AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Angel Del Nero
+ Capitole +


♣ Nombre de message : 199
♣ Date d'inscription : 25/12/2012
♣ Age réel : 21


MessageSujet: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Jeu 27 Déc - 22:37


Angel finissait d’affûter la lame de son poignard. Cette arme, pourtant toute simple, était celle qui allait la suivre durant sa prochaine « mission ». Lorsqu’elle stoppa sa machine infernale, elle entendit les exclamations venant de dehors. Ah, les Hunger Games avaient commencé c’est vrai … La jeune femme alla entrouvrir la fenêtre et s’adossa au mur. Un groupe de jeunes personnes s’étaient rassemblées quelques mètres en-dessous. Et comme tout habitant du Capitole se respectant, ils criaient et riaient à gorge déployée. Alors que de jeunes gens de tous les Districts étaient sur le point de plonger dans l’arène de la Mort. Quel cauchemar avait bien pu inventer le Président ce coup-ci ? La tueuse s’était tâtée avant de se rendre compte qu’espionner son principal employeur n’était pas la meilleure chose à faire en ces temps de crise. Il pouvait très bien l’envoyer faire les prochains Hunger Games … Qu’elle gagnerait certainement, massacrer les gens étant son travail.

La jeune femme se concentra, avec l’ombre d’un sourire, sur la conversation de dehors. Ces gosses étaient, pour la plupart, des fils à papa. Leurs parents, riches et haut placés, l’empêchaient de laisser libre court à ses pulsions. Angel irait tuer des chiens dans la rue après. Après de longues secondes à écouter les déviances sexuelles d’un des jeunes hommes, ils en arrivèrent au sujet qui l’intéressait le plus : les Jeux et les tributs. Elle n’avait pas eu l’occasion d’observer ces derniers lors de la Cérémonie et des défilés ni de voir la note accordée par les Juges pour leur prestation lors du test. Maintenant, en trois secondes, elle sut qu’elles étaient les chances de chacun dans l’arène. A peu près. Car aucun de ses « informateurs » n’étaient fiables. Ils prêtaient trop d’attention à la beauté et aux atouts physiques de chacun des tributs.

Angel fit claquer sa fenêtre. Les vermisseaux dédallèrent comme si leur vie en dépendait. Elle leva les yeux au ciel, prenant à témoin une force infinie qui n’existait pas. La lueur d’espoir disparut de son regard. Une fraction de seconde, elle y avait cru. A une entité qui pouvait changer le Destin de ce misérable pays en ruine. On toqua à sa porte. La jeune femme se redressa, les sens en alerte. Elle n’avait aucun ami. En tout cas, personne d’assez proche pour connaître son lieu de vie. Avec prudence, la tueuse sortit son poignard de son fourneau et se posta à côté de la porte. Deux secondes de silence, le temps de bien se concentrer, et elle ouvrit violemment le rectangle de bois, prête à sauter sur un éventuel assaillant. Il n’y avait personne. Son interlocuteur brillait de son absence …

Une enveloppe était déposée sur le sol. Il fallut dix minutes à Angel pour la voir. Ben oui, elle était rouge sang sur de la moquette de la même couleur à une teinte près ! Elle la ramassa en reprenant son calme habituel et verrouilla la porte, ne souhaitant plus être dérangée par de sombres imbéciles qui ne se présentaient même pas. Elle aurait tellement voulu s’amuser un peu et sortir de son existence si mo … La jeune femme secoua la tête. On ne se laisse pas envahir par des pensées aussi futiles et superficielles ! Pense à ton boulot et ouvre cette satanée lettre ! La tueuse attrapa un coupe-papier – alors que son poignard aurait largement fait l’affaire – sur son bureau et découpa l’enveloppe, avec un large sourire aux lèvres. Sourire qui disparut aussi rapidement qu’il était arrivé à la lecture de l’ordre de mission. On lui ordonné de faire une simple mission de récolte d’informations sur tous les tributs. Mais pourquoi ?! En plus, elle devait porter ces horribles vêtements blancs de pacificateurs qui détruisaient son charme maléfique. Angel partit enfiler les habits neige par-dessus ceux qu’elle portait déjà. Ainsi, une fois dans la Résidence, elle n’aurait plus qu’à les enlever et garder le laissez-passer.

***

Et une dizaine de minutes plus tard, la voilà devant le bâtiment. Angel resta plantée là, sans bouger, fixant le dernier étage, comme si elle pouvait, par la simple force d’un regard, faire chute cet immeuble. Pauvre folle va …La jeune femme rentra alors, reprenant son masque de froideur et de jem’enfoutisme qu’elle portait habituellement. Elle ne croisa que peu de personnes, les Jeux allant être lancés d’une minute à l’autre. Elle ralentit. Le moment était mal choisi. Pourquoi était-elle venue alors ? Les mentors étaient certainement en train de donner les dernières recommandations à leurs tributs d’amour sacrifiés pour l’exemple. En tuer un pour en effrayer un millier. La tueuse se débarrassa de ses habits blancs dans un coin du rez de chaussée. L’endroit était désert de toute manière. Et les rares pacificateurs qu’elle pourrait croiser la reconnaîtraient. Les autres, elle s’en moquait. Elle entra ensuite dans l’ascenseur et appuya sur le neuvième étage. La lettre, à présent brûlée, spécifiait l’ordre des visites de la jeune femme. Elle le suivrait à la lettre. Tel un chien. A la botte du Capitole pour le moment.

Un léger bip indiqua qu’elle était arrivée. Angel sortit d’un bond de la cage. Claustrophobe ? Non. Juste peur des espaces clos, comme si une voix dans sa tête lui hurlait sans cesse le danger. Elle se dirigea vers une porte ouverte non loin. Elle offrait sur une grande pièce. Un nain était planté au milieu. Sans rien modifier dans son attitude, la jeune femme toqua et demanda :

« Vous êtes Hypolite Ward, mentor du District 9 ? »

_________________
Remember to live, live to remember ...

"What you're imagining right now, that world you control, that place can be as real as any pain.
But never forget that if you don't stand for something, you'll fall for anything ..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Ven 28 Déc - 18:53




A la pêche aux mou.... Aux informations !





Je n'ai guère clos l'oeil de la nuit, je n'ai put une fois encore estomper le massacre qui se déroulera aujourd'hui. Une scène sanglante admirée de tous scellant le sort de pauvres enfants de qui l'on pourra affirmer sans controverse une fois l'étincelle de vie déserte qu'ils n'eurent fortune qu'en songe. Factice et illusoire gaïeté dont se teintera le capitole une fois le bain de sang passé. L'on sait d'hors et déjà que les plus fugueux supporters de cette débâcle clameront la bonne augure de certain tribut au détriment d'une masse plus ample. Les infâmes paris lancés à la dérobé s'envoleront, le capital avec pour le plus malsain plaisir de la poignée d'homme qui en profitent véritablement ... Accablante existence, morne pensée que voilà encore une fois létharge languinante au creux de mon esprit troublé par les Hunger games. Les Hunger games, pure infamie, pure injustice, enfantin jeux de démonstration ou la médiatisation joue le rôle d'illustre ligne de vie. Certes je vous l'accorde voilà un constat des plus malheureux mais ainsi va la vie. Autrement dit nous ne sommes point les grands maîtres de notre biotope ainsi nous n'avons quasiment aucun pouvoir sur notre société. Quasiment pour part puisqu'en tant que mentor j'admet ne pas s'avérer être le plus démuni de front la liberté individuelle accordé à chacun dans ce monde oncques personnel toujours public. Sic la liberté s'apparente selon moi à la simple possibilité d'agir et en qu'elle mesure. Dans mon rôle de mentor j'estime pouvoir influencer quelque peu les opinions publiques même si les punch médiatisés ont bien peu d'estime en mon esprit belliqueux certes mais n'en demeurant pas moins soigneusement estompé aux prunelles d'autruis. Suite à mes divagations pures et simple sur notre monde il m'étais venu l'idée segrenue d'élir dans un dressing bien trop ample à mon goût mesuré une tenue pour la journée. Oui, en tant que premier gagnant des Hunger Games il est bien connut qu'il y a perpétuellement une équipe de journalistes envoyés à ma rencontre pour me questionner sur mes impressions, mes ressentiments, mon opinion aussi morne soit-il. Autrement dit je dois simplement faire bonne figure en portant l'une de ces nombreuses tenues qu'a confectionné Cade le styliste du district pour moi. Dans un bruit de rayure métallique une breloque métallique coulisse pour me laisser apparaître un écran tactile sonore qui me salut depuis présentemment quatorzes ans sans cesse. Une voix purement de synthèse à laquelle je n'accorde que quelques regards méprisants empli d'une certaine hargne teintée elle même d'acerbité. Que voulez-vous à vingt huit ans on ne se refait plus. Je piannote lourdement sur l'écran comme lui adressant des sanctions physiques légitimes et une tenue numérotée m'est spécifiée puisque selon le logiciel elle correspond à mes critères de recherche furtifs. "Numéro 16" Sans conviction notable je m'approche de la tenue la lorgne hâtivement du regard puis m'en saisit. Une chemise cintrée grise qui se parsème de couleur en l'existence des bouton étrangement vert pomme assortis à un pantalon de costume noir. En guise de rappel de couleur je porte une lavallière verte pomme elle aussi. J'hausse les épaule nonchalant sur l'instant avant de me souvenir que l'entrée en arène se fera dans exactement deux heures et douzes minutes. Conclusion c'est hâtif que je me vêti pour débarquer en trombe quelques minutes plus tard dans la salle principale de l'appartement des tributs dédié au neuf. J'y découvre Billie ainsi que Dean installé à la tablée recouvertement richement des mets les plus audacieux valsant entre le bacon mielleux et le jus d'orange bleuté. Les minutes qui s'en suivent ne seront dédiées qu'à la prodigation de conseil multiples et divers. Tel que : Faire un abris, trouver de l'eau avant tout, fuir la concques le plus vélocement possible ... C'est un rituel qui n'a encore jusqu'aujourd'hui oncques ramenés en vie de mentor pour le neuf. Après quelques encouragements verbaux peu chaleureux je n'ai plus qu'à attendre, attendre l'instant tant attendu et tant redouté à la fois. Le bain de sang. La suite ne fut dédiée qu'à mon imagination fertile. Je me prépare au meilleurs autant qu'au pire puisque qu'avec les Hunger Games nous n'avons guère de certitude simplement une maladive indécision. "Vous êtes Hypolite Ward, mentor du District 9 ?" Je retiens un sursaut et me retourne une mine impassible au visage, un rictus répressif aux bouts des lèvres. Son visage ne me disait absolument rien, elle s'avérait donc être une parfaite incconue que je trouvais bien incongru d'avoir pénétré ainsi dans les appartements du neuf. Bon je vous l'accorde elle n'avait pas passée le seuil de la porte et peut-même que j'avais simplement oublié de clore la porte mais aujourd'hui n'était ni le jour, ni le moment. "Oui." sans plus de cérémonie. Peut-être était-t-elle une journaliste ? Si tôt je n'en n'avais point été informé. "Vous êtes ?"


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel Del Nero
+ Capitole +


♣ Nombre de message : 199
♣ Date d'inscription : 25/12/2012
♣ Age réel : 21


MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Sam 29 Déc - 20:47

Angel savait que débarquer dans les pièces réservées ne se faisait habituellement pas. C’était comme s’asseoir sur une chaise réservée. Cependant, elle le faisait exactement pour cette raison. Sa mission se limitait à tirer les vers du nez à tous les types présents dans le bâtiment en même temps qu’elle. En soi un ordre simple et précis. Sans contresens ni interprétation possible. Ce qui l’avait agacée au début. Tout était clairement écrit. Tout comme la sentence qui s’appliquerait en cas du décès – tragique – d’un mentor. Sauf si elle parvenait à justifier son acte. Expliquer qu’elle avait glissé et que, malencontreusement, son poignard s’était enfoncé tout seul – cette fois encore – dans le cœur du petit homme. A cette pensée, elle leva paresseusement les yeux au ciel et esquissa ce qui ressemble à un sourire.

« Vous êtes ? »


La tueuse reposa le regard sur son interlocuteur. Même s’il prenait une posture plutôt impassible, elle pouvait presque lire que ce n’était guère le moment de le déranger. Il n’avait qu’à ne pas être là dans ce cas. Ah oui, il lui demandait son identité. Il osait ? Ben, il ne saura rien.

« Je m’appelle Ethalia Nightingale et je suis envoyée par le Capitole pour poser quelques questions aux mentors de cette Edition. Si vous avez une réclamation à faire, adressez-vous au gouvernement. »

Comme s’il allait oser … Il n’était qu’un mentor après tout. Et le Président pouvait très décider, qu’un jour, les mentors retournent dans l’arène. Et ce plus tôt que beaucoup semblent le croire. Angel revêtit son visage le plus sérieux, chassant cette nonchalance et ce calme qui l’habitaient en temps normal. On ne lui pardonnerait pas une seule erreur, il était donc temps de remettre en route la machine qu’était son cerveau. Bon, le seul hic résidait dans son apparence extérieure, outre sa figure parfaite. Elle était habillée simplement. Bien trop pour une journaliste du Capitole ou quelque chose dans ce genre. Et puis tant pis ! L’homme n’avait qu’à avoir un peu d’imagination pour combler cette lacune !

« Je peux entrer ou vous me laissez à la porte ? »

Question de forme seulement. Puisque la jeune femme franchit le seuil de la salle sans attendre de réponse. Elle aperçut à ce moment un petit groupe un petit groupe en retrait. Mince, elle n’avait pas prévu ça …. La tueuse se dirigea vers eux, sans accorder un regard de plus à Monsieur Ward. A voix basse, elle trancha le groupe :

« Vous voyez la porte là-bas, au fond de la salle ? Vous allez la prendre tout de suite, sans poser de questions ou j’appelle les autres pacificateurs … »


Ils sont partis. Des flèches vous dis-je ! Ressemblait-elle tellement à une pacificatrice même sans ses vêtements ? Elle soupira, puis se retourna vers le mentor du District Neuf.


« Excusez-moi. Néanmoins, on m’a demandé de parler seul à seul aux mentors. Pour connaître les forces de chacun des tributs »

La diplomatie n’existait pas chez Angel. Elle l’avait pris voilà bien longtemps. C’est certainement l’un de ses pires défauts, même si elle ne faisait rien pour changer.

_________________
Remember to live, live to remember ...

"What you're imagining right now, that world you control, that place can be as real as any pain.
But never forget that if you don't stand for something, you'll fall for anything ..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Dim 30 Déc - 16:13




A la pêche aux mou.... Aux informations !



Décliner son identité lorsque l'on s'immise à la dérobée dans la demeure de quelqu'un s'avère être un fait logique mais visiblement pas pour tous ... Je n'irais point jusqu'à dire que cela est parfaitement déplorable et que cela constitute un fondement critiqué et critiquable du vivre ensemble mais quasiment. Quoique vue l'intérêt que je porte à ces codes de société je serais certainnement mal placé pour faire une pareille remarque. Enfin qu'importe dans le fond ce qui m'intéressait en l'instant était davantage le bain de sang que la présence de cette femme aussi incongrue soit-t-elle. Dans l'immédiaté du moment je voulais me caller dans cet imposant sofa vert pomme face à ce colossal écran intégré dans le mur au fond violine accompagné infortunément de l'hôte du neuf et des équipes de préaparation respective de mes deux tributs. Je jette vélocement un regard vers eux appercevant Louna me faire signe de les rejoindres de ses ongles crochues au verni jaune poussin. Je lui fait un signe de tête comme pour la prier de patienter encore quelques instants avant de me retourner une nouvelle fois vers l'inconnue. "Je m’appelle Ethalia Nightingale et je suis envoyée par le Capitole pour poser quelques questions aux mentors de cette Edition. Si vous avez une réclamation à faire, adressez-vous au gouvernement." Aussitôt la phrase déclamée je lève les yeux au cieux dans une moue parfaitement las. J'avais simplement horreur de cela, le capitole et tous ses envoyés curieux, vivace, oncques rassasié dans leurs interviews mais toujours à l'affut du moindre détail. Avec eux un simple bredouillement d'agacement croît en une élocution piètre surement dût au stresse engendré par les jeux quoique je crois que le pire qu'ils m'aient fait fut à l'aube de la moisson de la dixième édition. Traditionnellement l'on m'envoit toujours une équipe pour faire un reportage, me filmer durant quelques sessions de joie ou alors 'mabandonnant à mon talent. Bref cette fois-là l'on m'avait interrogé sur mon talent justement, le fameux passe-temps des mentors que le capitole s'aime à distribuer sur otus les écrans de Panem, j'eu le malheur d'haussait les sourcil... L'interprétation de ce geste fut des plus hyperbolique ! Cela parrût dans tous les tabloïdes le premier gagnant des Hunger Games surnommé l'insolite depuis sa victoire semble encore touché par l'intérêt qu'on lui porte et ne lasse oncques d'échanger avec les membres du capitole. Alors que ce haussement de sourcil n'était que dput à un changement de programme puisque à la base l'interviews devait porter sur ma motivation pour la diziéme édition ... Enfin que voulez-vous c'est la nature des habitants d'ici. "Je peux entrer ou vous me laissez à la porte ?" Je n'ai guère eut le temps de lui dire hargneux que j'allais la laisser à la porte qu'elle entrait d'hors et déjà. Je pestais intérieurement d'avoir loupé une occasion de me montrer sous un mauvais jour et l'observe s'avancer à travers l'étage du neuf. Elle s'avance jusqu'à mes accolytes et semble leurs adressais quelques mots qui ont un effet des plus directs sur leurs comportements puisqu'il détalle comme des lapins. J'intercepte un regard inquiet de Louna et un signe de tête d'Hargnus qui réajuste sa cravate orangée zébrée à mesure qu'il presse le pas. "Excusez-moi. Néanmoins, on m’a demandé de parler seul à seul aux mentors. Pour connaître les forces de chacun des tributs" Je soupire morne. Su-per. Ce programme m'emballe autant que retouner dans l'arène pour une énième édition des jeux. Je m'avance alors nonchalant vers la jeune femme puis prends finalement place sur ce luxueux sofa que j'ai maintenant pour moi seul. "Quelle chance" lançais-je irnonique alors que je regardais vacual l'écran imposant nous retransmettre une pub pour une boisson énergisante. "J'ai pas grand chose à vous dire, is vous avez vue la cérémonie d'ouverture et la moisson ça résume assez bien la situation de mes tributs." Point. Quoi ? Que vouliez-vous que je dise de plus ? Je donde mes espoirs sur Billie Rose ? au détriment de Dean ? Ou encore Dean a l'esprit vif mais Billie n'est pas en manque de détermination ? ... "Billie est déterminée et ne fais pas les choses à la légère quant à Dean il n'est pas une menace physique c'est certain et ses atouts sont discrets à priori mais il loin d'être bête." Voilà c'est fiat. J'ai blablaté mes tributs puisque cela ne peux pas faire de mal et peut-être cela ralliera même quelques sponsors si cette femme est vraiment une journaliste. "Pour quel journal bossez-vous ?"




Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel Del Nero
+ Capitole +


♣ Nombre de message : 199
♣ Date d'inscription : 25/12/2012
♣ Age réel : 21


MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Mar 15 Jan - 17:26

Angel avait senti les ressentis du mentor à l'instant même où elle avait franchi la porte d'entrée et avait commencé à le questionner. Sa présence était indésirable. La jeune femme aurait d'ailleurs préféré être autre part, plutôt que dans cet endroit morne et fade. Néanmoins, un ordre, quel qu'il soit, restait un ordre. Elle était un toutou soumis au gouvernement. Et à toute personne possédant un tant soit peu d'influence pour savoir que la tueuse existait. Extérieurement, elle jouait parfaitement bien son rôle. Discrète, froide, rapide. Néanmoins, son sang ne cessait de bouillir au fond, et chaque ordre lui donnait une raison de plus de haïr tous ces gens qui se servaient d'elle. La tueuse avait toujours vécu de cette façon, et personne ne l'avait suffisamment approchée et connue pour essayer de la sortir du pétrin dans lequel elle s'était fourrée.

Le mentor prit place sur le grand sofa vert fluo. Digne du Capitole au passage. Elle écouta les différentes paroles de l'homme. Une pulsion étrange dans sa voix fit tourner la tête d'Angel. Il ne semblait pas réellement confiant. Il est vrai que les tributs du District Neuf ne s'étaient jamais détachés des autres futurs morts par leurs talents, mais un miracle est toujours possible. S'il cessait de croire en ses propres protégés, il n'en ferait gagner aucun. La jeune femme n'avait pas vu la moisson ainsi que la cérémonie d'ouverture des Jeux. Elle les trouvait … Pathétiques. Ces choses ne servaient qu'à asservir le peuple. Le gouvernement de Panem ressemble à tous ceux qu'a connu ce monde. Sauf qu'il a imposé la terreur, comme bien des siècles et même des millénaires auparavant. La tueuse ne put s'empêcher un sourire. Le monde n'a jamais été parfait. Et aujourd'hui, les esprits sont bien faibles … A commencer par le sien. Angel soupira une énième fois à la question du mentor. Quel journal ? Il faudrait déjà qu'elle en connaisse les noms.

« Je ne travaille pas pour un journal à proprement dire. Le gouvernement, si on peut l'appeler ainsi, m'a engagée. Ce que je trouve bien dommage est la clause qu'ils ont ajoutée au contrat. J'ai interdiction de vous tuer, tous autant que vous êtes. »

Lui faire peur ? Non, ce n'était pas dans ses intentions. L'homme se moquait éperdument de ce qu'elle pouvait être. Serait-elle un monstre qu'il n'y aurait aucun changement dans son attitude. Quand on a frôlé la mort, nos peurs sont modifiées à jamais. De même que nous. Angel alla s'appuyer contre la baie vitrée. Son regard épousa brièvement les immeubles du Capitole et les lumières qui y dansaient. Elle imaginait sans peine les jeunes gens exubérants dansant dans des rires de joie, la musique s'élevant dans les airs. Tout ça alors que vingt-quatre tributs étaient sur le point de mourir. L’insouciance de ses compatriotes désespérait la jeune femme. Eux qui étaient au Capitole, eux qui étaient issus de famille très riche, eux qui usaient tous ces pauvres Districts …

« Vous devriez être plus confiants. J'ai eu l'occasion de voir quelques extraits de leurs entraînements. Ils ne font peut-être pas partie de l'élite de cette année, mais dans l'arène, ils pourront bien se lâcher un peu et faire quelques victimes. Peut-être assez pour que l'un des deux ne l'emporte. »

Pour une fois, Angel disait la vérité. Elle avait pu apercevoir de petits fragments. Etant habituée à devoir jauger les faiblesses et les forces de ses proies avant de les tuer, elle savait comment reconnaître une personne plus ou moins dangereuse. Et la jeune fille n'aimait pas la réaction de ce mentor. Il y a de grandes chances pour qu'elle se soit trompée sur ses agissements, mais elle préférait mettre à plat tout de suite. Pour ne pas s'énerver. Elle croisa les bras sur sa poitrine et observa avec attention le mentor. Les lumières de la ville l'ont bien vite lassée. La tueuse laissa son regard se promener sur la pièce dont disposait ce dernier. Grande, confortable, un brin trop luxueuse. A part ça, il s'agissait d'un endroit plutôt accueillant. Avant de précipiter ses occupants dans un enfer sans nom. Angel ne put retenir un mince sourire. Un des rares qui puissent se dessiner sur son visage.

« Pardonnez ma question mais j'aimerais savoir quels Jeux vous avez gagné ? On ne m'a guère laissé le temps de procéder à quelques recherches. »

La jeune fille reposa son regard sur l'homme. Sa question était étrange, elle le savait. Pourtant, elle n'avait senti aucune gêne à la poser clairement. Pour une journaliste, c'était plus qu'étrange. Néanmoins, elle n'en était pas une. Elle s'était permise de transgresser ses propres pensées. De toute manière, elle n'était pas responsable de ce que l'autre elle avait prononcé comme parole, bien que la tueuse avait de grandes chances de passer pour une folle aux yeux du mentor. Comme si elle avait quelque chose à faire ...

_________________
Remember to live, live to remember ...

"What you're imagining right now, that world you control, that place can be as real as any pain.
But never forget that if you don't stand for something, you'll fall for anything ..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Dim 20 Jan - 18:38




A la pêche aux mou.... Aux informations !


Pourquoi avoir posée une question si la conviction n'y ai guère et ne brille que de par sa vacualité ? Allez savoir. Probablement pour meubler un tant soit peu un silence que je ne saurais vivre actuellement . Quoi ? Moi ne point affectionner l'instant si bref et à la fois si rare où l'homme ravale sa fierté, sa sottise et son aveuglement au profit de quelques pensées salavatrices autant qu'elles puissent être personnelle ? Je vous l'accorde cela n'a guère de sens... Je ne peux que le loué à mes heures perdues mais en l'instant présent je ne sais pas, il me semble inapproprié quasiment un gêne qui ferait naître les prémices du soupçons quant à cette jeune femme. Je redoute le doute ? Après ne sommes-nous pas dans notre nature d'homme confronté jour après jour au fait atrabilaire de douter de tous ? Je crois bien que si et comme l'on dit oncques suffisemment que la peur n'évite pas le danger je me met d'hors et déjà à me questionner véritablement sur son compte. Notamment lorsque celle-ci dit alors ces quelques mots : "Je ne travaille pas pour un journal à proprement dire. Le gouvernement, si on peut l'appeler ainsi, m'a engagée. Ce que je trouve bien dommage est la clause qu'ils ont ajoutée au contrat. J'ai interdiction de vous tuer, tous autant que vous êtes." La jeune femme aux cheveux d'or s'est entre temps appuyé de front l'imposante baie vitrée, le regard absent ou presque. Espérait-elle de part ces quelques mots peu enclin à l'enthousiasme m'effrayer ? Je n'espère pas pour elle puisque cela est un cuisant échec pour celle-ci. Je ne m'avère point être un mentor pour du vent et je reste campé sur mes convictions lorsque j'affirme sans tergiverser qu'on ne gagne pas les Hunger Games par pure hasard. Ostensiblement mes pensées voguent vers Lucky le mentor du onze... Lui il a eut du bol certes mais c'est bel et bien l'exception à ma règle. Je n'ai oncques peur de le dire, cette règle viens de mon esprit, de mon expérience, de moi et mon jadis et aussi prétencieux que cela puisse paraître elle adopte un caractère on ne peu plus véritable tant le constat en ait accablant. AUtrement dit elle pouvait tenter de me tuer... Je m'en fouttais ouvertement cela se lisait sur ma mine parfaitement j'en fouttsite je ne peux guère le nier." Vous devriez être plus confiants. J'ai eu l'occasion de voir quelques extraits de leurs entraînements. Ils ne font peut-être pas partie de l'élite de cette année, mais dans l'arène, ils pourront bien se lâcher un peu et faire quelques victimes. Peut-être assez pour que l'un des deux ne l'emporte. " Impassible, c'est el mot pour me définir. Je n'allais aps sauter de joie à ce qu'elle me disait quand bien même j epourrais m'en réjouir. Billie Rose avait obtennue un dix suite à son passage devant les juges.... Je ne doutais point de ces capacités mais cela était-t-il nécessaire que j'étale et expose fierement cela pour ne point être qualifié de défaitiste ? Peut-être bien. "Je sais ... Billie a eut 10 suite à l'évaluation des juges, je m'en estime satisfait." Ou presque pour dire vrai, ces notes ne valaient vraiment que pour les sponsors. Ce n'était pas un dix ou un deux qui allait sauvez qui que soit en arène. De très bons tributs se sont vue faire impunnément tués ou même duppés par plus malin qu'eux... Moi même je n'avais pas eut une note excellente lors de mon passage et pourtant je suis bien là, en chair et en os. Conclusion ? Une note ou un bon entraînement confère une forte impression mais ne fait pas tous, les Hunger Games sont trop aléatoires pour être ne serait-ce qu'un poil prévisible. Franchement j'étais perdu dans une contemplation du vide, hasardeux de front mes songes, indolores face aux quelques souvenirs de mon jadis me revenant, focalisé sur mes tributs j'avais oublié l'espace d'un instant mon "invité". " Pardonnez ma question mais j'aimerais savoir quels Jeux vous avez gagné ? On ne m'a guère laissé le temps de procéder à quelques recherches." La réaction est immédiate autant qu'emplis de surprise que je ne put dissimuler comme je m'échine à le faire habituellement. Cette femme aux éclats des blés se prétendait journaliste ... et ignorait de façon désinvolte mon passé en tant que mentor du district neuf. S'était parfaitement inhabituel autant que soupçoneux. Mes prunelles azures emplis de dureté s'accrochèrent à son faciès comme un mioche du douze s'accrocherait à une miche de pain. C'est plus fort que moi en l'instant, je ne peux retenir un sentiment étrange de suceptibilité qui me ressemble si peu. L'impulsivité montante je la réprime en serrant les dents. Pourquoi ? Parce que cela s'apparentait certes à une moquerie segreunue et déplacée mais ... ce qui s'avérait être véritablement blessant était le fait qu'elle semblait sincère. Bléssé dans mon égo ? peut-être .. ça ne me ressemble pas mais je n'aime guère être l'objet de .. farce mais dans ce cas-ci ... je ne saurais vraiment mettre un mot sur cela. Le suel me venant est "ignorance". Voilà cette fille est une ignorante, se présenter comme une journaliste autrement dit une malsainne experte de ces jeux pour finalement étaler au grand jour le fait qu'a préalable elle n'a pas prit la peine de savoir qui j'étais vraiment... Peut-être était-ce le fait d'être confronté au réçit fastidieux et âpre de mon édition qui me faisait réagir ainsi. "La première." lâchais-je d'un ton des plus froid. "Mais qu'importe vous êtes venu pour les tributs." J'écartais ainsi les questions rébarbatives sur mon passé pour de nouveau s'axer sur l'avenir.




Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel Del Nero
+ Capitole +


♣ Nombre de message : 199
♣ Date d'inscription : 25/12/2012
♣ Age réel : 21


MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'| Mar 29 Jan - 16:10

Son ignorance avait provoqué une réaction chez le mentor. Pas celle qu'Angel désirait le plus. Il semblait être choqué, comme si … Comme si elle aurait dû savoir. La jeune fille croisa les bras. L'homme la fixa avec attention, de la même manière qu'un chien fixerait son os avant de lui sauter dessus et de le mordre à pleines dents. La tueuse retint ses doigts et ses mains. S'ils parvenaient à s'échapper, elle tuerait monsieur Ward sans aucune hésitation et d'un simple mouvement. Elle resta donc à sa place, appuyée contre la baie vitrée, luttant contre les pulsions défensives et meurtrières. Seulement quelques minutes à tenir encore. Elle aurait l'occasion de se défouler sur ses punching-balls après. Ses yeux se voilèrent au fur et à mesure qu'elle sentait, non loin d'elle, une boule d'énergie et de colère se former petit à petit. Parfois, au lieu d'être violent, on peut tout simplement rêver …

Du sang. A perte de vue. Il recouvrait les murs, les portes, le sol et même le plafond. L’odeur était infecte. Où était-elle ? Pourquoi se tenait-elle là, debout, pieds nus, baignant jusqu’aux chevilles dans cette mer de sang ? La cabane n’était plus là. Et elle était seule. D’ailleurs, elle portait une jupe. Alors que, avant de se détacher de la réalité, elle était certaine d’avoir un pantalon sur elle. Noire. Peut-être avec une ceinture de rubis. Ou d'émeraude mais discrète. Même ses souvenirs lui jouaient des tours, lui semblaient si proches et si lointains à la fois. Ses cheveux poisseux se plaquaient d’eux-mêmes sur son front et sa nuque. Ils étaient devenus rouges. Ses si magnifiques cheveux blanc neigeux. Sa main lâcha soudainement son contenu. Quelques secondes et un poignard se retrouva englouti par la marre. Un cri retentit dans la pièce. Plutôt près d’elle. Elle se précipita vers la source du hurlement. Ses membres tremblaient, son cœur battait à tout rompre. Des petits nuages de fumée blanche s’échappaient à chacune de ses expirations. Elle voyait les corps, mutilés, déchirés de multiples coups d’épées, de pistolets, de haches. Des enfants, des bébés même se rajoutaient à la longue liste des victimes. Qui avait bien pu causer un tel massacre ? Elle-même en fut terrifiée. Elle avait peur. Où était-elle atterrie bon sang !? Cet endroit … Il lui foutait la trouille. Glauque. Sadique. Un miroir brisé pendait lamentablement sur le mur. En passant devant, elle jeta un regard à son reflet. Dégueulasse. Elle retint un vomissement, et repartit en accélérant un peu plus. Avant de s’arrêter net à l’entrée de la pièce suivante. Une énorme machine se tenait devant elle. Cette … Chose n’était ni mécanique, ni vivante. Ses longs bras bougèrent, et prirent quelque chose dans une poubelle pas loin. Un humain. Sa sœur. Il se l’enfonça dans la bouche et la broya, encore et encore. Lorsqu’il la recracha, elle n’était que bouillie et hachure. Sa sœur. Ce monstre venait de la tuer. Elle hurla.

Angel sursauta et se réveilla soudainement. Comme si elle s'était endormie. Elle ignorait combien de temps elle était restée en transe. Serait-ce une heure ou seulement quelques secondes ? Bien que le mentor du Neuf avait peu de chance de s'en être rendu compte, elle reprit rapidement son masque de froideur. Ses pensées restèrent néanmoins bloquées de longues secondes sur son « rêve ». Une sœur … Peut-être était-ce faux mais la tueuse s'y raccrochait. Et la Mort. Voilà les deux choses qui étaient de nouveau revenues en boucle aujourd'hui. Elle soupira, avant de répondre, distraitement à l'homme :

« Oui, les tributs … Connaissez-vous leur plus grande peur ? Ou la pire manière de mourir pour eux, mise à part être mise à mort par un tribut assoiffé de sang et de vengeance ? »

Sa phrase avait été déclarée si platement qu'Angel se rendit bien compte qu'elle avait de s'en moquer. Ce qui était un peu le cas. En attendant la réponse, elle observa sa main qui la picotait. Des gouttes de sang perlèrent, et allèrent s'écraser sur le sol blanc neige. Un jour, la jeune fille penserait à se couper les ongles. Ou au moins à ne plus les limer pour qu'ils deviennent les armes de ses meurtres. Car, avec ses cauchemars, c'est plus elle qu'elle blesse que quelqu'un d'autre. Avec son autre main, elle fit pression dessus, bien que la blessure ne fusse pas grave. Une de plus dans son palmarès, qui en comportait déjà une centaine, voire beaucoup plus étant donnée qu'elle ne portait aucune attention à la douleur. En fait, elle y était presque insensible. Le gouvernement avait certainement dû s'amuser avec elle avant de lui effacer la mémoire. Oui, la tueuse soupçonnait son employeur. Quoi de plus normal ? Le président souhaitait avoir le monde entre ses mains et évitait toute rébellion. Quoi de mieux qu'une tueuse qui élimine les gêneurs pour ça ? Angel changea de position, appuyant à présent son dos sur la baie vitrée, de manière à avoir le mentor dans son champ de vision. Pouvait-il se dépêcher de répondre ?

_________________
Remember to live, live to remember ...

"What you're imagining right now, that world you control, that place can be as real as any pain.
But never forget that if you don't stand for something, you'll fall for anything ..."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'|

Revenir en haut Aller en bas

A la pêche aux mou ... Aux informations |PV Hypy'|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hunger Games RPG :: ♣ Archives d'Arènes ♣ :: Autour de l'arène-