher n’import quand. Les rats ne grognent plus, ils ont réalisés que quelques chose d’anormal est en train de se dérouler mais malheureusement pour eux, ils n’auront pas le temps de réalisés. Les rochers lâches et roule pour tomber sur les rats, les écrasant sans pitié. Une montagne de poussière est souelvé. Tout le long je ferme les yeux. Je tousse quand la poussière pénètre dans mes narines. Les pierres ont cessé de rouler.

J’ouvre les yeux et tourne la tête du côté ou je suis entrer. Il est condamnée. Je baisse les yeux en dessous de moi, il n’y a plus un bruit. Malheureusement, je doute que tout ceci est été discret. Mes bras ont terriblements douloureux. Je lâche et me rattrape au milieu du tas de roches. Essouflée, je m’efforce de prendre ma respiration. Après dix longues minutes je parvins à retrouver un rythme cardiaque normale et mes idées s’organisent lentement. J’attrape la gourde et avale de longue gorgées. Je décide de garder mon Saï en main, vue les surprises que l'on me réserve...justify]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





La nuit est longue... Empty
MessageSujet: Re: La nuit est longue... La nuit est longue... I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

La nuit est longue...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hunger Games RPG :: ♣ Archives d'Arènes ♣ :: La Corne d'Abondance-