AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-63%
Le deal à ne pas rater :
Caméra de Surveillance WiFi -ieGeek –
55.99 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez|

Les 60 Secondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Logan N. Stark
Logan N. Stark
Admin


♣ Nombre de message : 806
♣ Date d'inscription : 18/02/2012


Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeSam 15 Déc - 13:25

Aujourd’hui c’est le grand jour, aujourd’hui nous allons enfin découvrir l’arène. Non en fait rectification, Panem va découvrir l’arène, mais je ne suis pas dans le lot. Je ne suis pas dans Panem moi, je suis le Capitole donc évidemment que je connais déjà l’arène. Je ne suis pas n’importe qui. C’est vers moi que vont les créateurs pour demander si l’arène convient (me convient soit dit en passant). Et cette année j’en suis plutôt fier. Oh oui, les tributs vont souffrir, cette arène réserve bien des surprises.

Dans la salle des commandes, je m’accoude à une table, les yeux rivés sur les écrans. Tout va pour le mieux, les tributs sont en train de rentrer dans les tubes chacun de leurs côtés. Je jette un coup d’œil à leurs vêtements, qui est une récupération d’une tenue de mineur. Tee-shirt, veste et pantalon en toile marron foncé avec des bottes noires hautes. Une petite écharpe noire leur protège le cou. En revanche, nous ne l’avons pas joué sécurité, ils n’ont aucun casque, seulement une petite lampe frontale qui leur permettra d’avancer pendant 2h dans les souterrains avant qu’elle ne s’éteigne et qu’ils se retrouvent dans la semi obscurité. Pour les besoins des caméras, il y a des petites loupiottes qui sont allumées de ci de là, mais elles ne permettent pas un grand éclairage, ce n’est pas le Capitol ! Elles permettent de voir juste à un mètre. Mais ils ne savent pas encore ce qui les attende, et moi j’en ris d’avance. Qui trouvera la sortie, qui restera coincé dans ce labyrinthe ? Car en effet, la particularité de l’arène de cette 15e Edition, c’est qu’elle est à deux niveaux. Un sous terre, et l’autre sous le soleil.

Leur tube monte et va déboucher dans un souterrain très sombre. Ils ne verront pas la Corne immédiatement, leur faisceau lumineux ne portant pas très loin, mais elle sera droit devant eux. Une Corne en acier ouverte aux quatre points cardinaux. Dans quelques secondes ils découvriront les souterrains de l’arène et ils auront exactement 1 minute pour prendre conscience de ce lieu dans lequel 23 d’entre eux vont mourir. Que les Hunger Games commencent !

[HRP : Les 60 secondes sont donc lancées. Je vous rappel que c’est un RP obligatoire et qu’elles sont déterminantes pour le sac que vous pourrez récupérer pour le bain de sang. En effet, ce rp est encore jugé par nos juges. En fonction de celui-ci on vous attribuera un sac que vous aurez la possibilité de prendre si vous décidez de prendre un sac, de laisser si vous souhaiter fuir la CA. Ne le négligez donc pas ! Votre survie en dépend.
Vous avez jusqu’au Dimanche 23 Décembre pour poster vos 60 secondes, bonne chance.]

La façon dont vous êtes disposés autour de la CA
Les 60 Secondes 121215074950861249
Revenir en haut Aller en bas
http://the-hunger-games-rpg.frenchboard.com
Anonymous
Invité
Invité




Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeMar 18 Déc - 8:58

Lorsque l'on sait qu'il nous reste plus que 60 secondes avant une mort certaine, on aimerait faire en sorte que ces secondes dure une éternité mais nous ne sommes pas maître du temps et nous ne devrions pas avoir droit de vie ou de mort sur une personne, mais ceci sont seulement mes idées qui mourront avec moi.

je dut entrer dans un petit cylindre en verre, mais je déteste les espaces serrer.Je me plaça dans ma "cage" et celle ci se referma sur moi, et je n'eu plus assez de place pour mettre ma lampe frontale sur le sommet de mon crane. Je ferma les yeux pour essayer de me détendre, mais la seule qui se produit fut une multitude de scénarios qui n'engendrait que ma mort, mais ces scénarios n'était que des produits de mon imagination après tout. Je ne sait pas pourquoi mais j'avait garder les yeux fermer et ces visions d'horreurs restaient en moi, j'essayai de penser a des choses plus heureuse, tel que ma famille, mais la seule pensée qui me vint fut ma famille réunie autour de mon cercueil, si on retrouvait mon corps.

Une fois rentré dans ces "boites", nous, cher tributs, devions attendre patiemment comme des animaux attendant leur tour pour se jeter dans l’arène. Il faisait trop sombre pour que mes yeux s'habituent a la noirceur de ce lieux. je me contorsionnait dans tous les sens pour essayer de mettre ma lampe frontale, lorsque je compris qu'il n’y avait plus de parois en verre, ou peut-être qu'il y'en avait jamais eu. Je réussi a mettre a ma lampe et je n'osait imaginer la tête que j'avait avec cela sur mon front. La lampe ne m'était pas très utile, elle me permit juste de savoir qu'il y'avait un homme a ma gauche et une femme a ma droite, mais je ne les voyait pas d'assez près pour savoir a quoi ils ressemblaient.

Au fil des secondes, qui semblait ne plus vouloir défiler, mon stress augmentait, mais pourquoi? Je savait que j'allait mourir, je m'était a cette idée depuis longtemps, de toute façon on meurt tous un jour, alors que ce soit ici a 16 ans ou cher moi a 76 ans, ça ne change presque rien, a par que la je n'ai presque rien fait de ma vie, les seules choses que j'ai faits sont étudiés et vivre dans la peur de se faire sélectionner pour les Hunger Games, ce qui est finalement arrivé sinon je ne serait pas entrains de penser a cela. Je repensait a ma si courte vie et au scénarios que j'avais imaginer un peu plus tôt, un léger frisson me parcouru lorsque j'eu repenser au scénario le plus sanglant et le plus cruel, c'est a ce moment précis que je compris pourquoi je stressait. Je stressait car j'appréhendais la façon dont j'allait mourir, est ce que se sera douloureux et lent? ou rapide et sans souffrance?

Alors que je l'avais oublier un gong retentit, il me fallut moins d'une seconde pour comprendre que les lions pouvaient enfin sortir de leur cages, je commençait a courir droit devant tout en pensant a une vieille chanson des "Bee Gees", "Stayin' alive". Une chanson approprié a la situation. Il fallait que je fasse vite alors dès que je vit la corne d'abondance, ses armes et surtout ses magnifiques sacs, j'accéléra la cadence, faillit percuter quelques tributs mais réussi a les éviter, récupéra un sac au sol, puis souffla quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeJeu 20 Déc - 17:17

Nous y voilà, dans les sous-sols de cette arène, après un petit voyage en hovercraft, quelque minute avant le début de la fin, ce qui me surprend le plus, c’est la tenu qu’il nous donne cette année, ou plus précisément cette lampe frontal, à quoi peut-elle servir, je pense que j’aurais la réponse une fois que je serais dans l’arène. Une vois annonce alors le temps restant avant de devoir y aller, une minute restante, j’ai ma tenu et ma lampe il ne me reste plus qu’à entrer dans ce tube, je met ma lampe comme il faut et me dirige vers ce tube de verre, une fois dedans, j’ai à peine le temps de me retourner que le tube se referme je suis enfermer et je serai bientôt remonter à la surface pour participer à un jeu des plus cruel qui soit, mais je n’oublie pas mon seul et unique objectif, je dois sauvé Mia, c’est pour cela que je dois survivre et que je dois la protéger, c’est mon seul objectif, faire en sorte qu’elle sorte de cette arène vivante donné mon maximum pour la protéger.

La plaque sphérique sur laquelle je me trouve commence à monter et m’emmène avec elle, je dois garder mon calme, je continue de monté dans ce tube avant de sortir de ce tunnel verticale, cependant je ne vois rien, ou presque, à ma droite j’aperçois quelqu’un mais ne reconnais personne, à ma gauche également il y a quelqu’un, je suis donc bien dans l’arène maintenant une voie retentie et commence ce qui semble être un compte à rebours.

30 secondes.

Plus que 30 secondes, où est Mia je dois savoir où elle est si je veux l’aider, je regarde à nouveau à gauche et à droite mais il semblerait que ce ne soit pas elle, de toute façons il est rare de voir les tribut d'un même district côte à côte lors du lancement des tributs, il y a donc peu de chance qu'elle soit l'un des deux tributs à côté de moi, je dois me concentrer pour réussir à percer les ténèbres qui m’entoure, mais rien à faire ça ne marche pas, que faire, je vais bien trouver une solution, mais oui je n’ai qu’à demander au tribut à côté de moi .
Non mais qu’est ce que je raconte moi c’est mon ennemi bon sang, il faut vraiment que j’arrête de dire n’importe quoi on est pas dans un salon de thé du Capitole ici, il n’y a donc aucune chance que je retrouve Mia avant le début des jeux et je ne sais pas qui est en face, où sont les carrières et qui sont les tributs à mes côté.

20 secondes.

Le temps passe vite, plus que 20 secondes, quelque chose monte en moi, la peur ? Le stress ? Non c’est différent, je ne sais pas comment décrire cette sensation, mais ça me donne confiance en moi, je vais réussir, je peux le faire, je peux sauvé Mia et honoré ma promesse.

10 secondes.

Je dois me concentrer me tenir près, près à éviter n’importe qu’elle assaut venu de nul part, près à me battre pour protégé Mia, je me tien près à courir, car je sais que cela va allez très vite.

5 secondes.

Et que si je n’arrive pas à récupérer au moins un sac je compromettrais mes chances de survie et donc celles de Mia par la même occasion.

4 secondes.

Même si je pense qu’elle peut s’en sortir sans moi.

3 secondes.

Je préfère être là pour m’en assuré.

2 secondes.

Cette année le district 7 aura un vainqueur, mais ce ne sera pas moi.

1 seconde.

Ce sera toi. Mia.



Dernière édition par Terry Keurg le Jeu 20 Déc - 20:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Prescott
Ruby Prescott
+ District Un +


♣ Nombre de message : 538
♣ Date d'inscription : 26/06/2012


Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeJeu 20 Déc - 19:16


Les 60 secondes


~Oublier le passé pour vivre le présent~

Après m’avoir enfilé la tenue destinée à l’arène, la styliste s’éclipsa en me laissant seule dans le tube de verre. J’étais vêtue d’une tenue dans les tons beiges et après avoir tressé mes cheveux, elle passa une lampe un peu comme dans le district 12 ; Celui des mineurs.
Ce qui me fit penser à Elie. C’était maintenant mon alliée officielle. Tout le monde s’attendait à ce que j’aille avec Terry, mais je savais que si je restais à ses côtés dans l’arène, je le gênerai plus qu’autre chose. De plus, je ne voulais pas m’attacher à lui. Il commençait à me faire peur, ce regard lourd et insistant qui vous oppresse. Je n’arrive pas à décrire ça.
Soudain le tube s’ébranla, ce qui me fit perdre l’équilibre. Tout autour de moi, l’obscurité était impénétrable. Ma lampe frontale éclairait à un mètre de moi. Je distinguais à peine les silhouettes des autres tributs. Je distinguais à ma droite une petite silhouette toute frêle. Au moins, je n’étais pas entourée de carrières. Je tourne la tête et distingue cette fois une silhouette, plus imposante.
La voix commence alors le compte à rebours.

60

Plus que soixante secondes pour essayer de se repérer et de trouver la corne.
Je tente d’apercevoir Elie. Mais elle n’est pas près de moi. Elle doit être à l’autre bout du cercle.


40

La voix résonne dans mes oreilles, comme pour accentuer l’horreur de la situation. Je me doute que les caméras ne ratent aucune de nos expressions alors je tente de garder mon masque au regard déterminé, étonnamment, mes yeux ne se sont pas encore habitués à l’obscurité. Encore un piège des créateurs pour nous compliquer le bain de sang. Mais là, je me rend compte que toute l’arène doit être sous-terraine. Un énorme frisson traverse ma colonne vertébrale. Tout ce que m’a enseigné Lucia sur les plantes serait-donc inutile.
Tout ce que j’ai appris dans mon district ne m’aidera en rien.

20

Et pour la nourriture ? Vont-ils nous laisser mourir de faim comme de vulgaires animaux, mais c’est ce que nous sommes, après tout. Qu’est ce que je dois faire ? Courir, comme mon cerveau me l’ordonne ? Ou bien foncer dans le tas et tant pis si je me fais attraper et égorger par un carrière ?
Non, je suis bien décidée à sauver ma peau et à retrouver Elie dans ce chaos.

5

Bon, dès que je peux, je cours récupérer un sac. Je cours tout droit, et avec un peu de chance, je repère Elie en chemin. Au pire, nous nous étions convenu de se retrouver à un point précis à l’écart de la corne.

2

Bon
Je fonce, je fais comme Lucia m’a dit. J’espère qu’elle ne s’est pas trompée et qu’elle se rend compte des conséquences que pourraient avoir ses actes.

1

Les silhouettes s’animent. Je me met en position de sprint. Prête.

0

Je m’élance dans l’arène sans aucun retour possible. Maintenant je vis pour le présent et j’oublie tout ce qui pourrait me perturber.



© Kinotto de Libre-Graph.





_________________
L'espoir tue.
« ceci est un message du ministère des hunger games, sponsorisé par Stark et A.A.P (l'association des armuriers de Panem)» prout prout prout prout?! prout.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeSam 22 Déc - 11:17

Mes yeux se ferment d'eux même quand je pénètre dans le tube transparent. De l'autre côté, je vois Mathilde ma styliste, qui me sourie gentillement mais sa ne m'atteint pas. Maintenant, plus rien ne doit m'atteindre. Les doutes, les sentiments et les peurs c'est terminés. Je me prépare mentalement à affronter les obstacles qui se présenteront devant moi. Notre tenue se compose d'une combinaison beige en tissu et une lampe...pourquoi une lampe ? Je l'ignore. J'inspire puis j'expire à fond, je n'ai jamais aimé les espaces clos...et j'ai un mauvais pressentiment.

C'est les yeux fermés et donc plongés dans un noir absolu qu'on me jette dans l'arène. Je suis calme pour l'instant. Je demeure parfaitement immobile jusqu'à ce qu'on retire les tube de verres. J'ouvre les yeux et je découvre ma demeure pour les deux prochaines semaines.

60 secondes

Il fait noir, un noir terriblement opressant que je me force à ignorer. Je sens les battements de mon coeur s'accélérer légèrement sous l'effet de l'adrénaline combiné à la surprise. Nous sommes sous terre. Je ne saurai dire à combien de mètres mais tout ce qui compte c'est que nous sommes loin de la surface. Deuxième élément, la Corne d'Abondance, elle n'est pas trop loin mais je ne distingue guère les objets qu'elle contient. Je suis insensible à ce qui se déroule autour de moi. Mon regard divague légèrement. A côté de moi se trouve Shin et de l'autre côté Léo Lefoudre. Je les connais, ce sont des Tributs, je les ai vue à l'entrainement mais maintenant c'est l'arène et ces deux-là ne sont plus que des cibles qui sont dans mon viseur. Peut être que je devrais les tuer pour atteindre la Corne...ça ne me fait ni chaud ni froid. Je cherche mon compagnon de District du regard mais c'est peine perdu. Tant mieux car lui non plus ne restera pas un compagnon pour moi, c'est aussi une cible. J'ai du mal à l'avalé mais c'est ainsi et je savais très bien que ça serai toujours ainsi, depuis le début.

30 secondes

La moitié du temps c'est écoulé en un clin d'oeil. Je reste immobile. Autour de moi quelques tributs s'agitent. Ils se préparent à se battre. Moi, je ne bouge pas. Mon regard reste fixe sur l'ombre de la Corne. Ma vie dépend du temps que cela me prendra pour l'atteindre. Je me secoue légèrement. Il va falloir que je cours et vite, si je veux pouvoir atteindre la Corne en première. Non, je ne compte pas rester deuxième derrière Grey ou qui que ce soit d'autres. Je refuse de rester à la traîne pour me faire tuer à la première occasion. Mes doigts cherche mon arme favorite mais elle n'est plus là. On m'a dépouiller. Le Capitole m'a dépouiller du dernier souvenir de chez moi. Les conseils de ma mère me reviennent en mémoire: "Une fois que tu seras dans l'Arène, concentre-toi uniquement sur ton objectif: la Corne. Ne laisse rien d'autre te distraire, c'est très important Artemis ! "

Le reste du monde semble disparaitre sous mes yeux. Il ne reste que moi, moi et la Corne d'Abondance. Mon esprit est vide de tout autre pensée. La haine pour le Capitole, disparait tout comme les sentiments que j'éprouvais pour Joseph et Lucas, même Chléo et son mimique moqueur ont disparu.

10 secondes

Je n'aurai jamais cru que le temps passerait si lentement. Mes muscles sont tendus à l'extrême et je n'attend qu'une chose, que le signale soit enfin donner. Je m'efforce de rester impassible. On ne jouera pas avec mes nerfs. J'ai été préparée à ceci et j'en suis capable. Je ne suis pas venu jusqu'ici pour rien. A cette pensée je me détend. Il suffit que je cours, c'est facile...

5 secondes

J'ai l'impression que toutes mes émotions sont exagérés. Le stress, la peur, la détermination et la rage. Cette rage que j'ai accumulé pendant tout ce temps. Toute cette colère dont les Juges ont eut un aperçu pendant le passage. Elle me remplis et je l'inspire. Je la laisse vivre en moi, explosée en moi. Il est temps.

3 secondes

Je m'accroupis légèrement en position de sprint. Je n'ai aucune idée de ce qui se passe autour de moi. J'ai oublié jusqu'à ceux qui se trouve à côté de moi. Seul moi et la Corne compte à présent.

2 secondes

Mes muscles se nouent et mes yeux brillent d'une rage presque animalière. Mes yeux lancent des éclairs !

1 seconde

Personne ne se mettra en travers de mon chemin. Pas aujourd'hui.

0 seconde

Je bondis en avant et file vers la Corne. Le vent siffle dans mes oreilles et agitent mes cheveux. Je serai sans pitié ! A moi la victoire.


Revenir en haut Aller en bas
Lucas Dnierp
Lucas Dnierp
+ District Huit +


♣ Nombre de message : 369
♣ Date d'inscription : 02/06/2012


Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeSam 22 Déc - 12:50

Les 60 Secondes 2930484161_1_27_9z8kkS6Z

Depuis environ trois heures, mes yeux sont écarquillés, je suis sur mon lit et j’essaie de faire le vide… de ne penser à rien, chose difficile vu que dans un peu plus de 2H, je suis emmené dans une arène sanglante qui sera peut-être ma dernière demeure. Je chasse cette pensée de mon esprit, il faut absolument que j’arrête de penser à l’arène, cet endroit maléfique ou je passerai peut-être le restant de mes jours et si je gagne j’y resterai enfermé pour toujours, l’arène et son enfer éternel ne me quitteront jamais. Dingue comme je deviens défaitiste d'un coup... j'étais pleins d'illusions au début, je pensais que l'arène ne me changerait pas, que je gagnerais si je m'en donnais les moyens mais la les doutes m'assaillent et je me sens découragé, comme si j'avais soudainement réalisé que nous sommes 24, que d'autres tributs sont plus dangereux et plus avantagés que moi et que un seul d'entre nous rentrera victorieux de ce massacre. On est loin des interviews, hier j'étais victorieux et déterminé, aujourd'hui, mes illusions sont tombées et je commence à réaliser l'ampleur de l'horreur dans lequel j'ai été fourrés, on ne la réalise que quand on est proche de la fatalité. Je ferme les yeux mais je sens que si je les ferme trop longtemps je vais m’endormir et je ne veux pas… je tente de faire le vide dans mon esprit…je m’imagine sur une plage… mauvaise idée. Je retente le coup en imaginant que le mur qui se trouve devant moi va me transporter dans toute la ville du capitole, me faisant fuir cette fichue résidence, je ferme les yeux et je m’imagine de retour au district, couvert de gloire, est-ce vraiment ça que je veux ? Non, je ne veux rien en réalité, je veux juste disparaître, là à l’instant, juste ne penser à rien… je ferme doucement les yeux et me laisse emporter... sommeil, quand tu nous tiens.

Je suis réveillé par des bruits de talons qui claquent, à n’en pas douter, cette chère Néophyne est dans les parages. Elle arrive en grand bruit, il est temps d’y aller. A contrecœur, je suis plusieurs agents de sécurités qui m’accompagne jusqu’à un espèce d'hovercraft ou tout les autres tributs sont réunis, une ceinture de sécurité nous attachent solidement et nous sommes transportés dans les airs, étrange sensation… le capitole m’aura au moins permis de découvrir des choses que je n’aurai jamais imaginé découvrir un jour. Nous arrivons dans une espèce de base secrète et nous sommes chacun emmenés individuellement jusqu’à une petite salle, ça y’est, l’arène se trouve au dessus de nos têtes et je ne vais pas tarder à y être envoyer, j’aurai du davantage profiter des moments avant l’arène, des moments ou j’étais encore un petit tribut privilégié qui goûtait aux joies et luxes du capitole, ce maudit capitole qui envoie des enfants se battre à mort… je remarque une petite tenue. Mollement, je me vêtis de cette tenue minable, une simple veste pour nous protéger du froid, un t-shirt, un pantalon marron, des bottines noires qui semblent tout de même solides et enfin… une petite lampe torche, je l’accroche à mon visage, une petite lampe… une vraie tenue de mineur, le douze a été gâté cette année. L’arène aurait-elle des airs souterrains ? Je n’espère pas, je n’imagine rien de pire que de passer le restant de mes jours dans l’obscurité, je sens un mal de ventre rien qu’à cette pensée. L’année dernière, l’arène rassemblait divers éléments et les pièges n’étaient arrivés en masse que vers la fin. Ici, on verra si les créateurs et juges se sont révélés particulièrement sadiques ou si ils ont décidés de la jouer soft…comment peut-on d’ailleurs être suffisamment cruel et malade dans sa tête que pour être juge et créateur des Hunger Games ? On doit avoir une envie de pouvoir et de contrôle incontrôlable, les gens du capitole me dégoûtent profondément.

La porte s’ouvre et Chuck surgit, il s’assure que ma tenue est bien mise et me souhaite bonne chance, je tente de dissimuler un maximum mon angoisse, je revêts un masque d’insensibilité et d’invulnérabilité même si je pense qu’il n’est pas dupe. Au fil des jours, j’ai appris à apprécier Chuck, c’est un gars bien, je n’irai pas jusqu’à dire que nous sommes amis mais nous avons développé un lien, il s’agit peut-être du seul habitant du capitole à qui je donnerai ma confiance. Il me sourit, me donne quelques conseils et me souhaite bonne chance pour l’arène et il rajoute un petit « et le sort te sera favorable si tu agis intelligemment », évidemment que je vais agir intelligemment ! Il me prend pour qui ? Plus que 10 secondes avant le lancement des plaques, je me rends sur ma plaque, ça y’est, je vais découvrir l’arène, plus que 5 secondes, 4,3,2,1, le tube remonte doucement, me laissant comme dernière image le visage de Chuck me faisait un signe de la main.

Le tube remonte et je ne vois rien, l’obscurité, rien que l’obscurité, c’est le noir absolu. Ou suis-je ? Dans quelle fichue arène nous ont-ils fourrés… c’est bien simple, je ne vois rien, rien du tout, c’est la pénombre total. J’avais raison en suggérant qu’il s’agissait d’une arène souterraine, la lampe torche est faite pour que l’on puisse voir dans l’obscurité mais pour le moment c’est le noir le plus total. Le décompte n’a pas encore commencé, j’ignore ou sont les autres tributs, ils doivent être à mes cotés, ne sachant pas ou ils ont atterris eux aussi ; dans quels merdiers les créateurs nous ont-ils fourrés ? Ah ! Ils doivent être fier de leurs coups la haut, une arène souterraine, mais quelle bonne idée ! Ca va être tellement fun de voir les tributs tâtonner à la recherche de la lumière ! L’avantage de cette obscurité c’est qu’elle permettra probablement de limiter les morts au bain de sang, je pourrai plus facilement me faufiler pour récupérer un sac ou une arme. En parlant de la corne, je ne la vois point, elle doit se trouver devant moi… du moins j’espère… mais attendez, y’a-t-il au moins une corne ?! J’ai l’impression de me trouver dans un trou noir géant, j’ai envie de bouger d’ici et j’hésite à allumer la lampe torche qui se trouve accrochée à mon front mais je sais que le moindre petit mouvement brusque pourrait m’amener à une mort certaine, pulvérise avant même que les jeux aient commencés. Je meurs de froid et il se trouve un silence de mort, je sens toutefois quelques respirations angoissantes, les autres tributs sont autour, probablement encore plus angoissés que moi. J’attends le décompte avec impatience histoire de pouvoir enfin sortir de cette fichue plaque, même si je suis tué à la seconde même ou je mets le pied hors du tube.

60

Bam ! Ça a surgit d’un coup, le décompte commence. Dans soixante secondes, nous allons devoir affronter l’arène.

59,58,57…

Et si notre lampe torche n’était en réalité qu’un leurre ? Et si elle n’allait jamais s’allumer ? Nous resterons dans le noir éternellement, à la recherche d’une lumière ou d’un échappatoire qui ne viendra jamais. Je suis sur que c’est un leurre, destiné à nous donner de l’espoir, les juges et créateurs sont encore plus sadiques que ce pensais. Bien que… je peux évoluer dans le noir, j’ai déjà affronté pire, l’obscurité permettra de me faufiler un peu partout ou je souhaite, je suis peut-être plus à mon avantage quand on ne me voit pas. Tributs, prenez garde, Lucas Dnierp, l’homme invisible entre dans la place.

51,50,49,48…

Les secondes continuent de passer, on approche de la fin et pour 23 d’entre nous, ce gong sera le gong de la mort. Certains ne tiendront même pas quelques secondes dans cette arène diabolique. J’imagine le capitole, en effervescence, en train de compter les secondes, ils doivent au bord de l’excitation, les tributs vont bientôt s’entretuer, nous allons avoir la joie d'admirer du sang, des combats grandioses ! Mais ou est le plaisir à voir du sang ? Des morts ? N’en ont-ils pas suffisamment vu durant les jours sombres ?

46,45,44,43,42,41…

Ils attendent le bain de sang, certains tributs aussi attendent le bain de sang, je pense à Joseph Grey ou même Nellie qui a viré psychopathe ; sans oublier Artémis, certains tributs doivent bien cacher leurs jeux, notamment la fille du Neuf qui a un air mystérieux et dont l'interview semble révéler une part de dangerosité ou le garçon du Cinq qui me semble assez solide physiquement et assez déterminé, les volontaires sont aussi tous à surveiller de toutes manière, Aryel deviendra t-elle mon ennemie dans l'arène ? Je ne l'espère pas, c'est horrible de penser ça mais j'espère qu'elle mourra avant qu'on n'ait une chance de se retrouver face à l'autre, je n'aurai pas à la tuer. Seed, le gamin du Onze que j’ai rencontré brièvement m’a étonné, il a fait mieux que moi à la démonstration… Sept, c’est une excellente note pour un gamin de cet âge, et du Onze en plus, sa partenaire au eu droit à une note catastrophique, ils n'ont eu aucune clémence pour cette pauvre gamine. Et moi, avec mon Six, note correcte, sans plus, je m’attendais à mieux. La note d’Aryel est aussi très moyenne…

40,39,38,37,36…

La fin approche, maintenant, il faut penser vite. Que faire lorsque le décompte s’arrêtera ? J’irai à la corne, si je la trouve du moins et je prendrai un sac… j’essayerai aussi peut-être de trouver une hache mais on m’a bien conseillé de ne pas prendre trop de risques, ce serait con d’aller chercher une hache et de me faire soudainement trancher la gorge par un tribut. Non, je pense que je n’irai pas chercher d’armes… je foncerai à la corne…

35,34,33,32,31,30…

Et après ? Ou irais-je ? J’irai me trouver un point d’eau, à condition qu’il soit potable… il faudra peut-être que je trouve un moyen de vérifier si l’eau n’est pas électrifiée, je serai prudent, il faut faire gaffe aux pièges dans l’arène, ils sont trop présents. Je me demande si on pourra sortir de ce souterrain, j’espère que oui, j’imagine l’horreur de rester constamment enfermer dans l’obscurité.

29,28,27,26…

Et si un tribut se retrouve devant mon chemin ? Je le tue ? Oui sûrement, il faudra que je le fasse, évidemment, il ne faudra pas qu’il soit trop dangereux pour moi sinon je privilégie la fuite. Si on m’attaque, je riposterai, c’est sûr mais si on se trouve simplement sur mon chemin ? Oserais-je tuer ? Peut-être que non finalement… oh et puis merde, je le ferai pour ma survie un point c’est tout.

25,24,23,22,21,20,19,18…

C’est le moment de se rappeler des bons moments de sa vie… les plus belles années de ma vie… Celle ou je travaillais avec mon père, comme assistant, j’étais dans mon élément et puis la crise est venue… son licenciement… je fut contraint de travailler dans le textile, comme tout le monde. Ais-je eu une belle vie ? Je ne sais pas, j’ai connu des hauts et des bas mais dans l’ensemble j’ai toujours su tirer profit des mauvais moments, je ne me suis jamais laissé abattre. Dans la vie, il faut affronter ou avancer, surtout dans ce monde pourris. Mon frère n’était pas comme ça, c’était un faible, un lâche...il a eu de la chance de n’avoir jamais été pioché pour les jeux lui, il n’aurait pas fait long feu. Moi, j’ai une chance…. J’ai mes chances, j’ai la prudence, l’intelligence et la débrouillardise comme atout. Les secondes s’écoulent et je sent mon cœur s’accélérer, dans 20 secondes, le bain de sang annuel commencera , 19,18… j'ai beau essayer de faire passer l'image que j'attend les jeux sereinement et que je n'en ai pas peur, je sais que c'est faux, même si j'affronte les jeux et l'arène sans me voiler la face, j'ai peur, qui ne l'aurait pas ?

17,15,14,13,12,11…

Je compte les secondes, l’angoisse commence à monter. C’est le fait de ne rien voir qui procure ça, si au moins je pouvais avoir une vue sur l’arène, toute cette obscurité ne signifie rien de bon, elle me donne l’impression que l’arène sera un fichu trou noir sans fin. J’essaye de ne penser à rien, juste d’attendre que le décompte se termine et de m’élancer droit vers la corne d’abondance. Notre luciole va-t-elle s’allumer ? Je l’espère, sinon je suis fichus, enfin, NOUS sommes fichus.

10

La vie ou la mort.

9

Je respire un bon gros coup, ça va commencer, dans 9 secondes.

8

Une envie de courir loin et de ne pas attendre le décompte…

7

pour finir exploser sur sa propre plaque...

6

Les autres tributs ne sont rien, ils sont tous des proies à présent.

5

Même Aryel, même Artémis, même tout ceux que j'ai pu rencontrer brièvement avant le commencement de l'arène.

4

C’est bientôt finit, l’attente est insoutenable.

3

Tuer…

2

Ou être tuer…

1

Je ne veux pas mourir.

0

Et pas question que je meurs.

Le décompte se termine et d’un coup, des dizaines de lucioles autour de moi s’allument, y compris la mienne, je peux apercevoir les tributs autour de moi, il y’a un petit moment d’hésitation puis moi et les autres tributs s’élançons vers la corne d’abondance qui se trouve à des mètres tout droit.

Que le meilleur gagne.


_________________
Une rose de Trishteh  Les 60 Secondes 4132435850
Une rose de Sham Razz
Une rose de Noah ! :keur: :amour:
Revenir en haut Aller en bas
Tom Beoulve
Tom Beoulve
+ District Onze +


♣ Nombre de message : 162
♣ Date d'inscription : 06/08/2012
♣ Age réel : 22


Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeDim 23 Déc - 19:06

Les 60 Secondes Tumblr_m1jpy8Cdts1r7gq2to1_500

Lecture musicale : Enjoy !

Je finis ma dernière tartine.
Je la regarde d'un l'air soucieux, avant d'avaler la dernière bouchée qui me reste.

Aujourd'hui, c'est les Hungers Games.
C'est l'arêne.
C'est le cauchemar qui va commencer.

Enfin, cauchemar, peut-être pas, il y aura sans doute une forêt où je pourrais me reposer dans l'arêne, et tuer les intrus depuis mon arbre avec mes couteaux. C'est lâche, mais c'est comme ça, je n'ai pas spécialement envie de me retrouver la tête en sang sur le plancher des vaches, tué dans le dos par un tribut plus discret que les autres. Au moins, dans un arbre, la moindre branche piétinée se fera tout de suite entendre, c'était ma technique pour deviner la position de Tristeh quand on jouait à chat dans les arbres. On y jouait en hiver, quand le soleil se couchait plus tôt, pour pouvoir se planquer dans le noir.
Une fois, je me suis calé entre deux branches et elle ne m'a pas trouvé. J'ai fini par sortir lorsque qu'elle a commencé à se lasser.
J'adore me cacher dans les arbres la nuit, le stress, les fourmis qui nous obligent à bouger un peu, au risque de se faire repérer, donnaient une ambiance que j'aimais beaucoup.
Mais autrement, je n'aime pas trop l'obscuritée totale, il me faut toujours un petit bout de lune ou un lampadaire allumé au loin sinon je panique vite.
Je ne sais pas si cette phobie est restée.
Ca risque de m'handicaper dans l'arêne, la lune n'est pas là à chaque nuit, alors soit je devrais me cacher, la boule au ventre et ne pas dormir de la nuit, soit me rapprocher des feux de bois potentiels des carrières les plus téméraires mais là non plus, je ne dormirais pas, de peur d'avoir la gorge tranchée à mon réveil.

Un pacifiquateur vient me chercher avec un air indifférent, on voit bien que c'est pas lui qui va mourir dans 4 ou 5 jours au plus tard...
Pendant qu'on descend dans l'ascenseur, je me concentre pour retrouver un peu de confiance en moi et me remémorer les différents techniques des entrainements.
La porte s'ouvre, je traverse le hall et un deuxième pacifiquateur vient m'escorter.
Nous rentrons dans l'hovercraft, garé derrière notre avant-dernière résidence.
Je verse une larme discretement, avant de monter dans le véhicule.
Je m'assois rapidement à la place qu'on me désigne, puis attend.
Les souvenirs affluent dans ma tête, j'ai une boule dans le ventre.
Tristeh, le district, mes parents, les spectres, la forêt, le marais...
Le démarrage de l'appareil m'arracher de ma torpeur. Je regarde par la fenêtre, nous décollons lentement, ce qui permet d'admirer le capitole une dernière fois.
Je regarde l'heure, nous sommes partis très tôt, mais le stress m'empêche d'être fatigué.
Les fenêtres se referment pour nous empêcher de voir notre future arêne, pas question de l'observer dans les détails avant le commencement.
A l'arrivée, l'hovercraft s'arrête dans un tremblement.
Je sursaute, mes nerfs sont déja à vif.
Je surveille le moindre mouvement à côté de moi, tend l'oreille au moindre bruit, réflechit à une stratégie.
Dans ma tête, je suis déja dans l'arêne.
On nous emmène dans des souterrains à l'allure d'entrepôts, avec des pièces et des couloirs à ne plus savoir quoi en faire.
Seuls 24 pièces sont importantes.
Celles qui contiennent les tubes qui vont nous envoyer en enfer.
Avant de rentrer dans l'arêne, nous devons nous changer. Un pacifiquateur me donne un t-shirt, un pantalon et une veste marron foncée et des bottes noires avant de me donner une lampe frontale.
J'ignore à quoi elle sert...

Mais j'ai un mauvais pressentiment.

Bon, calme-toi Seed, c'est sûrement pour qu'on voit mieux la nuit et établir d'autres stratégies, comme utiliser la lampe comme appat ou composer un code nocturne...
Hum... Le capitole ? Nous aider ?
Non, je pense plutôt qu'il ont une idée derrière la tête.

Mon escorte me lâche aux portes de la pièce qui m'est attribué, me laissant seul avec...
Mon mentor.
Il me regarde, un sourire attristé aux lèvres.
Je lui fais un dernier adieu, puis je grimpe dans le tube de verre.
Ca y est, je vais dans l'arêne.
Le tube se ferme et se soulève brutalement, j'ai juste le temps de me retourner et dire adieu de la main à Ulyss.
Dans un dernier reflexe de survie, je plaque mes mains contre les parois du tube pour ralentir la plaque mais rien à faire, je monte toujours, je réussi juste à me brûler très légèrement les mains.

Un "clonk" retentit.

Mon ascenseur est bloqué.
Je suis dans le pénombre total et mon tube est bloqué.
Je commence déja à paniquer, je lève la tête pour tenter d'apercevoir la sortie, mais je ne vois rien.
Je viens de remarquer qu'il fait également plus froid, la panne a touchée aussi la climatisation ?
Soudain, j'entraperçois du mouvement dans le pénombre.
Je tente de rapprocher mon visage du verre pour tenter d'apercevoir de quoi il s'agit...
Et je manque de basculer sur une mine.
Je suis déja dans l'arêne ?
Je retrouve mon équilibre rapidement, mon coeur a faillit s'arreter.
C'est quoi cette blague ? Pourquoi il fait aussi sombre dans l'arêne ?
Normalement, c'est déja le matin, à moins que l'arêne subit un décalage horaire.
Je tente d'apercevoir les étoiles mais je distingue juste une surface sombre et irrégulière.
Je ne comprend pas où je suis, c'est quoi, cette paroi ?

60 !

Je sursaute, le décompte a commencé.
Je plisse des yeux, j'aperçois des silhouettes de tributs, mais rien de précis.
La forme de la corne d'abondance se dessine sur ma gauche, je me redresse dans sa direction.

50 !

Je viens de comprendre.
Nous sommes dans une grotte.
Mes jambes tremblent.
Tout va se dérouler dans une grotte ?
Donc, aucune forêt ?
Aucun arbre ?
Aucune plante ?

40 !

Et je fais comment, moi ?
D'ailleurs, qui peut survivre, içi ?
Quel genre de bêtes vont manger les chasseurs ?
Et les cueilleurs ?

30 !

C'est pas possible, il doit y avoir une erreur !

20 !

Je tente de faire le vide, je me focalise sur la corne, plus rien ne doit me déconcentrer.

10 !

Ma vie défile devant mes yeux, une larme s'écrase sur la plaque.

9 !

Les silhouettes à mes côtés se préparent à se lancer dans une position de course.
Je les imite instinctivement, terrorrisé.

8 !

Je remarque enfin que ma lampe est allumée, mais je ne sais pas du tout depuis combien de temps.

7 !

Je réflechis à 10 choses à la fois, mon cerveau s'embrouille.

6 !

Chaque nombre énoncé me déconcentre, ce qui donne à mes pensées un aspect saccadé.

5 !

Je tente d'apercevoir les sacs de la corne d'abondance, mais même un lynx ne pourrait rien voir d'içi, je vais devoir attendre d'être au plus près.

4 !

Des gouttes de sueur perlent déja sur mon front. Je soupire un grand coup.

3 !

Ca y est, Tristeh.

2 !

Ca commence.

1 !

Le début de la fin.

0 !


_________________
Merci à Trishteh pour le vava !
[signature en cours d'édition]
1 rose de ma Trishtouille. Les 60 Secondes 1006578112 1 rose de mon assassin, Lucas. Les 60 Secondes 3508470623 


Dernière édition par Seed Holt le Lun 24 Déc - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeDim 23 Déc - 22:03

Les 60 Secondes Tumblr_ls3lcoHtUG1qi33gfo1_400

Tic. Tac. Tic. Tac. Tic. Tac. Je me lève. Et je fracasse l'horloge d'un coup de poing.

Elle me gonflait. Me regarde pas comme ça.

Le préparateur baisse les yeux et se remet au travail. Je suis dans une petite salle souterraine. Après mon réveil de ce matin, j'ai réalisé que le moment était venu. J'ente dans l’arène. L’excitation m'a pris donc très tôt. Et voilà maintenant 3 heure que je suis debout ... Elle s'est donc transformée en impatience. Et quand je suis impatient, je deviens agressif. De plus, j'ai appris que c'est Art' qui sera avec notre styliste avant d'entrer dans l'arène. Ce qui veut dire que si Chleo est de bonne humeur elle viendra sinon, elle profitera du spectacle bien installer devant un écran. C'est d'ailleurs à mon avis ce qui va probablement se passer.

On me prépare donc à rentrer dans le tube de verre. Je n'ai pas eu l'occasion de deviner quoi que ce soit sur la nature de l'arène pendant le voyage en hover. Il faut dire qu'il fut rapide et que j'étais plus préoccupé par la grosseur de l'aiguille qu'ils était en train de me planter dans le bras. Putain de mouchard. Je palpe mon bras nu. Il est bien là. Une petit boule sous ma peau. A peine plus gros qu'un gravier. J'ai encore une peu mal quand j’appuie dessus. Pourquoi me mettre un mouchard ? J'me demande où ils pensent que je pourrais aller. J'vais tranquillement faire mon arène et massacrer du tribut. Assurer le show quoi. J'ai rien à faire en dehors de cette arène.

Je pousse un long soupire. Le préparateur semble agacé. Il est vrai que je ne tiens pas en place. Ce qui doit grandement ralentir son travail. Enfin ... Son travail. Il m'examine dans tout les sens pour savoir si je dissimule pas d'armes cachées. Pourtant en dehors de la matraque de mon calaison, je vois pas ce que je peux cacher. Il est donc en train de me fouiller alors que je suis encore au trois quart à poil. Une habitude depuis que je suis au Capitole. Une fois son petit manège terminé, il me tend la tenue qu'on arborera dans l'arène. Un Tee-shirt marron. Sale. Il ressemble à la tenue des tributs du 12 il y a 5 ans. Une tenue de mineur. Puis le pantalon. Dans le même état. "Assorti" ... Une veste qui reste dans le thème et enfin une écharpe. Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Le froid ... Une tenue du 12 ...

Puis vient le dernier élément de la tenue. J'explose de rire. Rien de moins implicite. Une frontale. Ce genre de petit appareil électrique a faible autonomie que l'ont installe sur le front pour voir devant soi. Elle est utilisé dans deux endroits. Le spectacle, lorsqu'il fait noir sur les plateau télé ou les salles de théâtre, la frontale est l'outil idéal. De l'éclairage simple de faible intensité. Discret mais efficace. C'est aussi pour cette raison que les mineurs l'utilisent. Tenue de mineur ... Frontale. Écharpe. J’espère que les autres n'ont pas peur du noir.

Une fois en tenue, je m'installe sur la plaque de l'ascenseur. Oui. Alors que les 23 autres tributs sont surement en train de tout faire pour pas monter dessus, moi je m'y installe avec impatience. Je soupire, me tourne les pouces. Je sourie. Je repense à ce que je viens de vivre jusqu'ici. Comme le Joseph qui à remplacer son frère est totalement différent de celui qui entre dans l'arène. Bon. Vu de l'extérieur le changement n'est pas flagrant. Mais cette route vers la mort (pas la mienne je vous rassure) à définitivement été le déclique qu'il manquait à ma vie. Une fois que j'aurais gagner et piquer la vedette à Chleo, je rendrais hommage "oreille tendue" à mes prédécesseurs. Ils vont pour la majorité pas aimer ça. Mais moi, mon nom restera dans la légende. Dans 50 ans, on parlera encore de cette édition.

Un pacificateur ordonne au préparateur de sortir et me demande de me mettre en place. Par automatisme je suppose. Il tire une de ces têtes quand il me voit sur la plaque sautillant et le sourire aux lèvres. Debby fait alors son entrée, avec un air aussi surpris que le pacificateur. Je lui fait un coucou de ma main. Elle me répond sans trop savoir pourquoi manifestement. Je lui dis que je vais bien et que je suis prêt. Elle semble pas vraiment savoir quoi dire. Elle me regarde et me dis quelque chose qui me fait exploser de rire Que le sort te soit favorable . L'euphorie du moment. C'est débile. Mais cette petite dernière phrase que j’entends juste avant que la vitre nous sépare définitivement me fait avoir un fou rire. Le sort. Ma victoire n'aura rien à voir avec la chance.

A tel point que lorsque l'ascenseur s’immobilise dans l’obscurité mes voisins tributs doivent surement entendre la fin d'un rire. De quoi les déstabiliser un peu plus. Je me redresse complétement. Une grande voix féminine et reconnaissable se fait entendre.

60


J'observe la scène ou se jouera le dernier spectacle. Je regarde ces acteurs dans pénombre. Ces acteurs dont la malchance à jouer un tour, les mettre entre moi et mon objectif. Ces acteurs que le Capitole regardera avec le plus grand des soins. Eux qui auront un public des plus critiques. Ceux qui auront l'honneur de mourir sur scène.

59


Une scène noire comme le cœur de ceux qui ont mis ces enfants ici. Petits êtres innocents que je me ferai un plaisir de massacrer. Aucune pitié. Aucun bons sentiments ici. Ce n'est que du business. Je ne peux faire autrement. C'est tuer ou être tuer en ces lieux. Et je dois dire que la première option m'amuse follement.

58


L'ombre règne en ces lieux et cela ne me dérange pas. Le noir et ses secrets ne m'ont jamais posé de problèmes. Sauf pour viser peut-être. Mais ce n'est pas un petit détail qui m’arrêtera. Quelque chose me dis que perdu quelque part par là une corne contient ce que je désire. Des lunettes de vision nocturne.

57


La voix que l'ont entend et qui compte les secondes qui me sépare encore de la jubilation est celle de Joyce Grey. Cette année le speaker est une speakerine. Douce voix pseudo familiale. Je sourie. Elle sera toujours là un œil sur moi. Enfin je suppose. Quelque chose comme l'honneur de la famille. L'honneur sera-t-il sauf ?

56


D'autres personnes ne regarderont avec attention. Ma famille hein. Adrien est-il en train de prier pour moi ? Est-il avachis avec un paquet de pop-corn devant la télé pour voir combien de temps je survis ? Maya et Aby, elles regardent. Elles ne raterons rien de ma victoire. Elles se savent. Joseph sera le grand gagnant.

55


Elena doit être devant son poste de télé. Un sourire aux lèvres à chacune de mes apparition sur l'écran. Elle compte sur moi pour donner du spectacle. Je lui rendrais ce plaisir et l'embrasserais à mon retour. Sans aucune arrière pensée. Juste parce que j'ai enfin compris qu'elle compte pour moi. C'est une véritable amie.

54


Chleo aussi doit être les yeux rivé sur l’écran. Épiant chacune de nos respirations. Attendant le moment où elle s’arrêtera, notre première erreur. Une douce vengeance qu'elle savourera avec jubilation. Je sais que ce n'est pas contre moi qu'elle a quelque chose. Non c'est contre ce que je suis. Le futur qu'elle déteste déjà.

53


Peut être que Sae me regarde. Il nous regarde, sourit en savourant un petit verre d'alcool. Jubilant devant un investissement si rentable. Je vais lui donner ce qu'il veut. Du sang. Du Spectacle. Une légende. Et je viendrais réclamer ce qu'il me doit en sortant d'ici. une autre nuit. Celle-ci sans être vendu.

52


Panem me regarde. Je suis peut-être à l’écran en ce moment même en train de rêvasser alors que es autres commencent à rêver de fuite ou simplement d'une mort rapide et indolore. Je pris pour eux. Qu'il ne tombe pas entre mes mains. Je n'aime pas faire souffrir. Mais c'est le jeu.

51


Je m'interdit la compassion. L'amour. L'amitié ou la fierté à partir de ce moment. Maintenant je joue. Je joue à tuer. Je ne suis qu'un gosse à qui l'ont à appris à faire mal. Alors je le fais. J’ôte la vie. Ils seront peut-être mieux mort que dans leur district pourrissant.

50


Le temps défile au ralentis. Je ne sais que ressentir. l’excitation en mon être est à son paroxysme. J'inspire et respire fort. Le temps est venu d'exploser de me révéler. Le moment que j’attends depuis si longtemps est là. Je le vie. Dans cinquante secondes, Joseph vivra pour quelque chose.

49


Mes voisins s'agitent. je vois des ombres mouvantes. Nos frontales s'allument par enchantement. On voit la position des autres dans ce noir. Pas exactement où. Ni ceux de devant probablement caché par la corne. Mais assez pour savoir que je ne craint rien vu les gens autour de moi.

48


Je me demande où sont mes alliés. Où est chacun des tributs que je connais un peu. Ceux qui sont en danger par leur voisin. Ceux qui le sont par leur attitude. Ceux qui courront directement se caché. Ceux qui auront la bêtise de vouloir rejoindre la corne.

47


Carlie et sa petite frimousse. Elle qui à fait l'erreur de se mettre à dos la plus dangereuse de ses sauvages alliées. Elle qui ne survivra que seulement en suppliant notre protection. Ce qu'elle ne fera jamais soyons réaliste. L'un de mes premier Trophée. Pour Maëlle.

46


Kihara. Fier guerrier que je respecte au plus haut point. Lui qui sera peut être dépasser par les évènements. Lui qui devra faire des choix pour sa survie. La loi du Talon frappera tout le monde dans ces caves froides, même les plus entrainés. Même moi.

45


Artémis. Ma partenaire. Celle que j'aurais le plus de mal à tuer. Celle qui avec le temps est devenue mon amie. Celle que je tuerais d'un coup dans le dos. Ou elle le fera. On est là pour jouer à leur jeux pas au notre.

44


Shin et son Ego. Lui qui me ressemble tellement mais qui fera les frais d'une grande bouche trop souvent ouverte. On ne blesse pas le chef de meute sans se recevoir un coup de croc. Prend garde. Le grand méchant loup arrive mon petit.

43


Shanon, la vigoureuse jeunette. Elle a tout pour elle. Elle fait partie de mes plans. Un atout utile dans ma manche. Je sais qu'elle foncera à la corne d'Abondance. Qu'elle se battra jusqu'au bout. J’espère l'avoir à mes cotés le plus longtemps possible.

42


Les autres en sont que pures proies. Pas de danger. Non. Il faut être réaliste, il y a du danger. Chaque tribut est un danger potentiel. Plus ou moins virulent il faut l'avouer. Mais chacun est un danger que j'affronterais. Sans peur.

41


Eron sera mon dessert. Il survivra. Il n'a pas le choix. Moi je l'attendrais pour un duel. Interdit que ça se passe autrement. Je veux ma revanche, la mort de Eron sera un message pour Hugo. Le prochain ça sera lui.

40


Lucas. Cet avorton qui à l'air de m'en vouloir pour quelque chose. J'me demande bien quoi. Ce gosse qui, comme les autres n'est pas prêt à ce qui se prépare en ces lieux. Adieu l'enfance, on arrive pour se battre !

39


Il y a aussi Billie. La seule personne qui me fait peur dans cette grotte. Je sens la mort à mes cotés quand elle est proche. Un signe ? Certes. Mais pour elle ou moi ? L'avenir le dira.

38


Il y a aussi une fille dans le 12 ... Son nom m’échappe.Nous mettra-t-elle quelques bâtons dans les roues ? Sa note en ferait frémir plus d'un. Son regard transpiré aussi une volonté de survivre dérangeante pour moi.

37


Les autres ? De la chair à canon. Des lianes à trancher pour avancer. Un coup et on en parle plus. Chacun d'eux se fera rouler dessus par la machin bien huiler des Carrières. La mort arrive !

36


Mes yeux s'habituent peu à peu au noir. Un courant d'air traverse le grand espace. On entent un sifflement. Cela signifie deux chose. Il y a de l'air qui circule. Donc un accès pour aller dehors.

35


Et de deux, il y a forcement quelque chose au milieu de ce cercle de tribut. La Corne est bien là. C'est certain. Droit devant. Sans même la voir. Elle est là. Droit devant moi.

34


Je rêve déjà à son contenu. Des armes à ne savoir qu'en faire. Du matériel pour notre confort. Des outils pour tuer plus facilement ! De la bouffe .. Surtout de la bouffe dégueulasse.

33


Il est certain que de la graille de survie ne rivalisera pas avec le délicieux sandwich dans le train. Je plaisante. Mais il est vrai que je me prépare pas à bien manger.

32


J’espère que je trouverais des lunettes de vision nocturne. Sinon une arbalète bien équipé ... Une lunette ? Un arc à poulie et des flèches de feu ! C'est beau de rêver.

31


Le temps passe lentement. Je sens mon cœur accélérer. Je sens chaque pulsation comme un signal pour un départ proche. Battement après l'autre tenant la mesure. Une symphonie vers l'extase.

30


Ma respiration est saccadée. Comme lorsque l'acteur se prépare à se tenir devant son public. Un moment unique que je vais vivre. Le départ pour quelques jours dans mon élément.

29


Personne ne sais ce qu'il va se passé. Ce que ces jours réservent. Sauf moi. Je sais ce que l'avenir réserve. Un temps où Joseph sera synonyme de talent.

28


Les méandres de mon esprit, eux, planifient le pire. Cette petite peur qui me donne l'impression d'être vivant depuis seulement quelques petites heures. Voilà ce que je suis.

27


Maintenant. Un Homme. Complet. Vulnérable. Mais qui vaincra. Un homme qui avancera en tuant et en faisant exactement ce qu'il attend de lui. Simplement devenir vraiment quelqu'un.

26


Vous pensez que je veux vivre à tout prix en ces lieux ? Non. Mon objectif est tout autre. Je veux marquer l'histoire de Panem.

25


Je veux que l'on se souvienne de ma personne. Même si je dois donner ma misérable vie ou la prendre à quelqu'un qui m'est cher.

24


Bien que ce ne soit que probable ici. Quelqu'un qui m'est chère. Carlie ? Kihara ? Shin ? Shannon ? Artémis ? Complétement insensé !

23


Aucun d'eux n'auront de pitié pour moi. Chacun sera prêt à me planter un couteau dans le dos au bon moment. Sans hésitations.

22


Et je ne peut que sourire à cette perspective. Ça les rend que plus dangereux pour les autres. Plus utile pour moi.

21


Et de mon coté. Aucun bon sentiments non plus. Si l'un d'entre eux, ose m'handicaper, il sera simplement supprimer de l'équation.

20


Pas de pitié. Pas de risque. Simplement une alliance calculée au millimètre pour servir mes plans. C'est le risque zéro.

19


Un scénario où chaque chose est prévu du massacre du bain de sang à mon triomphal moment de gloire.

18


Chaque acteur à une place. Vingt-trois acteurs d'un pièce macabre et spectaculaire. Où je suis l'unique sublissime star.

17


Prenez votre place, chacun de vous avec votre passé, votre présent et ce qui sera mon futur.

16


Venez assister à mon unique moment. Au bout de ce simple compte à rebours vers l'enfer.

15


Cette pièce n'aura qu'une seule et unique représentation. Ce serait bête de rater ça non ?

14


Surtout que vous ne vous ennuierez pas. Vous savez que les juges détestent ça !

13


Alors installez vous confortablement peuple de Panem. Famille de mes futures risibles victimes.

12


Je vous promet des morts lentes et doucereuses. Vous me détesterez follement.

11


Mais une chose est certaine. Je ne vous laissez pas indifférent.

10


La fin du décompte. Retour à l'excitante réalité de l'arène.

9


Il faut maintenant se préparer pour le moment présent.

8


Je fait le vide dans ma petite tête.

7


Objectif droit devant. Je sais où aller.

6


C'est le sprint de ta vie.

5


Je me met en position.

4


Je regarde devant moi.

3


Je respire profondément.

2


Être concentré.

1


GO !

0


Je sprint comme si ma vie en dépendait. Ce qui est probablement le cas. La majorité des ombres font de même. Mais peu iront jusqu'à la corne et personne n’égale ma vitesse. Je me suis entrainer toute ma vie pour cette course. Faites place, j'arrive !


Spoiler:
 


Dernière édition par Joseph Grey le Mer 16 Jan - 21:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeLun 24 Déc - 0:21

(Je sais que la limite était aujourd'hui... mais comme le message est passé, je n'ai pas pu en raison d'un souci d'ordinateur oublié au travail. Je viens tout juste d'arriver à Aix chez moi, je vais essayer d'en refaire un en vitesse pour demain, en espérant ne pas être trop pénalisée. Je suis déjà bien dégoutée de ne pas pouvoir récupérer le premier >_< mille fois pardon)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité




Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeLun 24 Déc - 1:42

<< 10 secondes >> Je m’approchai du tube en verre avec angoisse. Je respirai un bon coup, mis ma lampe frontale, qui d’ailleurs n’est pas bon signe, puis monta dedans. Le verre se referma d’un coup sur moi. Je me sentis monter, wow ça fait une drôle de sensation, avant de sentir la plaque se stabiliser. Comme je m’en doutais, il fait noir. Le compte à rebours commença. Mes yeux mirent un moment à s’habituer à l’obscurité. J’aperçois la corne d’abondance devant moi. Je levai le regard au ciel et compris qu’on est enfaite dans une galerie souterraine. Moi qui ai horreur d’être sous terre, ça commence bien ! Mais bon de toute façon y’a forcément un terrain au-dessus. Ils ne vont quand même pas filmer tous les Hunger Games dans le noir, si ? Ça m’étonnerait. Donc première chose à faire après m’être éloigné du bain de sang : Trouver la sortie. Parce que sinon, vas-y pour trouver de la nourriture ici.

Je reportai mon regard vers la corne d’abondance. Je ne vois que la forme des objets mais je regardai toutes les armes, les sacs … Se serait bête de partir les mains vides … Je repérai un sac dans ma ligne de trajectoire. J’aurais juste à courir le plus vite possible, à l’attraper au vol et ensuite partir en continuant tout droit. Ouais, c’est possible. Enfin en espérant qu’il y est un passage de l’autre côté parce que je ne vois pas aussi loin. Je regardai tout autour de moi en essayant d’apercevoir un passage mais décidément je ne vois rien ! Bon, tant pis j’improviserai.

Je suis encore angoissé, mais je n’y prête pas attention. Dans une trentaine de secondes le gong va retentir et je serais lancé dans l’action. Je regardai les tributs autour de moi. Je ne les reconnais pas, il fait trop noir. Bon de toute façon, je dois me concentrer sur moi, pas sur les autres !

20 secondes.
Je pris une grande respiration. C’est le moment de tout donner pour sauver ma peau.

10 secondes.
Je portai la main à mon collier par réflexe. Ça me rassura et je me sentis mieux.

5 secondes.
Je me préparai à partir. Les muscles prêts, je me mis en position.

3 secondes.
Ok, je suis prête. Prête pour les jeux.

1 secondes.
Je sentis l’adrénaline monter en moi.

0 secondes.
Le gong retentit et je m’élançai le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Shado L. E. Snow
Shado L. E. Snow
+ District Dix +


♣ Nombre de message : 638
♣ Date d'inscription : 09/05/2012
♣ Age réel : 22


Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitimeSam 5 Jan - 14:36

Bon, je sais bien que c'est trop tard pour poster ça et que ça ne servira plus à rien, mais prenez-le comme une sorte d'excuse... Ma vie a pas été super top en ce moment, j'ai eu pleiiiin plein plein de problèmes (je vous épargnerai la liste), et je n'ai pas eu cinq minutes à moi pour venir ici. Je sais que c'est inutile de poster mes 60 secondes, ça ne changera rien parce que les sacs ont déjà été donnés et tout, mais je voulais quand même le poster, histoire de ne pas le garder dans mes documents et regretter de ne pas l'avoir mis après. Bon, j'ai fini mon pathos, voici mes 60 secondes :


Une seconde d'éternité.


[Plus qu'un quart heure. Un quart d'heure à attendre avant l'Arène, avant la mort. 15 minutes, 900 secondes. C'est vraiment très peu. Trop peu. Ma styliste entre dans la chambre de lancement. Derrière elle, un préparateur ameute ses amis les préparateurs en criant « Allez, venez, on a deux minutes de retard ! ». En retard. En retard pour l'Enfer. Quelle ironie. Alors que les trois personnes censées aider Lise arrive devant la porte, la styliste ferme la porte d'une poussée du pied. Elle se retourne vers moi, attrape une tenue qui était posée sur un siège et me la tend. Je me déshabille et l'enfile en vitesse. Il n'y a pas de miroir pour que je puisse m'admirer, mais je n'en ai pas vraiment besoin. Je reconnaîtrais cette tenue entre mille. C'est une tenue de mineur. Le haut et le pantalon sont brun foncés, comme ceux de mon district. Nous avons en plus des bottes noires, et une écharpe noire. Pas de casque, pas de lampe. Ah si, autant pour moi, il y a une lampe. Entre nous, elle n'a pas l'air très résistante. Je lui donne trois heures, pas plus. Lise m'attache délicatement les cheveux en une natte, puis elle me pose la lampe sur le front. Une vois métallique nous annonce qu'il ne nous reste plus que cinq minutes. Lise m'apporte un gobelet d'eau, que je savoure lentement. C'est peut être le dernier avant longtemps, alors... Puis, alors que je ne m'y attend pas, elle me prend dans ses bras. Surprise, je ne sais comment réagir et hésite quelques instants avant de places mes bras autour de ses épaules. Cette étreinte ne dure que quelques secondes, mais je suis heureuse de voir qu'elle aura su m'accepter, malgré mon origine de « Pouilleuse ». Elle me pousse gentiment vers le tube en verre. Je n'y entre pas tout de suite. J'attend que la voix métallique nous dise de le faire. A peine cette voix a-t-elle finit sa phrase que je monte dans le tube. L'angoisse me serre le ventre, me retourne le coeur, s'accroche à mes tripes. Je la ressent dans tout mon corps. Et je sais qu'elle ne me quitteras pas de sitôt. Je vais devoir vivre avec un certain petit bout de temps.

Les vitres du tube se ferment. Je plante mon regard dans celui de ma styliste, et elle m'adresse un faible sourire, que je lui rend, encore plus faiblement. Le tube entame son ascension. Le compte à rebours ne va pas tarder à commencer. Il dure 60 secondes. 60 secondes pour bien observer le cercle des tributs. 60 secondes pour découvrir l’arène. 60 secondes pour élaborer une stratégie. 60 secondes pour se préparer à la mort. Je débouche enfin à l'air libre. Enfin air libre, c'est vite dit. Avant que j'aie eu le temps d'observer les alentours, une voix annonce platoniquement « 60. » C’à y’est. Le compte à rebours a commencé. L'arène est... En fait, je ne vois rien. Nous devons être sous terre, car l'odeur de renfermé me rappelle celle qui était collée à mon père lorsqu'il rentrait de la mine. C'est donc pour ça qu'on nous a affublés d'une lampe. Elle ne sert pas à grand chose en fait, je ne vois à peine qu'à deux mètres devant. Mais j'arrive à comprendre certaines choses, même dans l'obscurité. 1 : nous sommes dans des souterrains, qui doivent être pleins de galeries en tout genre. Pratique pour se cacher. 2 : il y a toujours de l'eau en profondeur. Alors à moins que les Juges soient complètement sadiques, il y a forcément des cours d'eau un peu partout. Encore faut-il les trouver. Cette découverte m'amène au 3 : qui dit eau dit sorties, non ? Si cours d'eau il y a, ces derniers mènent sans doute dans d'autres endroits, peut être même à l'air libre ! Mais comme il vaut mieux ne pas me fait de faux espoirs, je me contente de m'accrocher aux points 1 et 2. C'est déjà suffisant.

« 40. » Déjà ? Je songe à sauter de mon piédestal. Je serais pulvérisée par la mine. J’aurais au moins une mort rapide.

« 30. » Et puis non. J’ai promis à ma famille d’essayer. Je sais bien que je ne peux pas gagner, mais je ferais du mieux que je pourrais.

« 20. » Plus que 20 secondes. Il est peut être temps de réfléchir à ma stratégie : je fonce vers la Corne, où je m’en éloigne ? S’éloigner serais le plus sage. Mais pourquoi partir les mains vides alors qu’il y a tout ici ? Pourquoi s’enfuir alors que j’ai une chance de m’emparer d’un sac, et peut être d’une arme ?

« 10. » Allez, c’est décidé. Je vais à la Corne. Et je verrais bien ce qui m’arrivera là bas. Qui tente rien n’a rien pas vrai ?

« 9. » Et puis non, je n'y vais pas.

« 8. » Oh, bon sang ! Au pire, je mourrais à la Corne et voilà.

« 7. » Je bande mes muscles, prête à sauter.

« 6. » Je plie les genoux, prête à courir.

« 5. »Je ferme les yeux.

« 4. » Je souffle.

« 3. » J’adresse un adieu silencieux à tous ceux que j’aime.

« 2. » Je rouvre les yeux. On peut lire dans mon regard une détermination sans borne.

« 1. » Dans une seconde, les Hunger Games commenceront. Dans une seconde, je devrais fuir les autres, je devrais fuir ma mort. Dans une seconde, je courrais à l’assaut de la Corne. Une seconde. Qui semble durer une éternité. C’est ça, une seconde d’éternité.

« 0. » Je bondis de mon piédestal d’un mouvement aussi gracieux que félin, et je fonce vers la Corne d'abondance. J'espère d'ailleurs qu'elle se trouve en face de moi. Sinon, cela veut dire que je cours dans la mauvaise direction. Bonne chance à tous, et que le sort vous... Qu'il me soit favorable.
@Secyloa

_________________
« A qui la nuit fait-elle peur ?
- A ceux qui attendent le jour pour voir. »


17 magnifiques roses de mes prouts d'amour que j'aime fort (la dernière de mon Bucky d'amourLes 60 Secondes 732532615 ∞ membre du Club des Alcoolos (Mojito neumme beurre ouane) ∞ MEMBRE DU MMKLAN Les 60 Secondes 3277475172

JE T'AIME MA SEBICHOUNETTE :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Les 60 Secondes Empty
MessageSujet: Re: Les 60 Secondes Les 60 Secondes I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Les 60 Secondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hunger Games RPG :: ♣ Archives d'Arènes ♣ :: La Corne d'Abondance-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser